le pilote annonce aux passagers qu'il n'a pas les qualifications pour atterrir

Discussion dans le forum 'Actualités internationales' créée par Bladi le 27 Déc. 2008.

  1. Bladi

    Bladi Webmaster Administrateur

    Inscrit:
    19 Mars 2002
    Messages:
    15 514
    Likes:
    5 513
    C'est un peu le remake de « Y a-t-il un pilote dans l'avion ? »

    Les passagers d'un avion de la compagnie anglaise Flybe ont eu la stupéfaction d'entendre le commandant de bord leur annoncer, juste avant leur atterrissage à Paris : « Je n'ai pas les qualifications requises pour atterrir... »

    Et le pilote de faire demi-tour, pour Cardiff, au Pays de Galles, d'où l'avion avait décollé !

    Ce jour-là, il y avait du brouillard sur Paris et le pilote, malgré ses trente ans d'expérience, n'avait pas la compétence pour atterrir dans le brouillard.

    Le pilote, qui était passé dernièrement d'un Bombardier Q300 à un Bombardier Q400, n'avait pas encore subi l'entraînement adéquat...

    Source: lepost. 7sur7
     


  2. Sridina

    Sridina Bis repetita

    Inscrit:
    12 Nov. 2007
    Messages:
    2 366
    Likes:
    12
    C'est bizarre... c'était un pilote de ligne ou de chasse durant ses 30 années d'expérience ?
     
  3. jdal

    jdal

    Inscrit:
    9 Déc. 2004
    Messages:
    4 291
    Likes:
    4
    La qualification dont parle le pilote n'est pas aussi simple qu'on peut le penser à première vue. Elle dépend non seulement de l'appareil qu'il pilote, mais aussi de l'aérodrome où l'avion atterrit et des conditions météorologiques de l'atterrissage.
     
  4. moreina

    moreina

    Inscrit:
    1 Juin 2008
    Messages:
    489
    Likes:
    1
    Oh oui pour chaque atterrissage faut une formation spéciale, les aéroport se multiplient et ne se ressemblent pas.
    J'ai atterri cet été à l'aéroport de tegucigalpa (et n'importe quel pilote ne le peut pas) il faut un permis spécial et une formation spéciale.
    Ca a été le moment le plus incroyable de ma vie.
    C'est l'aéroport qu'on voit dans tous les zappings, ou la piste d'atterissage trop courte, se termine et juste au bout y'a le périph qui passe, mais compte tenu des montagnes qui entourent la capitale du honduras, l'avion est obligé pour atterrir de piquer carrément du nez, on est quasiment renversé sur le siège, à prier pour atterir, puis tout d'un coup on se redresse, et faut que le pilote freine à fond car la piste est super courte.
    Enfin bref, un sale moment à passer. Perso j'ai refusé de repartir de cet aéroport, donc on a dû se rabattre sur l'aéroport du guatemala voisin. A déconseiller aux cardiaques.
    Mais c'est vraiment un atterrissage ou le pilote mérite ses applaudissements.
    A l'arrivée y'avait un silence de mort dans l'avion, on est tous sous le choc. Il faut au moins un bon quart d'heure pour s'en remettre et prendre conscience qu'on a atterri.
     
  5. passant7

    passant7

    Inscrit:
    3 Déc. 2008
    Messages:
    653
    Likes:
    1
    Difficile et sage décision en même temps… Ça ne peut être que le fruit de ses trente ans d’expérience.
     

Partager cette page