>

Une juge allemande s’inspire du Coran pour excuser un mari violent

27 mars 2007 - 00h08
Une juge allemande s'inspire du Coran pour excuser un mari violent

Une juge de Francfort qui avait fait référence au Coran dans une procédure de divorce a provoqué une tempête politique et médiatique en Allemagne.

A l’origine de ce scandale, une demande de divorce, déposée par une jeune femme de 26 ans, originaire du Maroc et victime de violences conjugales. Terrorisée par son mari marocain, la jeune femme avait réclamé une accélération de la procédure. Le 12 janvier 2007, la juge familiale a rejeté cette demande en invoquant "l’exercice du droit au châtiment" dans le Coran : "Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les." Accusée de partialité par l’avocate de la plaignante, la juge précise ses arguments dans un courrier envoyé le 8 février 2007 : "Dans ce milieu culturel (des deux époux), il n’est pas inhabituel qu’un homme exerce le droit de châtier sa femme." L’affaire révélée mercredi 21 mars par la presse allemande a obligé le tribunal à dessaisir la magistrate de ce dossier et à lancer une enquête interne.

L’ensemble des partis politiques, les associations de droits des femmes et les organisations musulmanes ont dénoncé unanimement le comportement "insupportable" et "absurde" de la magistrate. "Si le Coran est placé au-dessus de la Loi fondamentale, je ne peux que dire : bonne nuit l’Allemagne", a réagi Ronald Pofalla, secrétaire général de la CDU dans le Bild Zeitung. "La Loi fondamentale s’applique pour chaque personne indépendamment du fait qu’elle soit musulmane, chrétienne, bouddhiste ou athée", a renchéri Günther Beckstein (CSU), ministre de l’intérieur en Bavière. Les organisations musulmanes sont également montées au créneau : "Le châtiment corporel d’une femme par son mari n’est pas couvert par l’islam", a souligné le président du conseil de l’islam, Ali Kizilkaa.

"Clémence"

Si la ministre fédérale de la justice, Brigitte Zypries (SPD), affirme qu’il s’agit d’un cas isolé, beaucoup voient dans ce scandale l’illustration d’une tendance dangereuse au relativisme culturel. Selon les associations de défense des droits des femmes, cette histoire fait écho à certains verdicts prononcés dans des affaires de "crimes d’honneur" et jugés trop cléments. "Notre système de droit est systématiquement noyauté depuis longtemps par les forces islamistes", affirme Alice Schwarzer, militante féministe dans un entretien avec le site en ligne du Spiegel. "En droit pénal, les juges ont parfois tendance à évaluer les actes de coupables musulmans avec plus de clémence", souligne Jutta Wagner, la présidente de la fédération des femmes juristes. Un phénomène qui inquiète également certains représentants politiques. "Je crains depuis longtemps que nous remettions en cause de manière insidieuse notre propre conception du droit et des valeurs", observe Wolfgang Bosbach, député CDU sur le site en ligne du Spiegel.

Le pays a encore en mémoire l’histoire de Hatun Sürücü, une jeune Turque victime d’un "crime d’honneur" en février 2005. Elle avait été abattue de trois balles dans la tête à Berlin par l’un de ses frères. L’acquittement des deux autres frères, soupçonnés d’avoir co-organisé le meurtre, et le verdict - neuf ans et trois mois de prison - contre l’accusé principal, jugé généralement "trop clément", avaient déjà provoqué un scandale au printemps 2006. De plus, la Cour fédérale de justice avait cassé en 2004 le jugement d’un tribunal de Francfort qui avait condamné un Kurde pour simple homicide volontaire alors qu’il avait tué sa femme, qui souhaitait le quitter, de 48 coups de couteau. Le tribunal avait considéré qu’en raison de "ses valeurs de l’Anatolie", il n’était pas conscient de la bassesse de son mobile. Au final, "ce scandale provoqué par la juge de Francfort va permettre de clarifier le débat sur l’intégration en montrant que le relativisme culturel ne mène nulle part et que celui qui vit en Allemagne doit respecter notre loi fondamentale", résume le député SPD, Dieter Wiefelspütz.

Le Monde - Cécile Calla

- Par: Bladi.net



Ces articles peuvent vous intéresser
Terrorisme : alerte maximale au MarocTerrorisme : alerte maximale au Maroc
Le Maroc serait sérieusement visé par des attentats terroristes d’après des sources des services de renseignement, a affirmé jeudi Mohamed Hassad,...
Les sportifs algériens interdits de stages au MarocLes sportifs algériens interdits de stages au Maroc
C’est une décision incompréhensible que viennent de prendre les autorités algériennes, en interdisant tout bonnement à leurs sportifs de se rendre au...
Kamal Essaheb, immigré clandestin aux Etats-Unis devenu avocatKamal Essaheb, immigré clandestin aux Etats-Unis devenu avocat
Un hommage a été rendu mardi à la Maison Blanche à dix immigrants clandestins aux Etats-Unis, en tant que "Champions du changement", un programme...
Voulant fêter la victoire de la Belgique, un Marocain meurt après une chuteVoulant fêter la victoire de la Belgique, un Marocain meurt après une chute
Un Marocain, qui célébrait la victoire de la Belgique sur l’Algérie, vient de mourir des suites d’une chute. Il est tombé d’une statue. L’homme n’est...
Un homme arrêté à Casablanca pour le meurtre de sa maîtresse enceinteUn homme arrêté à Casablanca pour le meurtre de sa maîtresse enceinte
Quinze jours après la découverte du corps d’une jeune femme dans une ferme à Médiouna, dans la région de Casablanca, un homme vient d’être arrêté par...
Maroc : des filles en burkini interdites de piscineMaroc : des filles en burkini interdites de piscine
Des filles portant des burkinis (vêtement couvrant tout le corps) ont été interdites de piscine, dimanche 10 août, à l’hôtel "Ibis" d’El Jadida, à 100...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014