Lever les tabous et les préjugés sur la stérilité des couples au Maroc

Discussion dans le forum 'Bien-être et Santé' créée par Bladi le 15 Déc. 2003.

  1. Bladi

    Bladi Administrateur

    Inscrit:
    19 Mars 2002
    Messages:
    15 612
    Likes:
    5 122
    On n'est pas encore près au Maroc de ce début du 21ème siècle de larguer à tout jamais les tabous et les préjugées liés à la stérilité et son traitement.

    L'infertilité des couples, la bioéthique, la déontologie et la Procréation médicalement assistée (PMA) sont quelques-uns des principaux thèmes qui seront au centre des débats entre les spécialistes marocains, maghrébins et français lors du 21ème Congrès national et 9ème maghrébin de fertilité et de contraception qui se tiendra à Casablanca les 12, 13 et 14 décembre 2003.

    Cette manifestation de formation médicale continue est organisée par la Société marocaine (SMFC) et la Fédération maghrébine de fertilité et de contraception (FMCF), sous l'égide du ministère de la Santé, de la Société marocaine des sciences médicales et de l'Ordre national des médecins.

    Pour le docteur Mohamed Yacoubi, président de ce 21ème Congrès national de fertilité et de contraception, la pratique de la Procréation médicalement assistée (PMA) connaît aujourd'hui au Maroc un engouement fabuleux et cela même en l'absence d'une couverture médicale (AMO), qui pourrait aider au remboursement des coûts de la prise en charge thérapeutique de la stérilité.

    Par ailleurs, le président de ce 9ème Congrès maghrébin de fertilité et de contraception, tient à préciser qu'actuellement, le Maroc dispose de 15 centres d'assistance médicale à la procréation, qui sont tous rattachés à des établissements de soins privés.

    Un événement scientifique d'une grande envergure lors de cette rencontre maghrébine sur l'infertilité, relève du fait que les spécialistes marocains développeront avec leurs homologues européens, l'apport de ce procédé futuriste dans la procréation médicalement assistée qui s'appelle à la Maturation in vitro (MIV).

    Cette technique moderne, pas encore développée au Maroc, pourrait ouvrir un autre horizon par rapport aux méthodes existantes d'aide à la procréation, car elle permet de se passer de la stimulation médicamenteuse ovarienne avec tout son cortège d'inconvénients.

    Aujourd'hui, à travers le monde, tous les centres spécialisés dans le traitement des infertilités s'activent et s'investissent dans la maturation ovocytaire in vitro (MIV).

    Quel est le contrôle de qualité dans les centres de procréation médicalement assistée (PMA)? Quel est le devenir des enfants nés après (PMA)? Les nouveautés dans les thérapeutiques hormonales de l'infertilité, sont quelques-uns des autres sujets qui seront développés durant ce 21ème congrès national et 9ème maghrébin de fertilité et de contraception.

    Par ailleurs, il est important d'essayer de faire le bilan scientifique réel du Maroc en bébés-éprouvette.

    En termes médicaux, combien de procréation médicalement assistée (PMA), les médecins spécialistes marocains, ont-ils pu réussir pour sauver un couple du drame de "l'infertilité", qui pouvait détruire leur vie conjugale?

    Quel est le père scientifique du premier bébé-éprouvette marocain? c'est-à-dire le premier médecin marocain, généralement un gynécologue obstétricien, certes avec la collaboration d'un biologiste, qui a procédé, le premier à un prélèvement d'un ovule et d'un spermatozoïde, qui les a fait féconder dans une éprouvette en laboratoire, puis les a réimplantée dans l'utérus de l'épouqe légitme, pour que la grossesse puisse continuer son chemin normal et aboutir à un accouchement?

    Cela fait, plusieurs questions, pour lesquelles aucun épidémiologiste marocain ni aucun démographe chevronné ne peuvent répondre en ce début de 21ème siècle, dont la locomotive et le fer de lance n'est autre que la maîtrise de l'information.

    Pourtant, on peut affirmer qu'aujourd'hui, le Maroc serait peut-être favorable à plusieurs centaines d'enfants nés grâce à la technique de la procréation médicalement assistée.

    Les raisons de ce vide historico-scientifique sont multiples, absence de registre national pour répertorier ou notifier toute PMA, un secteur public et universitaire malheureusement très peu performant dans cette discipline de pointe avec un secteur médical libéral, certes pionnier et leader dans ce domaine, mais qui ne publie pas ses statistiques.

    Ajouter à cela l'inexistence d'une liste officielle des centres agréées par le ministère de la Santé, pour la prise en charge de l'infertilité du du couple.

    Le monde entier connaît le prénom et le nom du premier bébé-éprouvette dans le monde: Louis Brown, qui a fêté cette année ses 20 ans.

    Mais, personne n'a même pas une idée sur le prénom du premier bébé-éprouvette marocain ou plutôt trois personnes pourraient le connaître: le médecin traitant, le papa et la maman.

    Le Maroc sévit encore sous le joug des préjugés et des contradictions. L'impact scientifique, psychologique, social et même religieux seront très bénéfiques, si demain, un couple marocain, qui a beaucoup souffert de la stérilité ou plutôt de l'infertilité, pouvait témoigner haut et fort que la stérilité n'est pas une fatalité mais qu'on peut la traiter.

    Pourrait-on lire demain ou voir sur les écrans de la télévision marocaine: "Moi, jeune garçon et jeune fille, je suis issu(e) d'une procréation médicalement assistée (PMA) et je n'en suis pas pour autant plus malheureux(se)".

    L'horizon ne sera que plus prometteur pour des milliers de couples marocains qui souffrent en silence d'un problème d'infertilité.

    On n'est pas encore près au Maroc de ce début du 21ème siècle de larguer à tout jamais les tabous et préjugées liés à la stérilité et son traitement, ainsi que le dépistage de la trisomie 21, la contraception.

    Libération ( Maroc )


  2. Yazz

    Yazz

    Inscrit:
    11 Déc. 2002
    Messages:
    23 636
    Likes:
    257
    pfffff à bas les tabous !! :-(
    et cela éviterait pas mal de divorces !!
  3. WADII

    WADII

    Inscrit:
    7 Nov. 2003
    Messages:
    893
    Likes:
    2
    On va le faire tout de suite: Moi Wadii. suis le premier enfant éprouvette.
    Non, plus serieusement, je ne vois que des mauvais côtés à ce que des parents disent haut et fort qu'ils ont eu un bébé eprouvette au Maroc. Car il seront la cible de moqueries, et l'avenir même de l'enfant pourra être hypothequé. Dans le sens qu'il ne pourra probablement jamais vivre normalement. Quant à moi, c'est pas aux parents de prendre une telle decision, mais plutot à l'enfant, quand ce dernier sera suffisament mure pour bien evaluer l'impact et les consequence de son coming-out.
    Parmis les personnes connues qui ont déja eu recours à ces techniques, on nomera Céline Dion dont l'enfant est issue d'une fecondation invitro à partir de sperm congelé.
  4. WADII

    WADII

    Inscrit:
    7 Nov. 2003
    Messages:
    893
    Likes:
    2
    Laisser tomber la femme que j'aime car elle ne peut avoir d'enfant, ce qui n'est pas sa faute. Je prefere mourir que de faire ça.
  5. Yazz

    Yazz

    Inscrit:
    11 Déc. 2002
    Messages:
    23 636
    Likes:
    257
    Elle est où cette veinarde ??!! :-D
  6. WADII

    WADII

    Inscrit:
    7 Nov. 2003
    Messages:
    893
    Likes:
    2
    Devinette facile. Tout les deux on là connait. :)
  7. Yazz

    Yazz

    Inscrit:
    11 Déc. 2002
    Messages:
    23 636
    Likes:
    257
    :roll: :roll:

Partager cette page