L’Etat parie sur les musulmans d’origine marocaine

Discussion dans le forum 'Général' créée par - le 12 Déc. 2003.

  1. Ancien-Membre

    Ancien-Membre

    Inscrit:
    27 Juil. 2013
    Messages:
    134
    Likes:
    1 802
    L’Etat parie sur les musulmans d’origine marocaine

    "Tel Quel" (extraits), Casablanca

    Influence dans l’Hexagone contre modernisation au Maroc : le gouvernement français s’est largement appuyé sur l’organisation religieuse la plus proche du royaume pour l’installation du Conseil français du culte musulman.

    Dès la constitution, il y a quatre mois, du Conseil français du culte musulman (CFCM), la question qui taraudait les esprits concernait l’influence, pas toujours bien maîtrisée, des pays d’origine sur l’essence de l’islam français. Le ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, en critiquant publiquement et vertement la Moudawana, l’ancien Code du statut personnel marocain*, va refuser cette approche unilatérale. En exigeant une réforme de ce code pour le mettre en adéquation avec les lois de la république, la France pointait pour la première fois du doigt le lien entre l’islam et les lois civiles dans les pays d’origine des musulmans de France. Auparavant, l’absence de reconnaissance de cette religion dans l’espace public français rendait difficile cette nouvelle interaction entre pays hôte et pays d’origine.


    Avec 18 sièges au conseil d’administration du CFCM, soit 44 % des 41 fauteuils, la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF) se taille la part du lion. Première constatation, l’islam militant de France d’obédience marocaine est important par son implantation, ses vecteurs de diffusion, la discipline de ses adhérents et l’attachement de ces derniers à leur pays d’origine. Si ces résultats confirment que les Français et résidents d’origine marocaine comptent parmi les plus pratiquants des musulmans de France, ils démontrent surtout qu’ils ont une implantation associative homogène sur l’ensemble du territoire français. De plus, selon le ministère de l’Intérieur français, 40 % des imams de France viennent du Maroc. Par ailleurs, la FNMF bénéficie largement du soutien des représentations consulaires en France, qui n’ont pas hésité à faire sa promotion. Les Marocains sont aussi les plus disciplinés : par le biais de ces représentations diplomatiques, le “réflexe national” a été largement suivi et le vote des Marocains résidant en France a été massif.


    Guerre d’influence contre les Frères musulmans


    Une dépendance que revendique le secrétaire général de la FNMF, Mohamed Beshari, qui souligne : “De façon générale, les relations entre le Maroc et la France sont régies par une convention bilatérale dont la dimension est plus culturelle que cultuelle. Le Maroc ne peut en aucun cas décider ou influencer la pratique des marocains musulmans vivant en France. Si certains préfèrent adhérer à la mouvance des Frères musulmans, personne ne peut les en empêcher. Par contre, la FNMF est en contact permanent avec le Maroc. Nous bénéficions de dons, on nous envoie aussi des imams.”
    Une phrase qui va à l’encontre du discours officiel français, qui impute la radicalisation des banlieues françaises à l’intrusion de puissances étrangères. “Il n’y a aucun mal à ce que le pays d’origine aide sa communauté vivant à l’étranger, estime Beshari.


    suite ici ==> L’Etat parie sur les musulmans d’origine marocaine
     


  2. Ancien-Membre

    Ancien-Membre

    Inscrit:
    27 Juil. 2013
    Messages:
    134
    Likes:
    1 802
    parfois je crois que les gens disent des coneries
     

Partager cette page