>

A Casablanca, Zara est devenue un haut lieu de la mode

19 juillet 2007 - 01h15
A Casablanca, Zara est devenue un haut lieu de la mode

Ce n’est évidemment pas sur l’éternel parvis de la mosquée Hassan II. Ni à la plage. Le point de rendez-vous de la jeunesse branchée de Casablanca - et un des lieux de drague - est un bout de trottoir balafré, boulevard Al Massira Al Khadra, à l’ombre des pompeuses vitrines de Zara et à deux pas de l’imposant Twin Center, au coeur du quartier d’affaires.

Devant cette boutique de vêtements, les limousines Mercedes se relayent. Les vigiles sont aussi des portiers. Et les chauffeurs patientent. Sur les trois niveaux lumineux du magasin, sur les quelque 2 700 mètres carrés high-tech, femmes voilées ou en minijupe, raffinées ou modestes, se côtoient et partagent les mêmes cintres. Du matin au soir, ça grouille de monde. Contrairement à l’Europe et particulièrement à la France, Zara à "Casa" "c’est du haut de gamme", assure la jeune directrice de la boutique, Nora Kerdoudi. Presque du luxe. Pour les clients, la marque "rappelle la France". "Pour les Marocains l’apparence est importante, précise Mme Kerdoudi. Ils aiment s’habiller à l’occidentale."

150 fournisseurs locaux

Un succès inattendu pour ce franchisé exploité par le groupe Aksal qui se vante d’avoir "démocratisé la mode". Mais la réussite est bien là. Cette boutique - la première du nom en Afrique, la seule au Maroc -, inaugurée le 26 mars 2004, est classée par le propriétaire espagnol de la marque, le groupe Inditex, parmi les 20 premières de l’enseigne dans le monde. Sur 1 035 magasins. Aucun chiffre d’affaires n’a toutefois été communiqué.

Au-delà de cet aspect "mode", Inditex s’est imposé, dans le secteur du textile, comme le premier client du royaume. Le géant ibérique, qui alimente les collections de 3 285 magasins dans le monde, s’y approvisionne pour 110 millions d’euros par an. "Il y a trois ans, c’était à peine 15 millions", note Karim Tazi, président de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (Amith). Inditex travaille avec 150 fabricants sur les 900 que compte le pays. Ils lui fournissent environ 10 % du total de ses approvisionnements - près de 33 millions de pièces par an. Inditex fait vivre près de 40 000 salariés sur les 220 000 du secteur. "Il faut compter avec une production proche de nos centres de dessin en Espagne, explique la direction. Au Maroc, nous avons des fournisseurs capables de répondre vite à nos exigences de qualité."

En effet, pour contrer la concurrence chinoise, le Maroc s’est perfectionné dans le "fast-fashion", qui permet de répondre très rapidement aux changements de tendance de la mode, en produisant de petites séries. Ce qui convient à merveille à Inditex, qui fait livrer des nouveautés à ses boutiques deux fois par semaine.

Le 27 juin dernier, l’Amith a signé avec Inditex un partenariat qui garantit que la production du royaume sera conforme aux lois sociales et respectera l’environnement. Les fabricants s’engagent également à ne plus revendre au marché noir le surplus qui sort des usines.

Forts de cette confiance, d’autres Zara vont ouvrir cet été. A Agadir, à l’aéroport de Casablanca, et à Marrakech, à la rentrée, pendant le mois de ramadan.

Le Monde - Mustapha Kessous

- Par: Bladi.net


Ces articles peuvent vous intéresser
Photo : le Roi Mohammed VI à ParisPhoto : le Roi Mohammed VI à Paris
Actuellement à Paris pour une visite privée, le Roi Mohammed VI a été pris en photo dans une rue de la capitale avec un jeune...
Rabat aura son Morocco MallRabat aura son Morocco Mall
Après le lancement réussi du Morocco Mall de Casablanca, le groupe Aksal, dont la propriétaire n’est autre que Salwa Idrissi Akhannouch, va...
Des camps d'entraînement de djihadistes au nord du MarocDes camps d’entraînement de djihadistes au nord du Maroc
Le nord du Maroc abriterait des camps d’entraînement de djihadistes situés dans un rayon de huit kilomètres du préside occupé de Sebta. Les petits...
Un Marocain arrêté pour avoir vanté l'assassinat du pilote jordanienUn Marocain arrêté pour avoir vanté l’assassinat du pilote jordanien
Un homme a été interpellé à Settat, dans le centre du Maroc, pour avoir publié sur les réseaux sociaux des commentaires vantant l’assassinat du pilote...
Du surf au Maroc comme vous ne l'avez jamais vuDu surf au Maroc comme vous ne l’avez jamais vu
Deux surfeurs professionnels, Axi Muniain (Espagne) et Jérome Sahyoun (Maroc), ont accepté de modifier leurs planches de surf, en y ajoutant des...
Vidéo : flot d'insultes d'une professeur envers son élèveVidéo : flot d’insultes d’une professeur envers son élève
Une vidéo publiée sur Youtube, mettant en scène une professeur d’informatique insultant un élève, soulève une forte polémique dans le milieu enseignant,...
Marrakech en état d'alerte maximale après l'attentat en TunisieMarrakech en état d’alerte maximale après l’attentat en Tunisie
Abdeslam Bikrat, wali de la région de Marrakech-Tensift, a convoqué d’urgence mercredi les dirigeants des services de police, de gendarmerie royale,...
L'homme le plus recherché d'Inde arrêté au MarocL’homme le plus recherché d’Inde arrêté au Maroc
Recherché pour une quarantaine d’affaires criminelles dans son pays d’origine, l’Inde, Bannanje Raja vient d’être arrêté par la police au Maroc où il...
Une enseignante arrêtée en flagrant délit de mendicité à MeknèsUne enseignante arrêtée en flagrant délit de mendicité à Meknès
Une professeure marocaine a été arrêtée en flagrant délit de mendicité en plein centre-ville de Meknès. La femme voilée pour éviter d’être reconnue...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2015