Coopération MAROC-USA Un échange franc, fructueux et transparent

Discussion dans le forum 'Actualités marocaines' créée par SteveRogers le 24 Mai 2010.

  1. SteveRogers

    SteveRogers no retreat , no surrender

    Inscrit:
    14 Oct. 2009
    Messages:
    1 083
    Likes:
    9
    M. Rhmani s'est félicité de la coopération entre les départements du travail marocain et américain lors de la première réunion à Rabat du sous-comité du travail Maroc-Etats-Unis.

    Le ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle, Jamal Rhmani, a indiqué mardi dernier que la coopération entre les départements du Travail marocain et américain a permis de parvenir à des résultats "importants", notamment dans le cadre de projets de coopération multilatérale. M. Rhmani, qui s'exprimait lors de la première réunion à Rabat du sous-comité du travail Maroc-Etats-Unis, a souligné que ces projets ont eu un impact considérable en termes d'assistance technique, d'appui financier et de renforcement des capacités.

    Cette rencontre, a-t-il signalé, constitue une opportunité pour les deux parties pour procéder à un échange "franc, fructueux et transparent" sur toutes les questions qui s'inscrivent notamment dans la "clause sociale" de l'Accord de libre-échange (ALE) entre le Maroc et les Etats-Unis, entré en vigueur le 1er janvier 2006. En ce qui concerne le chapitre 16 de l'ALE Maroc-USA, M. Rhmani a indiqué qu'il est considéré comme étant un "engagement social" entre les deux pays qui leur permettra de mettre à niveau leurs législations respectives, d'améliorer les perspectives d'échange et de commerce bilatéraux et de garantir le respect des droits sociaux dans le cadre de cet arrangement.

    Pour sa part, le consul chargé des Affaires politiques et sociales au consulat général des Etats-Unis à Casablanca, Matthew Lehrfeld, s'est félicité de l'"excellence" des relations maroco-américaines, ajoutant que l'ALE a eu un impact positif sur la croissance et le développement des économies des deux parties. Il a, en outre, relevé que cette réunion a pour objectif d'explorer les opportunités susceptibles de booster la coopération bilatérale et la rendre davantage fructueuse et évaluer, entre autres, les programmes bilatéraux mis en œuvre dans divers domaines.

    Cette réunion, qui s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du chapitre 16 de l'ALE, constitue une opportunité pour les participants pour examiner la concrétisation des projets de coopération techniques financés par les Etats-Unis, en l'occurrence le projet de lutte contre le travail des enfants et le renforcement des relations professionnelles.
    Les perspectives de coopération et la collaboration que les deux parties peuvent envisager ont été également examinées lors de cette réunion.

    Un seul Marocain est associé à un programme de la NASA en Californie
    Un seul Marocain (Kamal Oudghiri, originaire de Fès -NDLR) est associé à un programme de la NASA (National Aeronautics and Space Administration) en Californie en tant que chercheur, a affirmé mardi à Fès l'astronaute américain Robert Satcher. L'astronaute de la NASA, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse, organisée à l'initiative de l'Université Sidi Mohammed Ben Abdellah, en partenariat avec le service culturel de l'ambassade américaine au Maroc, a émis l'espoir de voir des jeunes Marocains bénéficier du soutien nécessaire pour réaliser le rêve de devenir astronautes.
    Répondant à des étudiants en médecine, en ingénierie et d'autres spécialités, il a rappelé avoir été impressionné dès son jeune âge par la carrière d'astronaute et qu'après des études en ingénierie et en médecine, il a exercé d'abord en tant que chirurgien cancérologue avant d'être retenu par la NASA pour devenir astronaute. Pour être choisi parmi des milliers de candidats, il faut présenter un dossier bien étoffé et être âgé entre 35 et 40 ans, a-t-il dit, émettant l'espoir de voir son expérience servir de modèle à des jeunes Marocains pour devenir astronautes.
    Pour ce faire, il est nécessaire pour les jeunes marocains d'aller poursuivre leurs études dans des pays d'Europe, en Russie, en Corée du Sud, aux Etats-Unis d'Amérique ou au Canda pour avoir la chance d'être admis à la NASA, a-t-il expliqué à l'issue d'un film sur la mission spatiale d'Atlantis, à laquelle il a participé du 16 au 29 novembre 2009.

    source : http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=113&id=133450
     


Partager cette page