"Les cibles: la gauche et l'extrême gauche, la police, l'Etat et les étrangers"

Discussion dans le forum 'Actualités marocaines' créée par boptitprince le 9 Sept. 2006.

  1. boptitprince

    boptitprince

    Inscrit:
    11 Mai 2006
    Messages:
    9 607
    Likes:
    753
    Extrême droite

    De nouvelles découvertes
    Roland Planchar

    Mis en ligne le 08/09/2006
    - - - - - - - - - - -

    On a appris vendredi que deux nouvelles arrestations avaient eu lieu. Elles ne visent cette fois pas des militaires. Mais plus de cent armes, dont certaines de haute technologie, ont à nouveau été découvertes.


    BELGA

    C'est clair: l'enquête relative au groupuscule d'extrême droite flamand BBET (en français : «Sang et terre, honneur et fidélité; actif notamment au sein de l'armée, est loin d'être close. Logique: elle passe par les aveux de certains suspects. C'est du reste ainsi que, vendredi, de nouvelles perquisitions ont permis de mettre la main sur un arsenal réparti dans deux lieux privés (arrondissements de Malines et d'Anvers).

    A l'une des adresses, les enquêteurs ont découvert une cinquantaine d'armes et de pièces, ainsi que des munitions, des lunettes nocturnes et des silencieux. L'autre livrait une soixantaine d'armes supplémentaires. Dans les deux cas, il s'agit d'armes prohibées (de défense ou de guerre, dont certaines de haute technologie). Ce qui porte le total des découvertes à «quelques centaines d'armes», selon la porte-parole du parquet fédéral.

    Si rien ne prouve à ce stade qu'elles proviennent de l'armée ou ont été acquises grâce au statut de militaire, on nous dit en marge de l'enquête qu'il faut cependant le tenir pour possible.

    Neuf mandats

    A la suite de ces nouvelles découvertes, deux personnes ont été appréhendées vendredi, portant le total des interpellations à dix-neuf. Ces fournisseurs d'armes ne sont toutefois pas militaires. Le parquet fédéral a par ailleurs indiqué, vendredi en fin d'après-midi, qu'une quinzaine de suspects avait pu être présentée au juge d'instruction. Neuf - dont trois militaires au moins - ont été placés sous mandat d'arrêt (pour des faits liés au terrorisme, au trafic d'armes, au racisme et au négationnisme). Il s'agirait entre autres de Thomas B. (déjà connu comme incendiaire de son école, lorsqu'il était mineur, selon la RTBF) et de Youri V., qui passent pour des dirigeants du BBET. Ils passeront devant la chambre du conseil de Termonde mardi 12.

    Sept autres ont été remis en liberté (dont six en tant qu'inculpés), sous diverses conditions (pas de contact avec les complices supposés; rester sur le territoire...). Et le parquet fédéral d'annoncer que d'autres devaient encore être entendus samedi.

    Le même parquet fédéral a aussi indiqué que des perquisitions de moindre ampleur se sont déroulées vendredi en soirée.

    Ceci étant, la question se pose de savoir quelle portée réelle il faut donner à tout cela. Certains observateurs pensent en effet que les réunions du BBET au café de Bourg-Léopold «The Viking» (dont la patronne, Tamara, figure parmi les personnes interpellées), n'auraient jamais débouché sur rien de sérieux. On en était, paraît-il, à «récompenser» certains actes par des faveurs sexuelles...

    En revanche, un homme présenté comme membre du BBET par certains médias assurait, vendredi soir, que le groupe, fort selon lui de 200 hommes, a les moyens de mettre en pratique de noirs desseins, tout en faisant porter le chapeau à d'autres. Les cibles: la gauche et l'extrême gauche, la police, l'Etat et les étrangers. Ce qui n'a pas forcément convaincu, bien que, côté justice, on évoque un «groupe très inquiétant».

    © La Libre Belgique 2006


  2. boptitprince

    boptitprince

    Inscrit:
    11 Mai 2006
    Messages:
    9 607
    Likes:
    753
    Un Belang devenu trop respectable?
    V.d.W.

    Mis en ligne le 08/09/2006
    - - - - - - - - - - -

    Pour les néonazis, le parti extrémiste flamand est en voie d'embourgeoisement.
    Dès lors, ils préconisent des voies non démocratiques pour se faire entendre.


    Pourquoi les néonazis, les négationnistes, les racistes, les antisémites se recrutent-ils surtout en Flandre?

    Tout d'abord, il faut éviter des généralisations abusives. Oui, les 17 personnes interpellées sont toutes originaires de Flandre. Mais leur combat, si terrifiant soit-il, est évidemment marginal par rapport à l'ensemble des convictions débattues au Nord du pays. Et des groupuscules de cet ordre, il en existe également au Sud du pays.On peut quand même se demander si ces personnes, et les autres membres des groupes dont elles font parties, sont, de près ou de loin, liées au Vlaams Belang? Directement, non. Ces personnes n'agissent pas au nom du Vlaams Belang. Rien ne dit non plus qu'elles soient membres du parti d'extrême droite, même si politiquement, c'est de ce parti et de cette idéologie-là dont elles sont le plus proches. Notons d'ailleurs qu'un professeur américain, Robert S.Griffin, membre de l'Alliance nationale américaine, qui a participé le samedi 3 juillet 2004, à des activités organisées par «Blood & Honour Vlaanderen», et le BBET («Bloed, Bodem, Eer en Trouw» traduisez «Sang et sol, honneur et fidélité») avait écrit dans le rapport qu'il fit de son voyage qu'il était heureux de voir que les organisations flamandes qu'il a côtoyées en Belgique avaient à leurs côtés un parti comme le Vlaams Belang.

    Vernis de respectabilité

    Mais visiblement, ces «nazillons» veulent aller plus loin que le combat politique mené par le Belang et veulent agir autrement. Ainsi on peut se demander si la résurgence de cette mouvance à la droite de l'extrême droite, ne tient pas au fait que le Vlaams Belang est ou en tout cas tente d'être de plus en plus un parti «respectable». Un vernis de respectabilité que les dirigeants veulent s'octroyer eux-mêmes en évitant tout discours choquant, raciste ou brutal. Un vernis de respectabilité qui leur est aussi offert par les autres partis flamands, pour qui le Vlaams Belang est un partenaire politique presque comme les autres, mais aussi par les médias qui n'hésitent pas à donner aux leaders de l'extrême droite des tribunes où ils se révèlent redoutables.

    Mais cette respectabilité, les néonazis n'en veulent pas. Ce qu'ils cherchent, c'est le combat, la déstabilisation. Car pour eux, la transformation de la société, voire l'instauration d'une dictature, d'une junte, ne doit pas passer par les institutions démocratiques mais doit se faire en dehors des institutions, par un coup d'éclat ou d'Etat.

    Outre des éléments «révolutionnaires» de droite, on peut également trouver dans cette mouvance de vrais partisans de l'antisémitisme. Car si le Vlaams Blok contenait, au départ, des nostalgiques du nazisme, il est devenu, depuis quelques années, le grand protecteur de la Communauté juive par opposition aux «Arabes» que le VB rejette comme symbole d'une immigration non désirée.Enfin, une question: la mise au jour de cette menace terroriste aura-t-elle une influence sur les prochaines élections communales? Rien n'est moins sûr. Même après le double meurtre commis par Hans Van Thems à Anvers, les sondages en faveur du Belang n'avaient pas été moins favorables. Or, le double meurtrier, neveu d'une élue du Vlaams Belang, ne cachait pas ses sympathies pour le parti. Mais habilement, les leaders du Belang avaient condamné ce crime et affirmé qu'ils n'avaient rien avoir avec ces gens-là, ni avec leurs théories racistes. Il est probable que ce coup de filet antiterroriste ne modifiera pas non plus les intentions de vote pour le Belang. Car ce parti, pourtant condamné pour avoir imprimé des tracts jugés racistes par la Justice, veut faire oublier cette marque de fabrique. Aujourd'hui, il se contente de flatter les Flamands et d'affirmer que le Flandre, déjà riche, pourrait l'être plus encore si elle larguait la Wallonie: voilà une autre forme de racisme...

    © La Libre Belgique 2006

Partager cette page