Assas: l'ex-étudiant condamné pour avoir falsifié ses notes

Discussion dans le forum 'Actualités françaises' créée par harissagirl le 14 Avril 2012.

  1. harissagirl

    harissagirl Quidquid latine dictum sit, altum sonatur VIB

    Inscrit:
    27 Août 2009
    Messages:
    8 272
    Likes:
    1 983
    Le jeune homme a écopé de six mois de prison avec sursis pour s'être introduit dans le système informatique interne de son université.

    L'étudiant était allé jusqu'à quadrupler ses notes et celle de sa petite amie de l'époque pour passer haut la main les examens. Un ancien élève de l'Institut de droit et d'économie de Paris II-Assas, situé à Melun, a été condamné mercredi à six mois de prison avec sursis pour avoir falsifié des notes grâce à une intrusion dans le système informatique de son établissement. Le jeune homme, aujourd'hui âgé de 24 ans et consultant au sein d'un cabinet de gestion de crise, a également écopé d'une amende de 3000 euros ainsi qu'une interdiction d'exercer dans la fonction publique pendant cinq ans. Son ancienne amie, poursuivie pour complicité, a, elle, été relaxée. Le couple avait toujours nié les faits.

    L'affaire remonte à 2008. Un mystérieux corbeau indique à l'administration de l'université des irrégularités dans les notes de partiels d'une élève. Sur Internet, il est indiqué qu'elle passe en troisième année. Sur les listes papier, en revanche, elle est recalée. Elle n'obtient en effet la moyenne que dans une matière sur dix. Convoquée, la jeune femme assure ne pas savoir de quoi il retourne. Le doyen de l'université locale, Frédéric Debove, décide tout de même de porter plainte pour piratage informatique.


    Vice-major
    L'enquête est alors confiée à des spécialistes de la criminalité informatique. Rapidement, les policiers remontent la piste du petit ami de l'étudiante, un responsable des Jeunes populaires de Seine-et-Marne. Il est établi que c'est lui qui a modifié les notes de la jeune femme. Et qu'il a également modifié ses propres notes, allant jusqu'à s'attribuer une mention lui permettant de sortir vice-major de sa promotion. Un bon point pour le jeune homme, qui souhaite à l'époque intégrer Sciences Po. Pour parvenir à ses fins, il aurait profité de l'absence d'une secrétaire, qui ne verrouillait jamais son ordinateur, pour pénétrer dans le système informatique de son établissement et modifier les notes. Fait plutôt rare, le jeune homme est alors inculpé et, dans la foulée, la secrétaire mutée.

    Une affaire qui n'est pas sans rappeler celle survenue en 2010 à l'université de Rennes-II. Profitant de son statut de vacataire, une étudiante en master de psychologie avait récupéré des codes et en avait profité pour pirater le système et faire valider son année. Grâce à ses modifications, la jeune femme, qui avait des notes «médiocres» selon sa faculté, sortait… major de sa promotion! Démasquée, elle avait fini par être exclue de toute université pendant cinq ans.
     


  2. Memories

    Memories Soleil assassiné VIB

    Inscrit:
    11 Fév. 2011
    Messages:
    11 727
    Likes:
    7 005
    Complètement fous ces djeuns

    Elle passe de "recalée" à "major de promo".. elle a craqué celle-là ma parole..
     
    plovdiv et lacerise aiment ça.
  3. mam80

    mam80 la rose et le réséda Modérateur

    Inscrit:
    23 Sept. 2009
    Messages:
    20 842
    Likes:
    14 340
    faut être fou pour faire ça :
    il n'y a pas de cohérence,
    donc, ça coince

    mam
     

Partager cette page