Recherche

Abdallah Ait Oud renvoyé devant la cour d’assises pour le meurtre de deux fillettes

20 décembre 2007 - 17h27 - Monde

La justice belge a décidé jeudi de renvoyer devant une cour d’assises Abdallah Ait Oud, un homme soupçonné d’avoir assassiné à Liège deux fillettes, Stacy et Nathalie, dont la mort avait profondément bouleversé la Belgique en 2006.

La date du procès n’a pas encore été arrêtée, mais il devrait se dérouler au printemps 2008, probablement en mai, a indiqué un porte-parole du parquet général de Liège. Les débats, devant un jury populaire, devrait durer environ deux semaines.

Abdallah Ait Oud, un Marocain déjà condamné pour des viols sur mineures, est accusé d’avoir enlevé et tué Stacy Lemmens, 7 ans, et Nathalie Mahy, 10 ans, disparues à Liège à la fin d’une braderie dans la nuit du 9 au 10 juin 2006.

Après d’intenses recherches qui avaient ravivé le douloureux souvenir de l’affaire Dutroux, les fillettes avaient été retrouvées mortes trois semaines plus tard le long d’une voie de chemin de fer, à quelques centaines de mètres de la braderie.

Abdallah Ait Oud, qui nie toute implication dans cette affaire, devra répondre devant les assises de l’enlèvement, de la séquestration, du viol et de l’assassinat des deux fillettes, selon l’arrêt rendu jeudi par la chambre des mises en accusation de Liège.

Selon son avocat, Oliver Martins, il n’introduira pas de recours contre cette décision, conforme aux conclusions du parquet, qui depuis les premières semaines de l’enquête estime accablantes les charges pesant contre l’unique suspect du dossier.

"Nous souhaitons comparaître le plus rapidement possible devant les assises", a expliqué Me Martins. Abdallah Ait Out, en détention préventive depuis juin 2006, risque la détention criminelle à perpétuité. "Il s’agira d’un procès assez particulier, car les preuves reposent principalement sur des expertises scientifiques. Il n’y a pas d’aveux et très peu de témoins, il faudra se montrer très pédagogue vis-à-vis du jury", a déclaré l’avocat général Jean-Baptiste Andries.

Abdallah Ait Oud, 38 ans à l’époque, vivait dans le quartier de la braderie. Après la disparition des fillettes, il avait disparu pendant deux jours avant de se livrer à la police. Lors du procès, il devra expliquer comment des fibres textiles provenant des vêtements des fillettes, et les cheveux de l’une d’elles, ont pu être retrouvées dans son pantalon.

Bladi.net

Bladi.net - 2015 - Archives - A Propos - Contact