Maroc : AMO entrée en vigueur

Discussion dans le forum 'Actualités marocaines' créée par leclair le 28 Nov. 2006.

  1. leclair

    leclair

    Inscrit:
    16 Jan. 2005
    Messages:
    488
    Likes:
    58
    Neuf millions de personnes en bénéficieront.
    Pour être couvertes, elles devront s’adresser aux hôpitaux publics.
    La prise en charge sera totale : soins ambulatoires, urgences et médicaments compris.
    La gestion des cartes d’indigence sera confiée au ministère de l’intérieur.
    Dernière ligne droite vers la mise en place du Régime d’assistance médicale au profit des démunis, Ramed pour les initiés ou, plus simplement, l’«Amo des pauvres». Mardi 14 novembre, le Premier ministre a présidé une réunion de la commission interministérielle chargée du dossier. Réunion au cours de laquelle a été présentée la dernière mouture du projet qui, dit-on, sera totalement finalisé dans une quinzaine de jours.

    Selon le calendrier retenu, le nouveau régime entrera en vigueur en février 2007, soit avec quatre mois de retard sur le planning initial qui prévoyait sa mise en place pour novembre 2006. L’ajournement se justifie, selon des sources proches du dossier, par le démarrage de l’Amo (Assurance maladie obligatoire) et par la nécessité de revoir certains mécanismes du Ramed. Des membres de la commission précisent à ce propos que «de petits et ultimes correctifs sont en cours de réalisation». Après quoi, on passera à l’élaboration des décrets d’application. Notons que les dispositions législatives régissant le Ramed sont déjà en place, puisque tout un chapitre de la loi 65-00 relative à l’Amo est consacré aux populations concernées.

    Interrogés sur les retouches qui sont en train d’être effectuées, plusieurs membres de la commission interministérielle sont restés relativement discrets sur le fond. Ils se contentent de préciser que des modifications seront apportées au scénario déjà annoncé. Certains ajoutent, toutefois, que la réunion du 14 novembre a été, en grande partie, consacrée, à l’évaluation définitive de la population éligible à ce régime. Selon des sources proches du dossier qui se veulent plus précises, cette population s’élève à 9 millions de personnes. Ce chiffre est en-dessous des premières estimations des commissions techniques qui situaient, au début de l’année 2006, le nombre potentiel de bénéficiaires entre 10 et 13 millions. Ce chiffre avait été arrêté après l’éviction des 30 % de la population couverte par l’Amo et des 30 % solvables mais qui ne jouissent d’aucune couverture médicale.

    Seuil de pauvreté retenu : 10 DH par personne et par jour
    Rappelons que, dans les toutes premières moutures, ces mêmes commissions techniques tablaient sur le fait que 42,7 % de la population urbaine pouvait être éligible au Ramed en plus de quelque 8 millions de personnes en milieu rural. Du coup, la population totale avoisinait initialement les 13 millions de personnes. Mais au fil de la réflexion, et avec la mise en application de l’Amo puis de la couverture médicale pour les indépendants, la population a été davantage affinée et mieux cernée.

    Maintenant que le nombre des indigents bénéficiaires potentiels du Ramed semble presque définitif, les experts planchent sur la finalisation des critères d’éligibilité et des conditions d’octroi de cartes d’indigence donnant droit à la prise en charge. Ce volet du Ramed est en cours d’examen par un service du ministère de l’intérieur. Selon des membres de la commission interministérielle, «c’est le service de l’Intérieur qui gérera le système et aura la mission de délivrer les cartes d’indigence après avoir, bien entendu, identifié les bénéficiaires». L’identification se fera sur la base d’un formulaire rempli par les chefs de familles qui donneront toutes les informations relatives à la composition des ménages, au nombre de personnes à charge ainsi qu’aux biens et revenus dont ils disposent. La commission a donc choisi de tenir compte du seuil de pauvreté mondialement retenu, à savoir 10 dirhams par jour et par personne.

    L’identification des personnes à couvrir devrait être aujourd’hui assez facile à mener, selon une source proche du dossier, puisqu’un régime spécifique aux indépendants vient d’être mis en place. D’ailleurs, c’est pour déterminer de façon précise les frontières pour le passage d’un régime à un autre, que la Primature s’est gardée de lancer, préalablement au Ramed, la couverture des indépendants. Cependant, un assureur tient à souligner que la distinction entre les deux régimes pourrait poser des problèmes car «connaissant le niveau de vie de certains artisans, ces derniers peuvent être considérés comme des indigents».

    Un budget Ramed pour chaque hôpital
    En tout cas, on assure que l’intervention du ministère de l’intérieur pour l’octroi des cartes d’indigence ne peut qu’être positive, car elle mettra fin aux imperfections et abus qui entachent le système d’octroi du fameux certificat d’indigence dont la gestion revient directement aux moqaddems. Les divers dysfonctionnements font qu’aujourd’hui 67% des soins dispensés gratuitement par les hôpitaux bénéficient à 20 % de la population nantie. Quant aux 20% les plus pauvres, seuls 5% d’entre eux ont accès à ces soins. Exit donc les moqaddems qui perdront par la même occasion une parcelle de leur pouvoir.

    Autre correctif important à signaler : le Ramed sera désormais un régime non contributif. Ce qui revient à dire que, contrairement au schéma initial faisant la distinction entre les indigents relatifs et les indigents absolus, la version définitive met tous les indigents sur un pied d’égalité dans la mesure où, quel que soit le niveau de pauvreté, ils bénéficieront d’une prise en charge totale. Rappelons que les commissions techniques avaient identifié quelque 4,9 millions de personnes qu’on peut classer dans la catégorie «économiquement faibles absolus» et 6,6 millions d’indigents relatifs qui devaient bénéficier d’une prise en charge totale ou partielle. Les «économiquement faibles relatifs», devaient payer, selon le scénario initial, une partie des frais engagés moyennant un forfait ou une participation annuelle. L’idée a été finalement abandonnée.

    Les indigents seront donc pris en charge gratuitement pour le même panier de soins que l’Amo auquel s’ajoute toutefois, et c’est un plus, une prise en charge des cas d’urgence. En revanche, contrairement aux assurés de l’Amo qui peuvent choisir entre les hôpitaux, les cliniques et les polycliniques de la CNSS (Caisse nationale dé sécurité sociale), les bénéficiaires du Ramed, quant à eux, ne peuvent être soignés que dans les hôpitaux publics. Ceux-ci assureront une prise en charge totale qui couvre notamment les soins et les médicaments.
    Reste le problème du financement. Selon les dispositions législatives de la loi 65-00 réglementant l’Amo, il sera assuré par l’Etat et les collectivités locales.
    Un budget sera alloué aux hôpitaux qui prennent en charge les indigents. Bien sûr, leur gestion se fera sous l’œil vigilant de l’Agence nationale de l’assurance maladie (Anam), instance régulatrice du système de couverture médicale généralisée.

    Record



    50% des Marocains couverts pour une moyenne mondiale de 20 %


    L’entrée en vigueur du Ramed viendra compléter l’architecture du régime de couverture médicale des Marocains. Neuf millions de personnes, près du tiers de la population globale, seront donc couvertes par ce régime, auxquelles il faudra ajouter les 3 millions de personnes bénéficiant de l’Amo, les 350 000 personnes assurées auprès des compagnies d’assurances et enfin les 10 millions de personnes couvertes par le régime des indépendants qui vient d’être mis en place.
    Au final, environ 50% de la population du pays jouira désormais d’une couverture médicale.
    Le Maroc dépassera alors, selon un expert, la moyenne mondiale de couverture qui se situe autour de 20% .


  2. desertfox

    desertfox

    Inscrit:
    18 Oct. 2006
    Messages:
    280
    Likes:
    0
    bikhir !!

    certains (en banlieue) vont être énervés d'apprendre que la sécu au maroc va bénéficier maintenant à 9 millions de personnes à partir de ce mois ...
  3. ahmed10

    ahmed10

    Inscrit:
    1 Sept. 2006
    Messages:
    736
    Likes:
    15
    maroc pays d'avenir étoile montante d'afrique pivot de la diplomatie afro-européenne soldat de la paix au niveau mondial ,génie intellectuell et sdcientifique reconnu mondialement alchimie de hhier et aujourd'hui ,l'amo est une avancée majeur et les jeunes médecins vont bientôt être tous casé il y aura des demandes croissante de soins et toutes les professions médicale et paramédicale vont trouver leur compte tout comme le citoyen qui est le pivot de cette synergie !

Partager cette page