>

Fès prépare son festival amazigh

29 mai 2008 - 10h36
Fès prépare son festival amazigh

Et de 4 pour le festival de la culture amazigh. Organisée par l’Association Fès-Saïss en partenariat avec la Fondation esprit de Fès, l’Institut royal de la culture amazigh la Fondation BMCE, et le Centre sud/nord pour le dialogue interculturel, cette édition aura lieu du 3 au 6 juin prochain.

Initiée sous le thème « 1.200 ans de symbiose et d’unité du peuple marocain », cette manifestation s’inscrit dans le cadre des hautes directives royales relatives à la promotion de la culture amazigh et de la culture populaire, indique Moha Ennaji, directeur du festival. Et d’ajouter que le point fort de cette initiative est l’accent mis sur la signification historique, sociale et civilisationnelle du brassage culturel arabo-amazigh. Il s’agit de dégager une vision cohérente, permettant de consolider le dialogue pour une culture démocratique.

Le festival s’articule sur deux aspects : Un colloque consacré au débat sur « le brassage de la culture arabo-amazigh », et une animation dédiée à la chanson et à la poésie amazigh et populaire. L’ambition des organisateurs est d’éclairer sur l’impact positif que le pluralisme culturel en général et l’Amazigh en particulier peut avoir sur la démocratie, le développement durable et la sauvegarde du patrimoine. Ce serait également l’occasion d’œuvrer à la consolidation du processus de développement, des valeurs de la paix, de dialogue et de cohésion sociale.

Parallèlement aux débats et tables rondes, le festival comprendra des spectacles de chants amazigh et populaire interprétés par des artistes venant de différentes régions du Royaume. Y figurent Mustapha Oumguil, Abdelaziz Ahouzar, Saïda Titrit, Fatema Tabaamrant, Amarg Fusion (Souss), Groupe Mabrouk (Rif), Djamel Allam et Abder Oulahlou (Algérie).

Pour ce qui est du colloque, la priorité sera donnée aux moyens qui permettraient une approche intégrée du rôle du brassage culturel dans la consolidation de la modernité et de la démocratie. Les intervenants réagiront également sur l’approche qui privilégie la dimension humaine et sociale. Le colloque se propose également d’ouvrir de nouvelles perspectives pour passer à une autre phase du débat sur la différence. Une phase qui viserait à lier l’orientation politique fondée sur la différence culturelle à une politique démocratique de justice sociale.

Ainsi, parmi les axes inscrits à l’ordre du jour, figurent des « aperçus sur l’histoire du brassage de la culture arabo-amazigh », « le patrimoine amazigh dans la civilisation et la culture marocaine », « les coutumes, la religion et l’Etat », et « les fondements culturels de la société marocaine (africain, andalous, musulman et juif) ». Les participants échangeront notamment autour de « la culture en tant que dynamique de développement », les « identités culturelles, modernité et démocratie », la « diversité culturelle et mondialisation », « la culture arabo-amazigh et la création artistique et littéraire ».

En tout cas, le directeur du festival promet un grand moment de réflexion. Selon lui, ce colloque se veut une opportunité pour les experts, les chercheurs et les acteurs de la société civile de débattre des questions relatives à l’histoire, la modernité et la diversité culturelle et leur rôle dans la consolidation de la démocratie, du développement et de la cohésion sociale. De plus, le festival propose cette année des expositions de livres, de produits de l’artisanat, d’œuvres d’art, et du tapis amazigh. Enfin, un vibrant hommage sera rendu au professeur Ahmed Boukous, recteur de l’Institut royal de la culture amazigh pour ses contributions louables au rayonnement de la culture amazigh.

Source : L’Economiste - Youness Saad Alami

- Par: Bladi.net



Ces articles peuvent vous intéresser
Lalla Salma élue l'une des plus belles premières dames au mondeLalla Salma élue l’une des plus belles premières dames au monde
L’épouse du Roi Mohammed VI, Lalla Salma, a été élue troisième plus belle première dame au monde par le site richestlifestyle.com, dans un classement...
Disparition d'El Nene : les contrôles aux frontières renforcésDisparition d’El Nene : les contrôles aux frontières renforcés
Le poste-frontière de Tarajal séparant le Maroc de la ville autonome de Sebta est sous haute surveillance, aussi bien du côté marocain que du côté...
Le Roi Juan Carlos aurait passé plusieurs semaines à Tanger avec sa maitresseLe Roi Juan Carlos aurait passé plusieurs semaines à Tanger avec sa maitresse
Un divorce royal devrait être annoncé dans les semaines à venir. C’est la presse italienne qui fait état de la prochaine officialisation du divorce de...
Un Marocain grièvement blessé par un militaire algérienUn Marocain grièvement blessé par un militaire algérien
Un citoyen marocain a été grièvement blessé par des tirs de l’armée algérienne au niveau de la frontière située au douar Oulad Saleh, à une trentaine de...
Le chanteur de Led Zeppelin raconte la corruption des gendarmes marocainsLe chanteur de Led Zeppelin raconte la corruption des gendarmes marocains
Il n’y a pas que les petites gens qui sont confrontées à la corruption au Maroc. Le célèbre chanteur du groupe Led Zeppelin, Robert Plant, en a fait...
Royal Air Maroc s'explique sur l'incident du 24 août dernierRoyal Air Maroc s’explique sur l’incident du 24 août dernier
La compagnie nationale Royal Air Maroc a réagi suite à la publication hier, jeudi, d’une brève par Bladi.net faisant état d’un problème à bord du vol...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014