Le bonheur

Discussion dans le forum 'Islam' créée par twbh2 le 19 Avril 2007.

  1. twbh2

    twbh2

    Inscrit:
    14 Avril 2007
    Messages:
    296
    Likes:
    0
    Salman Ibn Fahd Al-Oadah

    [ Salman ibn Fahd Al Aodah : 11/10/2003 ]

    Le bonheur est un concept auquel on ne peut pas parvenir en l'achetant avec de l’or et de l’argent, parce qu’il est plus précieux que l’or et l’argent.
    Le bonheur est comme une perle dans les profondeurs de l’eau, qui a besoin d’un plongeur expérimenté maîtrisant l’art de la prospection et de la plongée.
    Le bonheur, c’est des prises de position, des mots, des aspirations, des réflexions sur la vie avec réalisme, espoir, aspiration et illumination.
    Regarde dans ton for intérieur, en effet, le bonheur est dans tes profondeurs, et il s’y trouve une source qui ne se tarit pas.

    Ton remède se trouve en toi et tu ne le vois pas

    Ton remède est de toi et tu ne le ressens pas

    Et tu prétends que tu es un petit corps

    Et sur toi s’est replié le grand monde.

    Interrogeons nous d’abord sur ce qu'on entend par bonheur ?!
    Dans une enquête menée sur environ 16 milles personnes, on leur a demandé ce que pour eux, ils entendaient par bonheur ?
    37% ont dit que le bonheur était l’amour.

    28% ont estimé que le bonheur était la satisfaction.

    Alors que 17% ont dit que le bonheur était la bonne santé

    Et 7% ont dit que le bonheur c’est le mariage.

    5% ont dit que le bonheur était la richesse.

    3% ont estimé que le bonheur était les enfants.

    2% ont répondu que le bonheur était les voyages.



    Le professeur et homme des lettres, Abbas Mahmoud Al Aqqâd dit : J’ai un ami dessinateur qui imagine des choses, et un jour, il a imaginé le bonheur et l’a dessiné : une fille d’une vingtaine d’années, courant à droite et à gauche dans une énergie, un mouvement et une vivacité, tandis que ses cheveux se balancaient à droite et à gauche et qu’elle était dans le comble de la joie, de l’amusement et du plaisir, et me l’a présentée ; aussi, je lui ai dit que ce n’est pas ainsi que j’imagine le bonheur.

    Premièrement : On peut dire que ceci est un jeu, une gaieté et un plaisir.

    Mais le bonheur c’est une toute autre chose.

    Le bonheur est plus proche de l’expérience et de la maturité que de l’inexpérience, de l’adolescence et de l’ignorance.

    Le bonheur est plus proche de l’âge avancé que de cet âge qui comporte beaucoup de gaieté et d’énergie de jeunesse.

    Deuxièmement : le bonheur comporte beaucoup le sens de satisfaction, le sens de calme, de sens de chagrin ; ce n’est donc pas la voie du vacarme et du tapage.

    Le bonheur est un goût, une passion et une sensation à l’intérieur de l’individu, dans son cœur et dans sa conscience.

    Il n’est pas possible que nous lui donnions une définition, comme nous avons l’habitude de donner une définition à chaque science dans les ouvrages scientifiques.

    Le bonheur ne peut être représenté par des définitions

    Il se peut que le bonheur frappe à notre porte, mais soit déguisé et que nous ne le reconnaissions pas, et nous ne lui ouvrons pas.

    Il se peut que le bonheur vienne et que l’individu le vive avec toutes ses énergies intellectuelles, psychiques et corporelles mais ne s’en rende pas compte.

    C’est le cas par exemple du bonheur des enfants en bas âge qui sont heureux de leur vie, de leurs amusements, de leur innocence, de leurs jeux et de leur simplicité. Malgré cela, il se peut qu’ils ne soient pas conscients de ce bonheur, et lorsqu’ils grandissent, lisent, comprennent et entendent parler de quelque chose qu’on appelle bonheur, ils commencent à le rechercher comme si c’était une chose perdue.

    Si le bonheur s’acquérait avec la richesse, l’or, l’argent, les dollars et les provisions bancaires, les montagnes et les gisements mériteraient plus le bonheur que nous, car ces choses s’y trouvent en quantité énorme.

    Si le bonheur dépendait de la beauté, de l’éclat, du charme, de la parure et de la splendeur, les paons mériteraient le bonheur plus que nous ; les fleurs, les roses, les myrtes et les renoncules en seraient plus dignes que nous.

    Si le bonheur était fonction de la hardiesse, de la force, de la sonorité de la voie et du bâton de commandement, les fauves seraient plus heureux que l’homme.

    Si le bonheur était les conduites morales nobles, les paroles sages, les bonnes œuvres, la grande dignité et la raison sensée, c’est l’homme qui en serait le plus digne.

    Le bonheur est :

    Le sourire d’un enfant pur.

    Ou la parole d’une langue véridique qui profère la bonne parole ou l’évocation d’Allah l’Exalté.

    Ou le battement d’un cœur indulgent envers ses frères musulmans.

    Ou un cadeau sans faire suivre cela d’un rappel -dans le dessein de s’en vanter-, ni d’un tort.

    Ou une angoisse que ton Seigneur dissipe de toi et de tes frères musulmans

    Ou un but noble qui se concrétise pour toi, ou entre tes mains, ou entre les mains d’un autre musulman.

    Ou une heure d’effort, de peine et de sudation, suivie par le repos et la réussite.


    En vérité, il se peut que les arrogants, les empereurs, les tyrans, les criminels, les seigneurs et les riches, sortent de ce monde sans avoir goûté à ce qu’il y a de plus beau : trouver le plaisir auprès de Dieu et le bonheur de se confier à Lui.

    source:www.islamtoday.net
     


Partager cette page