>

Aznar : l’homme qui hait le Maroc

8 décembre 2003 - 10h50
Aznar : l'homme qui hait le Maroc

Les gouvernements marocain et espagnol tiennent, aujourd’hui et demain, à Marrakech, la réunion de la haute commission mixte prévue par le traité d’amitié et de coopération signé entre les deux pays en 1991. Une réunion, qui devait avoir lieu, il y a deux ans, mais qui fut reportée à cause de la crise diplomatique entre les deux pays.

En deux jours, Marocains et Espagnols se réuniront pour débattre des différentes questions d’intérêt bilatéral et de certains dossiers internationaux. La partie espagnole, qui est dirigée par le président du gouvernement, José Maria Aznar, est composée des huit ministres-clés de l’Exécutif notamment la ministre des Affaires étrangères, Ana Palacio ; le ministre de la Justice, José Maria Michavila et le ministre de l’Intérieur, Angel Acebes.

Du côté marocain, la réunion de la Haute commission mixte sera dirigée par le Premier ministre Driss Jettou qui rencontre son homologue espagnol pour la deuxième fois après la réunion des deux chefs de gouvernement du 5 juin dernier dans la ferme "Quintos de Mora" à Tolède (Espagne) qui avait été considérée par les observateurs comme le début de la fin de la crise diplomatique entre les deux pays. Cette conclusion reste toutefois très relative puisque les relations entre les deux pays demeurent très tendues malgré le discours modérateur affiché par certains de leurs responsables. D’ailleurs, on ne peut parler de la fin d’une crise que lorsqu’on a résolu tous les problèmes l’ayant engendrée.

Or, jusqu’à maintenant, les deux gouvernements n’ont avancé dans la solution d’aucun des conflits qui ont provoqué le clash du 28 octobre 2001 lorsque le Maroc avait rappelé son ambassadeur à Madrid pour consultations. Le Sahara marocain, les présides occupés, les frontières maritimes et le problème de l’immigration dans ses deux volets légitime et clandestin, sont les principaux sujets de discorde entre Rabat et Madrid. Dire que la crise entre les deux pays est dépassée c’est dire que les deux capitales ont avancé dans leur quête d’un terrain d’entente sur ces dossiers. Ce qui n’est pas le cas.

Mais, ce qu’il faut reconnaître c’est que cette situation a été provoquée plus par l’attitude anti-marocaine du chef du gouvernement, José Maria Aznar, que par une stratégie d’Etat. Le chef du gouvernement populaire a dès son accession au pouvoir radicalisé toutes les positions de son pays sur les questions relatives au Maroc. Sur la question du Sahara marocain, la position du gouvernement espagnol demeure la plus radicale au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies. Rappelons que Madrid avait mobilisé toutes ses ressources diplomatiques et son influence en tant que président du Conseil de sécurité pour faire adopter une résolution visant à imposer le dernier plan Baker comme solution à l’affaire du Sahara. Malgré l’échec de cette tentative et l’existence d’une position internationale de plus en plus compréhensive à l’égard de la position légitime du Maroc, le gouvernement Aznar a continué à soutenir la position des séparatistes de Tindouf. Sur la question des présides occupés, le gouvernement Aznar refuse que le sujet soit soulevé lors des entretiens entre les responsables marocains et espagnols. Aussi, la réaction de l’Exécutif espagnol lors de la crise de l’îlot marocain Leila (Perejil), a mis à nu l’attitude hostile d’Aznar.

L’action militaire qui a abouti à l’occupation de l’îlot marocain était une agression qui ne visait qu’à satisfaire une envie personnelle du chef du gouvernement espagnol de jouer au soldat. En se permettant de déclarer la guerre à un pays voisin pour résoudre un différend, Aznar avait non seulement violé le droit international, mais outragé la Constitution de son pays dont l’article 63 stipule que seul le chef de l’Etat à savoir le Roi Juan Carlos peut déclarer la guerre après avis favorable du Parlement. S’agissant de l’immigration, il y a lieu de signaler que depuis l’arrivée d’Aznar au pouvoir en 1996, la communauté marocaine immigrée en Espagne se trouve dans une situation des plus difficiles. Ainsi, l’Histoire dira que c’est au cours du mandat d’Aznar que cette communauté avait subi la première agression raciste jamais vécue en terre d’Espagne. Un événement tragique qui portera toujours le nom d’Elejido, le village andalou où durant plusieurs jours des citoyens marocains étaient lynchés par des groupuscules racistes sous le regard indifférent de la police espagnole. S’adressant aux habitants de cette région lors des élections législatives de mars 2000, Aznar a dit avoir compris le message qu’ils lui ont adressé. Depuis, le chef du gouvernement Populaire a radicalisé davantage sa politique anti-marocaine. Une position qu’il continue d’adopter malgré quelques signes d’apaisement dans la crise maroco-espagnole.

D’ailleurs, pour se rendre au Maroc, José Maria Aznar a posé plusieurs conditions préalables. Estimant que pour céder et venir au Maroc, il devait être récompensé par des concessions de la part du gouvernement marocain. L’acceptation par le Maroc du rapatriement des immigrés clandestins d’origine subsaharienne a été l’une des conditions posées par le chef du gouvernement espagnol à son homologue marocain. En somme, la visite de José Maria Aznar au Maroc n’aura aucune retombée positive sur les relations maroco-espagnoles. D’un côté, Aznar se rend au Maroc alors qu’il se trouve au terme de sa vie politique puisqu’il se retire en mars prochain, et d’un autre, il débarque les mains vides en termes de projets de coopération. C’est donc une visite sans perspective et sans aucune raison d’être.

Aujourd’hui le Maroc

-



Ces articles peuvent vous intéresser
Marine Le Pen s'attaque encore une fois à la double nationalitéMarine Le Pen s’attaque encore une fois à la double nationalité
"Il faut maintenant mettre fin à la double nationalité. Il faut choisir : on est Algérien ou Français, Marocain ou Français, mais on ne peut pas être...
Combat : Stefan Leko promet de faire la peau à Badr HariCombat : Stefan Leko promet de faire la peau à Badr Hari
Le champion du monde Stefan « Blitz » Leko a assuré qu’il n’y aura "pas de pitié" dans son combat contre Badr Hari comptant pour la troisième édition...
Des Marocains revendiquent le droit de manger en plein public pendant RamadanDes Marocains revendiquent le droit de manger en plein public pendant Ramadan
Les membres du Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles (Mali), revendiquent encore une fois le droit de manger en plein public...
Le crocodile de Rabat court toujours ...Le crocodile de Rabat court toujours ...
Le crocodile de Rabat existe bel et bien, mais il n’a pas encore été retrouvé. Le reptile a été vu pour la première fois par une touriste étrangère à la...
Une famille à vendre au MarocUne famille à vendre au Maroc
Après Mustapha Bouadoud qui s’est offert à la vente à Beni Mellal, c’est aujourd’hui une famille de 4 personnes, la mère, deux fils et une fille, qui...
Pour la police de Marrakech, maquillage rime avec prostitutionPour la police de Marrakech, maquillage rime avec prostitution
Après le délit de faciès, voici le délit que l’on pourrait qualifier d’esthétique. Une nouvelle brigade de femmes policières en civil vient de voir le...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014