>

Discriminations : les solutions de l’UMP

12 avril 2007 - 11h14
Discriminations : les solutions de l'UMP

Les têtes pensantes de la diversité de l’UMP ont présenté mercredi leurs propositions pour une France plurielle « valorisée et assumée ». Progressistes sur les solutions à apporter au problème des discriminations, les militants reprennent sur le fond l’idée de leur candidat aux présidentielles d’un grand ministère de l’Immigration… « et de l’Intégration ».

Les discours sur la diversité sont « trop souvent des discours de compassion, d’excuses quelquefois, mais jamais de proposition », estime Yves Jego, député et secrétaire national de l’UMP (Union pour un mouvement populaire) à l’origine de la création en septembre 2006 du Cercle de la diversité républicaine. Cet organe de l’UMP a présenté ce mercredi 35 propositions pour une France de la diversité « valorisée et assumée », au siège du parti, et en l’absence de son candidat aux présidentielles. « Le travail a été fait en liaison avec Nicolas Sarkozy », assure Yves Jego, même si le document précise qu’il n’engage que ses auteurs. Une « liberté de langage vis-à-vis de certaines propositions, explique le député. Mais beaucoup de citations montrent que nous sommes en phase avec notre candidat ».

Des mesures incitatives « provisoires » contre les discriminations

En phase, ils le sont avec Nicolas Sarkozy sur la question de la « discrimination positive à la française ». Une pratique qui n’est « que l’autre nom du volontarisme républicain, parce qu’il n’y a pas d’autres méthodes pour réparer certaines injustices », selon l’ancien ministre de l’Intérieur. Cette discrimination positive, certains des membres de l’UMP expliquent en avoir bénéficié au sein du parti pour se présenter aux législatives de juin prochain. « Pas comme faire-valoir », assure Linda Asmani, candidate dans la 5è circonscription de Paris (10e arrondissement), « mais parce que nous aimons la politique ». « Je n’ai jamais regardé la couleur de ma peau. Je suis français avant tout et un militant qui a fait toutes ses classes au RPR (Rassemblement pour la République) puis à l’UMP », ajoute Emmanuel Njoh, conseiller exécutif dans le département du Val de Marne.

Dans le domaine de l’éducation, prenant acte des « initiatives positives » existant déjà, le Cercle propose notamment de « systématiser des accès spécifiques aux grandes écoles pour les meilleurs élèves issus des quartiers difficiles ». Dans le monde de l’entreprise, il ressuscite l’idée du CV anonyme et imagine la « formation des responsables des ressources humaines à la prise en compte de la diversité ». Il envisage également la création d’un fonds de soutien aux « entreprises de la diversité », la création d’un label « entreprise diversité » ou encore la création de zones franches globales qui puisse permettre aux DOM TOM d’être plus attractifs. Des mesures incitatives « provisoires », précisent les auteurs, et qui visent « à permettre un retour à une situation acceptable en terme d’égalité des chances ».

« Nicolas Sarkozy est un humaniste »

Les secrétaires nationaux, conseillers exécutifs et adhérents de l’UMP, brisent un tabou en proposant de « mettre en place des statistiques de la discrimination afin de mesurer le déficit de prise en compte de la diversité » en France. Ils ne parlent pas de « statistiques ethniques » car ils estiment que le critère de l’origine est moins pertinent que ceux de la couleur, du patronyme ou du lieu d’habitation. Ils s’autorisent néanmoins à analyser les « catégories retenues dans la vie ordinaire, c’est-à-dire les Blancs, les Noirs, les Asiatiques ».

En revanche, le Cercle ne trouve rien à redire sur la question du « ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale » prôné par Nicolas Sarkozy et qui a tant fait débat ces derniers jours. Les deux termes sont « liés, essaye Linda Asmani, car Nicolas Sarkozy est un humaniste. Il est favorable à l’immigration, mais choisie. Et notre pays aura besoin de l’immigration dans les années à venir. »

Pourquoi alors remplacer l’intitulé « Identité nationale » par « Intégration », comme il le propose ? « C’est un autre mot pour renforcer la cohésion, mais l’objectif reste de renforcer l’identité nationale », assure Dogad Dogui, l’un des porte-paroles de l’organe de l’UMP. Un renforcement qui ne pousse en rien les candidats aux législatives à « renoncer à [leur] culture » d’origine, expliquent-ils.

Prenant volontairement de la distance avec la polémique sémantique, Kamel Hamza, candidat dans la troisième circonscription de Seine-Saint-Denis, assure que « ceux qui critiquent la proposition ne connaissent pas le terrain. Les immigrés dépendent du ministère des Affaires étrangères, des Affaires sociales, de la Justice… Quand vous êtes étranger, c’est un véritable parcours du combattant ».

- Par: Bladi.net



Ces articles peuvent vous intéresser
Immobilier : des appartements et villas bradés à 50% au MarocImmobilier : des appartements et villas bradés à 50% au Maroc
Pour liquider son stock, un promoteur immobilier au Maroc propose jusqu’à 50% de réduction sur des appartements et même des villas, dans plusieurs...
Royal Air Maroc s'explique sur l'incident du 24 août dernierRoyal Air Maroc s’explique sur l’incident du 24 août dernier
La compagnie nationale Royal Air Maroc a réagi suite à la publication hier, jeudi, d’une brève par Bladi.net faisant état d’un problème à bord du vol...
50.000 retraités français au Maroc50.000 retraités français au Maroc
Plus d’un million de Français ont décidé de passer leur retraite en dehors de l’Hexagone. Le Maroc reste une destination privilégiée pour bon nombre...
La police espagnole arraisonne le yacht du roi Mohammed VILa police espagnole arraisonne le yacht du roi Mohammed VI
Le bateau du Roi Mohammed VI aurait été arraisonné le 7 août dernier par la Guardia Civil espagnole alors qu’il se trouvait dans les eaux...
Vidéo : inauguration de l'exposition « Le Maroc contemporain » à ParisVidéo : inauguration de l’exposition « Le Maroc contemporain » à Paris
Le président de la République française, François Hollande, a inauguré hier l’exposition « Le Maroc contemporain » à l’Institut du Monde arabe à Paris,...
Quand un ministre belge traitait les Marocains de « petits cons »Quand un ministre belge traitait les Marocains de « petits cons »
A peine nommé, le voilà déjà dans l’embarras. Le nouveau secrétaire d’Etat belge à l’Asile et la Migration, Théo Francken, est attaqué depuis quelques...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014