être arabe est une conduite à risque

Discussion dans le forum 'Général' créée par tinky le 20 Sept. 2005.

  1. tinky

    tinky Moche ou Bekheir hamdullah

    Inscrit:
    20 Avril 2005
    Messages:
    22 735
    Likes:
    2 615
    salam, bonjour,

    Histoire choquante qui est arrivé à cette famille revenant de vacance ... Etre arabe est un délit je le confirme en lisant cette histoire.

    http://www.liberation.fr/imprimer.php?Article=318729

    Notre amie nous avait prévenus : ce samedi est classé noir. En partant à l'aube avec les enfants encore endormis, il était possible d'échapper au piège des bouchons rituels de la fin juillet. En abordant la région parisienne en fin de matinée, nous étions sûrs de pouvoir déjeuner à la maison ; ce samedi ne sera pas noir pour nous. C'était compter sans la panne imprévisible, l'attente interminable d'un dépanneur envoyé par la gendarmerie, la voiture ballottée sur une voie d'urgence coincée au milieu des six voies qui conduisent aux portes de Paris. Plus d'une heure après, enfin en sécurité dans la cabine du camion, nous étions soulagés et envisagions l'épilogue du feuilleton «retour de vacances» ; c'était compter sans le zèle de fonctionnaires assermentés, surgissant à toute allure dans un car de police, nous forçant à nous arrêter sur le bas-côté de l'autoroute.

    Sans vérifier qui se trouve à bord, ils braquent leurs armes sur nous en ordonnant de lever les mains en l'air et de descendre à tour de rôle. A commencer par le chauffeur plaqué contre son véhicule pour subir une fouille entrecoupée de questions en rafale ; puis vient le tour de mon mari, allongé face contre terre dans les herbes folles et fouillé énergiquement. Loin de s'arrêter là, les policiers, qui semblent ne pas voir qu'ils ont affaire à une famille d'ex-vacanciers, continuent l'évacuation sans ménagement. Un policier armé m'ordonne de descendre et de m'étendre face contre terre à distance de mon mari ; presque sans hésitation, il réitère la scène avec notre fille, 14 ans, et ignorant ses sanglots de panique entrecoupés de «Pourquoi, pourquoi ?», lui dit de s'allonger, elle aussi. Puis, rien ne semblant pouvoir les rappeler au bon sens ou au discernement le plus élémentaire, ils accueillent arme au poing nos deux jeunes enfants, 9 et 6 ans, descendus derrière leur soeur les mains en l'air et leur ordonnent de se tenir à bonne distance de leurs parents. Là, nous atteignons le comble de l'absurdité et de l'angoisse, lorsque, toujours allongés, nous découvrons nos enfants les bras hissés, l'air ébahi face à des policiers qui ne semblent toujours pas convaincus qu'il serait temps de rengainer leur arme. En une fraction de seconde, la crainte du mouvement de panique ou la perte de contrôle qui seraient fatales à un des enfants se précise, je me dis, dans un état second, qu'il ne faut surtout pas manifester une quelconque résistance ni protester devant ce qui ressemble à s'y méprendre à une bavure policière. Le grotesque le disputant au tragique, je me tiens tranquille.

    C'est alors que mon mari, de sa position allongée, se met à parler à la troupe encore hésitante : «Mes enfants, ce sont mes enfants, s'il vous plaît ; c'est moi qui ai appelé la gendarmerie pour être dépanné, nous rentrons de vacances ; je suis chirurgien des hôpitaux de Paris, ma femme enseigne à l'université, vérifiez nos papiers, s'il vous plaît.» Je ne sais pas lequel s'est ressaisi en premier, mais, enfin, pendant que les uns et les autres, visiblement soulagés, rengainent progressivement leur arme, un premier se décide à fouiller dans les poches de mon mari toujours à terre pour retrouver son portefeuille et ses papiers, un autre vient me demander les miens que j'extirpe, allongée, de mon sac avec précaution, ne voulant pas inquiéter par des gestes brusques. Un troisième parle à la grande, toujours en pleurs, dit aux enfants de baisser les bras et de se rapprocher de moi, sans réaliser qu'ils ne sont pas vraiment rassurés de me voir maintenue à terre, comme leur père, dans une position humiliante.

    Tout s'est passé très vite, et pourtant, la violence psychologique et physique infligée, la crainte de la balle perdue, semblent avoir duré une éternité. C'est alors qu'un policier revêtu d'un gilet pare-balles nous explique que notre voiture a été confondue avec celle de braqueurs recherchés. En dépit du soulagement des policiers, des excuses réitérées et des mots de réconfort prononcés à la demande de mon mari, leur conseillant de s'humaniser aux yeux des enfants découvrant l'expérience d'armes pointées sur eux, le trouble et l'écoeurement ne se sont pas dissipés. Fin du mauvais téléfilm, à moins qu'il ne s'agisse d'un exercice d'entraînement dont nous avons été les figurants (les otages ?) involontaires.

    Maintenant, les questions fusent. La première : pourquoi nous ? Le hasard, nous avons été le jouet du plus pur hasard, de ce qui était destiné à n'être qu'une péripétie d'un samedi de juillet très chargé. Cela aurait pu arriver à n'importe quelle autre voiture passant par là. Mais ce fut nous, la famille de vacanciers en panne, anonyme, sans relief ni signe particulier. Quoique... Comment ne pas se poser la question embarrassante ? Qui nous dit que leur capacité d'évaluation de la situation n'a pas été altérée par la présence à l'avant de la cabine d'un passager qui avait la tête de l'emploi : un Arabe ? Confondant le plan Vigipirate, la lutte antiterroriste et la répression du banditisme, les policiers ont vu dans ce «suspect» le protagoniste parfait dans tous les rôles de criminel. N'ayant vu que cela, et comme il n'était pas écrit sur son front qu'il se trouve être chirurgien transplanteur spécialiste de la mucoviscidose, les policiers ont perdu de vue la femme et les trois enfants assis à l'arrière. Pourtant, s'ils n'avaient pas été saisis d'une myopie bien dans l'ambiance «arrestation musclée du suspect idéal», ils auraient pu en une fraction de seconde se rendre compte qu'ils n'étaient pas en présence de dangereux braqueurs armés jusqu'aux dents. Les événements n'auraient pas tourné au cauchemar pour le conducteur et les passagers. Je l'avais écrit ailleurs, je ne croyais pas en vivre un jour la dangereuse démonstration avec les miens : le simple fait d'être arabe est une conduite à risque pouvant mettre en danger celui qui porte le stigmate comme ceux qui se trouvent à ses côtés. Ainsi, malgré lui, par sa simple présence, mon mari aura alimenté le délire sécuritaire qui brouille la pratique policière responsable.

    Outre les effets désastreux d'une telle situation sur la personne qui s'y trouve piégée, je ne peux pas ignorer que le racisme antiarabe, parmi d'autres, est banalisé, intériorisé au sein de la police comme dans d'autres administrations, et qu'il libère des comportements disproportionnés même sans intention raciste de la part de ses auteurs. Mais alors, une autre question s'impose : avant même que le faciès ne produise son effet magique, pourquoi la gendarmerie, avertie de notre panne, n'a pas été contactée par les policiers en surveillance pour s'assurer que le véhicule était signalé aux services concernés ? Ils auraient pu aisément constater que nous attendions réellement un dépannage et, pourquoi pas, nous secourir, étant donné l'emplacement où nous étions coincés. Mais le plus grave, ce qui n'a cessé de nous inquiéter depuis ce samedi noir, c'est l'absence de professionnalisme et de discernement de ces policiers qui les a conduits à traiter de façon violente et humiliante ceux qu'ils auraient dû protéger. Par un retournement inouï, nous avons été projetés dans un climat d'insécurité qui est l'exact envers du climat sécuritaire que l'on nous vend depuis plusieurs années en guise de politique intérieure. L'incompétence des policiers illustre le caractère contre-productif d'un discours sécuritaire outrancier et excessif, qui finit par déteindre sur les pratiques de ceux censés l'appliquer. Excès de langage, sensationnalisme des mises en scène, banalisation d'une violence qui n'a plus rien de légitime lorsqu'elle s'exerce contre des citoyens anonymes et innocents, voilà où nous mène le sarkozysme travesti en projet politique. Du lamentable «il faut terroriser les terroristes» à l'indigent «il faut nettoyer les quartiers au Kärcher», une rhétorique nauséabonde condamne ceux auxquels est promise la voie, introuvable, de la méritocratie, à avoir plus de chance d'être piégés dans des ornières d'autoroute où ils sont exposés, avec leurs enfants, à toutes les insécurités. Est-ce là le sort des citoyens sans qualité : la promotion de l'égalité des chances, d'être victime du risque sécuritaire ?

    Nacira Guénif-Souilamas, sociologue et «juilletiste»


    tawmat

     


  2. Ancien-Membre

    Ancien-Membre

    Inscrit:
    27 Juil. 2013
    Messages:
    134
    Likes:
    1 802
    Certes, cette histoire si elle est vraie , est malheureuse , mais il y a une loi implacable qui est celle de cause à effet et il faut d'abord se demander pourquoi on en arrive à de telles situations . Alors,avant de crier au scandale il faudrait d'abord se poser la question de savoir pourquoi ce délit de faciès a lieu systématiquement vis-à-vis de tout ce qui est maghrébin et génére ces bavures et ces débordements ! on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs comme on dit et tant que cette communauté ne se sera remise en question, il y aura malheureusement les meilleurs d'entr'eux qui paieront la facture pour tous les autres ( ceux qui ont mauvaise presse et fichent le bordel partout !)
     
  3. tinky

    tinky Moche ou Bekheir hamdullah

    Inscrit:
    20 Avril 2005
    Messages:
    22 735
    Likes:
    2 615
    salam, bonjour, :)

    A te lire tu justifie l'antisémitisme :-D

    Ben ta des sionnistes qui tuent des palestiniens donc c'est normal qu'en France des juifs sans prennent pleins la gueule. on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs comme on dit.

    tawmat :)
     
  4. bla-bla

    bla-bla

    Inscrit:
    4 Août 2005
    Messages:
    1 221
    Likes:
    1
    surtout que le "être arabe est une conduite à risque" n'est là que dans la supposition faites après coup ./

    une sorte de victimisation à nouveau (encore faut-il donc que ce soit vrai)

    Qui dit que, si les braqueurs avaient été asiatiques, ce n'aurait pas été une famille de vacanciers d'orignes asiatiques qui auraient été prises à la place des braqueurs ?


    le seul but de ce texte, avec un telle conclusion en tout cas, est de braquer encore plus la vision des gens.
     
  5. bla-bla

    bla-bla

    Inscrit:
    4 Août 2005
    Messages:
    1 221
    Likes:
    1
    et toi, à te lire, tu ne connais pas le sens du mot "justifier"...
     
  6. waRm

    waRm Use with caution

    Inscrit:
    30 Juin 2005
    Messages:
    21 031
    Likes:
    31
    ben bla bla il retourne la logique kel a dit sur une autre cible cest aussi vrai
     
  7. tinky

    tinky Moche ou Bekheir hamdullah

    Inscrit:
    20 Avril 2005
    Messages:
    22 735
    Likes:
    2 615
    salam, bonjour, :)

    Je me suis relus et je n'ai pas à me justifié devant toi en ce qui concerne l'emploi de tel ou tel mot :p

    tawmat :)
     
  8. tinky

    tinky Moche ou Bekheir hamdullah

    Inscrit:
    20 Avril 2005
    Messages:
    22 735
    Likes:
    2 615
    salam, bonjour, :)


    Faut vraiment être un malade un dérangé de la caboche ne rien avoir sous le cailloux pour encore essayer de justifier un acte pareil ...bla bla tu justifie bien le choix de ton pseudo car tes palabres résonnent comme des bla bla sans queue ni tête :-(

    tawmat :)
     
  9. anonyme321

    anonyme321

    Inscrit:
    28 Oct. 2004
    Messages:
    1 596
    Likes:
    0
    l'attente interminable d'un dépanneur envoyé par la gendarmerie, la voiture ballottée sur une voie d'urgence coincée au milieu des six voies qui conduisent aux portes de Paris. Plus d'une heure après, enfin en sécurité dans la cabine du camion

    nous explique que notre voiture a été confondue avec celle de braqueurs recherchés.

    ..... ... depuis quand des braqueurs en fuite appel les gendarmes pr avoir un camion de depannage... les policiers pensaient à avoir a faire avec une famille de braqueur de 7 à 77 ans en train de se faire dépanner....

    bizarre commme histoire quand même mais si elle est vrai .... c pas la première c pas la dernière!
     
  10. Difkoum

    Difkoum Merci Ely VIB

    Inscrit:
    14 Août 2002
    Messages:
    21 816
    Likes:
    7 429
    Le sport favorit de thinky. Bientôt il nous remettra sur le tapis l'histoire du pauvre imam qui se fait voler sa mobylette. :p
     
  11. tinky

    tinky Moche ou Bekheir hamdullah

    Inscrit:
    20 Avril 2005
    Messages:
    22 735
    Likes:
    2 615
    salam, bonjour, :)

    Je confirme qu'elle est vrai, le père de famille qui est chirurgien qui au passage en relisant bien vous remarquerez que c'est le métier qui leur a mis la puce à l'oreille à ces incompétents a été interviewer à la télévision. J'ai vu le reportage et le traumatisme est réel surtout sur la fille de 14 ans.

    tawmat :)
     
  12. anonyme321

    anonyme321

    Inscrit:
    28 Oct. 2004
    Messages:
    1 596
    Likes:
    0
    j'ai fais une recherche sur la mère à ce que je vois elle est connue.... bin pas de chance les policiers c pas tt les jours qu'on tombe sur un couple de maghrebin chirurgien et une sociologue!!!! ...
     
  13. bla-bla

    bla-bla

    Inscrit:
    4 Août 2005
    Messages:
    1 221
    Likes:
    1

    cette réaction fait comprendre l'antisémitisme.


    mais y a-t-il justification ? :-? :-? :-?

    donc, je suis désolé, mais la malhonnêeteté intellectuelle de sieur tinky est bien présente !
     
  14. bla-bla

    bla-bla

    Inscrit:
    4 Août 2005
    Messages:
    1 221
    Likes:
    1
    tu emploies toujours ce terme "justifier".

    où ai-je justifié ce dont il est question ?

    je te laisse me trouver le passage exact !


    :-x :-x :-x :-x :-x :-x
     
  15. Difkoum

    Difkoum Merci Ely VIB

    Inscrit:
    14 Août 2002
    Messages:
    21 816
    Likes:
    7 429
    Intellectuel :lol: :lol: :lol:
     
  16. bla-bla

    bla-bla

    Inscrit:
    4 Août 2005
    Messages:
    1 221
    Likes:
    1
    je me devais de rester correct :-D

    PS : en même temps, tu viens de me faire remarquer une faute d'accord que je corrige de suite ;-)
     
  17. Ancien-Membre

    Ancien-Membre

    Inscrit:
    27 Juil. 2013
    Messages:
    134
    Likes:
    1 802
    toujours toujours la critique , c'est le rendez vous des islamophobes et anti-musulmans votre place c'est pas dans ce forum mais dans le forum de villiers t du front national cassez vous bande de racistes :-x :-x je parle pour bla-bla et pour difkoum et isvahri.
     
  18. bla-bla

    bla-bla

    Inscrit:
    4 Août 2005
    Messages:
    1 221
    Likes:
    1
    j'en conclus donc que critiquer veut dire être islamophobe, anti-musulman et raciste ?

    le genre de fait (la bavure/confusion et surtout le manque d'humanité) qui a été apporté est condamnable !
    mais le racourci qui est fait à la fin l'est tout autant s'il n'est pas suivi de questions pertinentes !
     
  19. Ancien-Membre

    Ancien-Membre

    Inscrit:
    27 Juil. 2013
    Messages:
    134
    Likes:
    1 802
    dans vos propos vous justifiez la bavure c'est sa que je ne cautionne pas et que je trouve inadmissible en parlant de victimisation alors que c'est personnes se sont des être humains et des victimes de cette bavure policiére !!!!
     
  20. tinky

    tinky Moche ou Bekheir hamdullah

    Inscrit:
    20 Avril 2005
    Messages:
    22 735
    Likes:
    2 615
    salam, bonjour, :)

    Je me demande si tu avais vécu cette histoire comment l'aurais tu ressenti ? cela aurait pu arrivé à n'importe qui toi, moi n'importe qui !!!

    Mais toi dif. tu t'aurais tu accepter leurs plates excuses etc ... Brave petit.

    tawmat :)
     

Partager cette page