les conséquences du fait de vivre en dehors d'un pays musulman

Discussion dans le forum 'Islam' créée par lamine71 le 25 Mai 2012.

  1. lamine71

    lamine71

    Inscrit:
    2 Oct. 2011
    Messages:
    538
    Likes:
    139
    Le Sheikh Abou ‘Amr ‘Abdoul-Karim Al-Hajourri dit dans son livre : Irshaad alakhyaar ila woujoub al-hijrati min bilaad al-kouffar (avec quelques ajouts et commentaires) :

    Le fait de vivre avec les Kouffars dans leur pays est en contradiction avec les preuves du Qor’an et de la Sounnah que nous avons mentionné et voici quelques conséquences négatives du fait de vivre parmi les Kouffars :

    1 Développer de l’amour et une Walaa pour les Kouffars.

    2 Transiger et faire des compromis au sujet de la religion en laissant tomber des aspects obligatoires de l’Islam pour faire plaisir aux Kouffars.

    3 Etre témoin des péchés et des choses interdites par l’Islam, au point qu’elles deviennent tout à fait naturelles et normal pour une personne.

    Cela représente une contradiction avec la foi, car le prophète (sallallahou 'alaihi wa salam) a dit :

    «Quiconque d’entre vous voit un mal, qu’il le change avec sa main. S’il ne peut pas, avec sa langue. S’il ne peut pas, qu’il le change avec son coeur et c’est le minimum de la foi.»

    Donc pour il est devenu normale de voir le Koufr, le Shirk, le Zina, l’alcool, les femmes sans Jilbaab, les gens qui insulte et se moquent de la religion, alors où est sa foi ?

    4 Demander de l’argent aux Kouffars. Demander en Islam est très mal vu, même entre musulman, sauf en cas de nécessité.

    Alors que dire des musulmans qui vivent chez les Kouffars et qui se rabaissent devant eux en leur demandant de l’argent.

    Beaucoup de musulmans prennent du BS, et toutes sortes d’allocations de la part des Kouffars et ils deviennent dépendants de cet argent par la suite, alors ils ne pensent plus à partir vivre avec les musulmans.

    Car les pays musulmans ne donnent pas de BS, ni d’allocations ou de chômage.

    Mais les Kouffars ne donnent pas d’argent par générosité.

    Comment ce qu’ils donnent pourrait-il être de la générosité, alors que ce qu’ils donnent ne leur appartient pas.

    Ils ne font que donner aux gens une partie de ce qu’ils leur prennent en taxes et impôts !

    Ils jouent très mal à Robin des Bois !

    5sGrey Imiter les Kouffars dans leur façon de s’habiller et de vivre.

    6 Difficulté de trouver un travail, même pour les gens hautement diplômé.

    Sans mentionné la difficulté de trouver un travail Halaal.

    La plupart des emplois disponibles comportes beaucoup de pratiques totalement Haraam dans l’Islam. Comme de vendre ce qui est Haraam.

    La mixité entre homme et femme.

    Le Ribaa.

    L’interdiction de la barbe, difficulté de faire la prière obligatoire à l’heure, difficulté de s’absenter pour la prière de Joumou’ah etc.

    7 L’interdiction de faire le Adhaan dehors.

    8 Lors des fêtes du sacrifice, on ne peut pas sacrifier ailleurs qu’à l’abattoir.

    Si on le fait à la maison, on reçoit une amende etc.

    9 La difficulté de s’entendre sur le commencement et la fin du mois de ramadan.

    10 La négligence de plusieurs musulmans lors des fêtes de Eid, car les Kouffars ne ferment par lors de nos jours de fêtes.

    Le musulman doit présenter une lettre de motivation pour s’absenter de son travail ou de son école.


  2. lamine71

    lamine71

    Inscrit:
    2 Oct. 2011
    Messages:
    538
    Likes:
    139
    12 Les musulmans doivent envoyés leurs enfants dans les écoles des Kouffars, alors que ce sont des endroits ou on enseigne le Koufr et les idées de Koufr et d’égarement et la perversité.
    Les enfants commencent à parler et à penser comme les enfants des Kouffars.

    13 Dans certain pays (comme en France) les musulmanes sont forcées d’enlever leur Hijab pour aller à l’école et doivent étudier dans des écoles mixtes.

    14 La difficulté de manger que du Halaal.

    15 Les cours de philosophie (au collège), de musique ou de natation au secondaire qui sont des cours obligatoires pour les enfants, ce qui est interdit en Islam.

    16 Lors de l’accouchement, il est difficile d’avoir une femme médecin.

    17 La difficulté d’élever les enfants dans une éducation Islamique.

    L’interdiction de donner des corrections aux enfants sous peine de les faire prendre de force par la protection de la jeunesse.

    On les place ensuite dans les familles d’accueille Kouffars où on les élèves comme des Kouffars.

    18 Vivre parmi des gens qui croient que deux hommes ou deux femmes peuvent se marier ensemble !!!

    19 La division des musulmans par la propagation des groupes Islamiques, des sectes et des différentes Bid’ah qui viennent de partout dans le monde et qui prêchent ici en toute liberté.

    Chaque secte à sa mosquée ou son centre et propage ses Bid’ahs librement.

    20 Beaucoup de musulman qui se perdent complètement et qui deviennent malade et déprimés, loin de leurs familles.

    21 Le problème pour se faire enterrer quand on meurt chez les Kouffars. Les cimetières musulmans sont très rares et ont doit être enterré dans des cercueils contrairement à la Sounnah.

    Tiré du livre écrit par le frère abou hammad al hayiti : Explication du principe de Al-Wala wal-Bara & la réfutation des extrémismes...


    Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti
  3. lamine71

    lamine71

    Inscrit:
    2 Oct. 2011
    Messages:
    538
    Likes:
    139
    L'obligation d'accomplir la hijjra.

    L’imam Al-Alusi (rahimahullah) a dit dans Ruh-ul-Ma’ani après la citation de la Parole d’Allah (traduction rapprochée) :

    { La terre d’Allah n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ? } :

    « Certains savants emploient ce verset comme preuve de l’obligation d’accomplirAl-Hijra du lieu dans lequel un individu n’est pas capable d’établir sa Religion.

    Ceci est l’avis de l’imam Malik.

    Ibn Al-’Arabi a aussi rapporté l’obligation de faire Al-Hijra d’une terre qui est frappée par la peste. »

    [Ruh-ul-Ma'ani de l’imam Al-Alusi (5/126)]
  4. bachir1975

    bachir1975 VIB

    Inscrit:
    20 Fév. 2011
    Messages:
    6 271
    Likes:
    3 632
    je pourrais être d'accord sur certain point, mais bon, je ne vais pas débattre dessus, mais pense tu que du fait que tu vive dans un pays musulman, tu aurais plus de liberté, que le haram n'existe pas, que tout le monde respect les convictions de chacun, et que tout le monde suit à la lettre les obligations divine.
    tu pense vraiment qu'en état islamique l'alcool et la drogue ne circule pas abondamment, que la prostitution et toutes turpitudes n'existe pas????etc.....
  5. lamine71

    lamine71

    Inscrit:
    2 Oct. 2011
    Messages:
    538
    Likes:
    139
    تعلم العلم الشرعي في بلاد الكفار

    فضيلة الشيخ ، هل يدخل في الحالات التي ذكرتم ، يقصد ( الذهاب إلى بلاد الكفر) طلب العلم الدنيوي كما في حديث جرير رضي الله عنه ؟

    Apprentissage de la religion dans un pays non musulman :

    Question :

    Votre Eminence [Sheikh] :

    " fait-il partie des situations que vous avez évoqué, [c’est-à-dire les cas permettant d’aller dans un pays de mécréants], le fait d’aller étudier une science (de ce bas monde) comme ceci est évoqué dans le Hadith de Djarir (qu’Allah soit satisfait de lui) ? ".

    Réponse :

    Le sens visé [par ce hadith] est l’apprentissage de la science de ce bas monde, quant à l’apprentissage de la religion [‘Im Shar’i] on ne peut pas l’apprendre dans un pays de mécréants !

    On ne va pas demander cette science dans un pays de mécréants, ceci n’est pas permis.

    On ne peut qu’y étudier une science de ce bas monde, telle que l’architecture, la médecine, les techniques d'armement, l’apprentissage des armes…etc.

    Ce ne sont que les sciences de ce bas monde qui peuvent être sollicitées chez les mécréants s’il s’avère qu’elles sont éventuellement manquantes chez les pays des musulmans.

    Par contre, il n’est pas permis d’apprendre la religion dans un pays de mécréants, et encore moins de prendre cette science auprès d’eux.

    Il n’y a pas de pire choix causant la perdition des musulmans, que celui d’avoir confié aux moustashirquines (occidentaux qui ont bien appris l'arabe) l’apprentissage des sciences de la religion pour leurs enfants.

    Ces gens-là sont même parvenus à les faire douter dans leur propre religion et dans leurs propres croyances.

    Ceci n’est pas permis.

    [Fin de la parole du Sheikh]

    Traduction rapprochée : par AbuKhadidja Al Djazairy

Partager cette page