Plusieurs agressions à Tirlemont

Discussion dans le forum 'Maroc / Belgique' créée par boptitprince le 8 Sept. 2006.

  1. boptitprince

    boptitprince je ne suis qu'un prince..

    Inscrit:
    11 Mai 2006
    Messages:
    9 392
    Likes:
    728
    mardi, 5 septembre 2006, 14h44



    Des skinheads de droite poignardent deux jeunes Slovaques
    À Tirlemont, les agressions racistes répétées atteignent un paroxysme

    Le week-end passé, une dizaine de skinheads ont agressé deux jeunes Slovaques à Tirlemont. L'un a pu s'échapper. L'autre, Peter Danyi (18 ans), a reçu des coups de poing, de pied et quatre coups de couteau.

    Karel Vanderleyden
    06-09-2006



    Ce samedi, 250 personnes ont manifesté à Tirlemont contre la violence raciste dont Peter Danyi (photo) a été la victime. Ils ont terminé la manifestation par une visite à l'hôpital du Sacré-Cur où le jeune se remet de ses blessures. (Photo Solidaire, Lusn Van den Heede)

    - Cliquez sur la photo pour l'agrandir -

    --------------------------------------------------------------------------------

    Suite à l'agression, Eddy Poffé (VLD) et Marcel Logist (SP.a), le nouveau et l'ancien bourgmestres de Tirlemont, ont déclaré au Morgen : «Tirlemont n'est pas une ville raciste, nous n'avons pas de problèmes.» «Je doute que cela ait été un acte raciste. Ça a été un truc ludique entre jeunes», a même déclaré Logist. La famille de Peter Danyi, qui habite en Belgique depuis dix ans, réagit de façon très choquée. Nous nous sommes entretenus avec la sur de Peter, Janette, et son frère Daniel.


    Qu'est-ce qui a provoqué l'agression contre ton frère?

    Janette Daniyova. En fait, rien ne l'a provoquée. Hormis une attitude clairement raciste de «chasse aux étrangers». Peter détonne parce qu'il est le plus basané de la famille. Nous avons connu la même chose en Slovaquie quand nous étions plus jeunes. Les jeunes devaient toujours faire gaffe des endroits où il y avait des skinheads. Aussi évitions-nous ces endroits. Ou alors, s'ils venaient dans le quartier, nous ne sortions pas. Récemment, en Slovaquie, un garçon et une fille, des Hongrois, ont encore été poignardés par des skins.


    Il y a déjà eu ce genre de truc à Tirlemont?

    Daniel Danyi. Pas aussi grave qu'aujourd'hui, mais c'est de plus en plus fréquent. L'an dernier, une femme africaine a été agressée. Il y a trois ans, un Marocain a été tabassé. Maintenant, on apprend que, ces dernières années, plusieurs jeunes, et même des vieux, ont été importunés par des skins. La plupart nous téléphonent spontanément pour nous dire ce qu'ils ont subi. La police et la Justice sont au courant de quelques faits mais, visiblement, ne font rien. Cela n'inspire pas confiance, les plaintes ne sont pas prises au sérieux.

    Même cette nuit-là, quand je suis allé porter plainte à la police de Tirlemont et que j'ai dit que mon frère avait été tabassé et blessé par des skins, la réaction ne s'est pas fait attendre: «Et qu'est-ce que tu vas y faire?» Soufflé, je n'ai pas pu répondre directement mais je me suis retourné et j'ai dit: «Je vais faire mon boulot.» Le médecin de l'hôpital a parlé à la police de la gravité des blessures de Peter. Ce n'est qu'alors qu'ils m'ont rappelé et qu'ils ont accepté d'entendre ma plainte.


    Donc, la situation à Tirlemont se serait aggravée

    Daniel Danyi. Sûr! On minimalise les faits graves: «Tirlemont est une ville tranquille, il ne s'y passe rien», d'après le bourgmestre Poffé. Nous, on nous tient à l'il, alors qu'on laisse les skins aller en bande et parader en ville sans les déranger.


    Saviez-vous qu'il y a des dossiers en cours contre les skinheads?

    Janette Daniyova. Non, nous l'avons appris à la TV. On est toutefois renseignés par des journalistes, par exemple, sur les trois arrestations et également sur le fait que les trois skins ont avoué. Nous attendons maintenant du bourgmestre Poffé et de la police qu'ils nous fournissent les explications nécessaires.


    Vivre en société à Tirlemont, est-ce encore possible?

    Daniel Danyi. (après un bref silence) Ouais, je crois bien. Si les Tirlemontois s'opposent avec nous contre de tels faits racistes, s'ils expriment ouvertement leur réprobation, c'est faisable. Ensuite, il faut que la police s'en prenne efficacement aux auteurs de tous ces actes. Pour l'instant, c'est nous qui nous faisons contrôler à tous les tournants comme si nous étions des criminels.

    > Fotoreportage 02 • Optocht voor verdraagzaamheid in Tienen
    > Fotoreportage 01 • Optocht voor verdraagzaamheid in Tienen
     


  2. zouhir001

    zouhir001 je pense, donc je suis

    Inscrit:
    11 Mai 2006
    Messages:
    16 464
    Likes:
    13
    classer sans suite ???
     
  3. boptitprince

    boptitprince je ne suis qu'un prince..

    Inscrit:
    11 Mai 2006
    Messages:
    9 392
    Likes:
    728
    Il est vrai que depuis l affaire du MP3 les actes racistes se mutliplient :

    mardi, 5 septembre 2006, 14h47



    Quatre mois après les coups des skinheads brugeois
    Skinheads Bruges • Raphaël en revalidation pour un an

    Raphaël Mensa (50 ans) est tombé dans le coma après avoir été tabassé par cinq skins à Bruges.Nous avons demandé à sa sur Stella et à son oncle Michel quelle est sa situation aujourd'hui.

    Riet Dhont
    06-09-2006



    «Spring» immédiatement après l'agression par cinq skinheads à Bruges. Il est resté trois semaines dans le coma et a ensuite passé encore une semaine en soins intensifs. (Photo de la famille)

    - Cliquez sur la photo pour l'agrandir -

    --------------------------------------------------------------------------------

    7 mai 2006. Raphaël Mensa, surnommé «Spring», rend visite à des amis à Bruges. Un soir de sortie, il se fait tabasser par cinq skins qui, soit dit en passant, sont tous libres aujourd'hui. Spring, originaire du Gabon mais habitant Paris, a été emmené à l'hôpital dans le coma.

    Stella Mensa. Il est resté trois semaines dans le coma puis il est encore resté une semaine en soins intensifs à l'hôpital de Bruges. Il était salement arrangé et il en a gardé de graves lésions cérébrales. Il est handicapé moteur et il ne peut se débrouiller seul. Faire à manger, par exemple, c'est bien trop dangereux.

    Son caractère a changé également, il peut très difficilement accepter ce qui s'est passé. Depuis quinze jours, il est à nouveau en soins intensifs, pour une embolie pulmonaire. Les docteurs disent que ça aussi, c'est une séquelle de l'agression. A partir de septembre, il va passer un an dans un centre de revalidation, peut-être même plus longtemps. Il y a beaucoup de choses qu'il doit réapprendre.

    Depuis son agression par les skins, Spring n'a pas encore été dédommagé. Avant, il travaillait mais maintenant tout doit être mis en ordre avec la mutuelle. Il faut des papiers pour tout et ça traîne atrocement. Je ne peux continuer à m'occuper de lui. Je suis revenue du Gabon pour le soigner, mais, maintenant, je dois retourner m'occuper de mes enfants, qui doivent aller à l'école.

    Michel (oncle * ou «cousin» * de Spring, ndlr). Et maintenant que ce jeune de Tirlemont a été agressé par des skinheads, nous devons reparler de l'affaire de Spring. Il y a trois mois, les journaux en étaient pleins, mais maintenant on n'en parle plus. Des histoires comme ça, ça ne doit pas arriver. C'est une bonne chose que vous vouliez établir un lien entre les deux victimes. Ces skinheads sont de vrais «sauvages», pas des gens civilisés Spring est un vrai «citoyen du monde», il aime la vie. Il a des amis partout: en Belgique, en France, en Suède, en Chine il recevait tout le monde. Mais il a vraiment été cassé. Il doit se passer quelque chose contre ces agressions par des skinheads, on doit relier ces événements. Sinon, les gens vont croire qu'il s'agit de cas isolés. Spring est vraiment salement arrangé. Nous espérons qu'il survivra J'espère la même chose pour Peter, le garçon de Tirlemont.

    Si vous désirez adresser un message à Spring et à Peter, faites-le par e-mail à redaction@solidaire.org, ou envoyez une carte personnelle au nom de Raphaël «Spring» Mensa et Peter Danyi à la rédaction de Solidaire, bd M. Lemonnier 171, 1000 Bruxelles. Nous remettrons les messages en mains propres aux deux victimes. Merci d'avance.





     

Partager cette page