rattrapage du ramadan d'une femme enceinte

Discussion dans le forum 'Islam' créée par pitchou20 le 13 Sept. 2006.

  1. pitchou20

    pitchou20

    Inscrit:
    25 Juil. 2006
    Messages:
    253
    Likes:
    0
    Salam à tous

    J'ai entendu un truc bizarre et voudrais savoir si vous en savez plus.

    En fait on ma dit que si une femme enceinte accouchait pendant le ramadan les jours qu'il lui reste elle pouvait les rattraper tout simplement.

    Mais si par exemple elle accouche 2 ou 3 jours avant que le ramadan commence elle doit rattraper tout les jours et donner une certaine somme ou bien rajouter des jours de jeune.

    C'est pas très claire je sais j'ai pas vraiment compris moi meme alors si vous avez une idée à propos de ca veuillez m'en faire part.

    Merci à tous.
     


  2. querty

    querty

    Inscrit:
    30 Juil. 2006
    Messages:
    1 670
    Likes:
    3
    Ahaleykoum salam je vais te transmettre cette liste !--------------------------------------------------------------------------------

    QUI DOIT JEUNER ?

    Tout Musulman des deux sexes ayant atteint la puberté et jouissant de ses facultés mentales et d'une santé normale.

    CEUX QUI SONT DISPENSÉS DU JEUNE

    Le malade dont le cas s'aggraverait par le Jeûne
    Le combattant dans la voie de Dieu qui verrait sa combativité diminuer par le Jeûne
    La personne âgée que le Jeûne pourrait affaiblir
    Le voyageur
    Celui qui a perdu la raison
    La femme enceinte qui risque des complications en jeûnant
    La femme qui allaite un nourrisson car elle craint pour la santé de son bébé
    Celui qui supporte très difficilement le Jeûne
    QUAND EST IL INTERDIT DE JEUNER ?

    Le jour du doute
    le jour de l'Aïd Fitr et de l'Aïd al Adha
    Pendant la période d'accouchement pour la femme
    Pendant la période menstruelle pour la femme
    Le jeûne surérogatoire ininterrompu pendant deux jours de suite ou plus
    Le jeûne continu toute l'année
    Le jeûne de la femme mariée sans le consentement de son mari s'il est présent
    Les trois jours de Tachriq c'est à dire les 3 jours qui suivent l'Aïd Al kebir
    QUI DOIT REPARATION ?

    Celui qui rompt le Jeûne volontairement sans aucun motif religieux valable (rupture d'un jour, rapport intime...) doit réparer pour chaque jour non jeûné, cette infraction selon les trois moyens suivants : il devra libérer un captif, s'il ne le peut pas, il devra jeûner deux mois successifs ou s'il ne peut pas jeûner ces deux mois, il devra nourrir 60 pauvres ou leur payer en argent l'équivalent de la nourriture prescrite.
    Celui qui rompt le Jeûne car il lui est pénible de l'observer (par exemple une personne atteinte d'une maladie chronique) devra pour chaque jour non jeûné nourrir un pauvre ou verser l'équivalent en aumône (actuellement fixé à environ 30-35 F / jour).
    Ceux qui ont rompu le Jeûne pour cause de maladie, de voyage, de grossesse, d'allaitement ou d'accouchement, devront jeûner plus tard le nombre de jours correspondants.
    Celui qui croyant l'heure du maghrib arrivé mange alors que ce n'est pas le moment, devra cesser immédiatement de manger et poursuivre jusqu'au maghrib son jeûne. Par contre, il sera tenu de rattraper plus tard cette journée.
    QUAND LE JEUNE N'EST-IL PAS VALABLE ?

    Quand on mange ou l'on boit ou l'on commet l'acte intime volontairement ou sous la contrainte
    Quand on absorbe par voie orale un médicament
    Quand on vomit volontairement
    Quand on émet l'intention de cesser le jeûne
    Quand on apostasie
    Quand advient les menstrues ou l'accouchement pour la femme
    Le mauvais comportement dans la journée (colère, mauvaises paroles, mensonges...)
    l'émission de sperme suscitée par le regard continu, l'imagination, le baiser ou le toucher.
    ACTES AUTORISES ET TOLERES PENDANT LE JEÛNE

    Actes autorisés:

    Se frotter les dents avec l'Arak (baton)
    De se rafraîchir avec de l'eau froide quand il fait chaud soit en se baignant ou en s'aspergeant
    De voyager pendant le mois de ramadan dans un but exempt de péché même en sachant que ce voyage nécessiterait la rupture du jeûne
    De mâcher un aliment pour un bébé qui ne peut s'en passer et dont personne d'autre ne puisse le faire, néanmoins, il faut se garder d'en avaler
    De se parfumer ou encenser ses habits (uniquement pour les hommes)
    Actes tolérés:

    Avaler sa propre salive même abondante
    Le vomissement involontaire à condition qu'une fois arrivés à la bouche de n'en rien retourner à l'estomac
    d'avaler involontairement quelque chose comme un insecte par exemple (mouche...).
    de subir l'effet de la poussière de la rue, des usines, de la fumée des combustibles et de toutes vapeurs inévitables
    CAS DE PARDON

    Celui qui boit, mange ou prend un médicament par oubli, doit cesser cette action dès qu'il se rappelle son état de jeûne, et il doit poursuivre le jeûne le reste du jour. Le Prophète (Paix et Bénédiction sur Lui) a dit :"quand celui qui jeûne boit ou mange par mégarde, qu'il poursuive son jeûne. C'est Dieu qui l'a nourri et qui lui a donné à boire (rapporté par Bokhari & Moslim)
    Tout médicament pris par injection intraveineuse, les gouttes dans les yeux ou le nez qui pourraient pénétrer dans l'estomac sans que l'on puisse l'éviter, n'est pas considéré comme rupture volontaire
     
  3. pitchou20

    pitchou20

    Inscrit:
    25 Juil. 2006
    Messages:
    253
    Likes:
    0
    C'est pas vraiment expliquer pour la femme enceinte que l'accouchement soit pendant ou avant le ramadan. Peut etre que c'est n'importe quoi. Donc il faut juste rattraper les jours qu'il faut.
     
  4. querty

    querty

    Inscrit:
    30 Juil. 2006
    Messages:
    1 670
    Likes:
    3
    INSH ALLAH elle pourra rattraper ces jours là plus tard !Notre Religion n'impose pas la difficulté aux contraire , les femmes enceintes sont dispénsées du Jeune! Pour ne pas mettre en danger la santé de l'enfant et de sa mère
     
  5. querty

    querty

    Inscrit:
    30 Juil. 2006
    Messages:
    1 670
    Likes:
    3
    Oui il faudra les rattraper INSH ALLAH!
     
  6. respectable

    respectable

    Inscrit:
    10 Oct. 2005
    Messages:
    1 711
    Likes:
    5
    La femme qui accouche pendant ou avant ramadan doit rattrapper les jours qu'elle n'a pas jeuné, je ne vois pas ce qui te tourmente
     
  7. zina93ouna

    zina93ouna

    Inscrit:
    6 Sept. 2006
    Messages:
    89
    Likes:
    1
    salam alikoum,
    en ce qui me concerne j'ai accouché 1 jour avant le début du ramadan, étant en période de lochies j'ai mangé tous le mois mais par la suite j'ai tous rattrapé! en ce qui concerne payé qqch en nature allah alam je ne sais pas!
     
  8. querty

    querty

    Inscrit:
    30 Juil. 2006
    Messages:
    1 670
    Likes:
    3
    Ahaleykoum Salam !Tu as rattrapé les jours ,te concernant c'est tout tu ne dois rien d'autre !Je précises bien dans cette situation!PS:Je ne sais pas si tu as posés une question ou simplement une suggestion ?
     
  9. zina93ouna

    zina93ouna

    Inscrit:
    6 Sept. 2006
    Messages:
    89
    Likes:
    1
    en fait j'exposais juste mon expérience mais en même temps j'avais un doute quand à payer en nature aussi.
     
  10. pitchou20

    pitchou20

    Inscrit:
    25 Juil. 2006
    Messages:
    253
    Likes:
    0
    En fait voila le truc c'est si la femme accouche un peu avant le ramadan elle doit rattraper tout ses jours de suite sans interruptions et si elle accouche pendant le ramadan elle doit ratrapper ses jours mais à son aise.

    Avez vous entendez un truc de ce genre?

    Merci de répondre.
     
  11. MOUEZ

    MOUEZ

    Inscrit:
    4 Déc. 2005
    Messages:
    3 622
    Likes:
    18
    non c'est faux, tu peux les rattrapper à ton aise, mais essaie de le faire avant ramadan suivant
    peux tu m'éclaircir quand tu as accouché et quand tu as rattraper ces jours manqués?
     
  12. pitchou20

    pitchou20

    Inscrit:
    25 Juil. 2006
    Messages:
    253
    Likes:
    0
    c'est pas pour moi c'est pour ma belle soeur qui est enceinte et la date prévue est au debut du ramadan.
     
  13. MOUEZ

    MOUEZ

    Inscrit:
    4 Déc. 2005
    Messages:
    3 622
    Likes:
    18
    ok
    que dieu lui facilite l'accouchement
    sache que puisqu'elle est enceinte elle pas ne pas jeuner, et elle dois ne pas jeuner si le fait de jeuner présente un danger pour elle ou pour l'enfant
    elle va donc accoucher pendant le ramadan ou juste avant, en tout cas lorsqu'elle accouche et elle est en période de lochie elle ne jeune pas
    si la periode de lochi se termine avant ramadan elle jeune s'il n'y a pas d'inconvénions, et si elle allaite elle peut ne pas jeuner
    lorsqu'elle arrete l'allaitement elle récupere son jeune avant ramadan suivant à son aise
     
  14. MOUEZ

    MOUEZ

    Inscrit:
    4 Déc. 2005
    Messages:
    3 622
    Likes:
    18
    si elle termine l'allaitement et elle a eu l'occasion de rattrapper les jours perdus avant ramadan suivant et elle n'a pas fait, alors elle rattrappera après ramadan suivant et elle payera pour chaque jour rattrappé après ramadan suivant un déjeuné pour un pauvre (le montant dépend du pays, généralement fixé par le moufti)
    si elle reste allaiter son petit jusqu'à ramadan suivant et comme ça elle n'a pas pu avoir d'occasion pour rattrapper avant ramadan alors elle rattrape après et ne paye rien
    si elle rattrape avant ramadan, elle ne paye rien bien sur
     
  15. respectable

    respectable

    Inscrit:
    10 Oct. 2005
    Messages:
    1 711
    Likes:
    5
    tu as raison de dire " un truc". Il n'a jamais été une obligation de rattrapper en une période sans interrruption. L'important c de rattrapper avant le prochain Ramadan si elle peut ou si elle arrete d'allaiter avant Ramadan d'après. Sino elle rattrappe l'année d'après et un don pour chaque jour rattrappé.
     
  16. elmakoudi

    elmakoudi Bladinaute averti

    Inscrit:
    24 Août 2006
    Messages:
    5 436
    Likes:
    829
    assalam si elle peut redre le ramadan comme elle veut interruption ou non l'essentiel c'est qu'elle ratrappe le ramadan
    /*/Les juristes sont unanimes pour considérer qu'il est permis à la femme enceinte de ne pas jeûner durant le mois de Ramadhân et de compenser les "Siyâmes" (jeûnes) manqués par la suite, lorsqu'elle craint pour sa santé ou celle du fœtus. Cependant, pour qu'elle puisse abandonner le jeûne, il est nécessaire que la crainte soit justifiée: soit par son expérience personnelle, soit parce qu'un médecin musulman (cette condition est justifiée par le fait qu'étant conscient de l'importance du statut du jeûne en Islam, le musulman présentera un diagnostique plus approprié...) expérimenté lui affirme que le jeûne fait peser un risque sur sa santé ou celle de son enfant. Cette permission a été établie à partir du Hadith de Anas (radhia Allâhou anhou) auquel il a été fait allusion (rapporté par Ahmad, Tirmdhi, Nasaï, Abou Dâoûd), mais aussi par raisonnement analogique ("qiyâs") à partir de la permission de report de jeûne accordée dans le Qour'âne au malade et à la personne qui est en voyage.

    /*/Si une femme tire profit de cette dispense temporaire, elle devra nécessairement compenser les jeûnes qu'elle n'a pu garder; la forme de cette compensation varie suivant l'avis des différentes écoles:

    Selon l'école hanafite, la femme n'aura qu'à remplacer les jeûnes manqués, sans avoir à s'acquitter d'une quelconque autre compensation matérielle.

    Selon les écoles châféite et hambalite (il semblerait que la position de l'école mâlékite soit la même):

    Si elle a reporté les jeûnes par crainte par rapport à la santé du futur enfant, dans ce cas, en sus de remplacer les jeûnes manqués, elle aura également à donner une "Fidya" (compensation qui consiste en principe à nourrir un pauvre, ou à lui offrir une certaine quantité de grains (les avis varient concernant le poids exact -il existe principalement trois opinions à ce sujet: Selon certains, il faut donner un sa' (environ 3,2 Kg.), selon d'autres une moitié de sa', et selon d'autres encore un mudd (environ 500 gr.); à noter que certains juristes sont d'avis qu'il est permis de s'en acquitter en donnant l'équivalent en monnaie…) pour chaque jeûne manqué.
    Et si elle a reporté les jeûnes parce qu'elle craignait pour sa propre personne, dans ce cas, leur avis est identique à celle de l'école hanafite: La femme n'aura qu'à remplacer les jeûnes manqués, sans avoir à donner de "Fidya".


    /*/noter que lorsqu'une personne manque des jeûnes du Ramadhân, elle doit nécessairement les remplacer avant que ne débute le mois de Ramadhân suivant.
     
  17. kitkouta

    kitkouta

    Inscrit:
    15 Juin 2006
    Messages:
    412
    Likes:
    0
    tu rattrappe les jours a ton aise,par exemple tu peux jeuner 1 jour sur deux,ou bien 1 jour dans la semaine,c'est comme tu veux,tu n'est pasobligée de jeuner 30 jours de suite!!
    j'espere que cette réponse te conviendra
    Moi j'ai accouché de ma fille ainée le premier jour du Ramadan,et j'ai rattrappé les jours comme je voulais
     
  18. querty

    querty

    Inscrit:
    30 Juil. 2006
    Messages:
    1 670
    Likes:
    3
    Salam ahaleykoum mes soeurs concernant "rattrapage du ramadan d'une femme enceinte" tous d'abord je demandes pardon à ALLAH(sw) et à vous tous parceque j'ai trouvés des articles sur ce que notre soeur "Pitchou20" avez postés!!!Dans mes interventions je disais que la femme enceinte devras récupérer les jours , en Jeunant mais je vois ici sur deux texte différents qu' elle devra rembourser ses jours manquant en nourrissant un pauvre !!!!INSH ALLAH vous pouvez lire :J’ai lu dans le livre « La description du jeûne du prophète durant le mois de Ramadan », de Salim Hilali et ‘Ali Hasssan ‘Abdul-Hamid que la femme enceinte et celle qui allaite, si elles craignent pour leur vie ou celle de leur enfant, rompent leur jeûne et nourrissent (en guise d’expiation) pour chaque jour non-jeûné une personne indigente, sans avoir à accomplir ce jeûne ultérieurement. Quelle est la véracité de ces propos ? Nous espérons une explication qu’Allah vous récompense par un bien.





    Il ne leur est pas demandé de repousser ultérieurement leur jeûne, mais il leur est demandé, en guise d’expiation, de nourrir un pauvre pour chaque jour non jeûné.

    Telle est la réponse, la bonne réponse.

    Quant à la condition citée, qui est : « Si la femme enceinte ou la femme qui allaite craint pour sa vie ou celle de son enfant », cette condition a été établie à partir d’efforts personnels de certains savants. Elle ne peut être imposée à la femme enceinte ou la femme qui allaite car le prophète a dit : « Allah, l’Exalté, a dispensé de jeûne la femme enceinte et la femme qui allaite ».



    Ibn ‘Abass a commenté le verset : « Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage, jeûnera (plus tard) un nombre égal de jours. Et à ceux qui ne peuvent jeûner qu’avec difficulté, incombe, en expiation, de nourrir un pauvre ».



    Il a dit : « La femme enceinte et la femme qui allaite doivent nourrir un pauvre ».

    La condition précédemment citée est ici inexistante : que la femme enceinte ou celle qui allaite craint pour sa vie ou celle de son enfant.



    En résumé : Il est donc permis à toute femme enceinte et à toute femme qui allaite de rompre son jeûne mais elles doivent en guise d’expiation nourrir un pauvre pour chaque jour non jeûné et elles ne sont pas tenues d’accomplir leur jeûne ultérieurement.


    Source : Revu par les salafis de l’est

    Qu’en est-il de la femme enceinte et de celle qui allaite ?

    Ibn ‘Abbas a dit :

    « Si la femme enceinte craint pour sa personne et celle qui allaite craint pour son enfant pendant le Ramadhan alors qu’elles mangent et qu’elles donnent à la place pour chaque jour non jeûné à manger à un pauvre et qu’elles ne rattrapent pas les jours non jeûnés.» (Sahih : voir ce qu’a dit Cheikh El Albani dans El Irwa, vol. 4, p. 19 jusqu'à At-Tabari ( 2758 ) et la chaîne est authentique d’après les conditions de Mouslim)

    Le fait qu’elles ne rattrapent pas les jours est l’avis le plus fondé, d’ailleurs il est celui d’ibn ‘Abbas et d’ibn ‘Omar et on ne leur connaît point de divergence parmi les compagnons. (Pour celui qui désire approfondir ce sujet, qu’il retourne au livre Sifat sawm an-nabi fi Ramadhan, d’après Salim al Hilali et ‘Ali Hassan el Halabi)













    Shaikh Muhammad Nasir- Din Al-Albâni

    Source : Tiré du site Darwa.com


    INSH ALLAH je vous envoies un autre texte !!!!!ET Pardon à vous tous biensur j'enverrai aussi à toutes personnes intrevenus un message d'URGENCE pour la réctification!!Je vous demanderais aussi à vous tous de vous renseigner de votre coté INSH ALLAH j'ai bien lus sur le poste qu'il y avait bien "une expiation de la femme enceinte en rembourssant un pauvre " Voilà PARDONNE- moi ALLAH(sw) pour cette érreur et aussi à vous tous !!
     
  19. querty

    querty

    Inscrit:
    30 Juil. 2006
    Messages:
    1 670
    Likes:
    3
    Je vous envoies l'autre sujet et aussi à chaque intervenant dans le poste de notre soeurs "Pitchou" un MP après ma prière d'Magrheb !!!Baraquallahoufiqoum
     
  20. querty

    querty

    Inscrit:
    30 Juil. 2006
    Messages:
    1 670
    Likes:
    3
    Le jeûne du mois de Ramadan est une obligation sur chaque musulman homme et femme et c'est un des piliers et des grandes bases de l'islam. Allah dit : « Ô les croyants ! On vous a prescrit as-Siyam comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété, » [sourate Al-Baqara : 183] Le mot "kutiba" (prescrit) signifie ici "furida" rendu obligatoire. Ainsi, quand la jeune fille atteint l'âge dans lequel elle sera tenue responsable de ses actes, et qu’un des signes de puberté devient apparent chez elle, parmi lesquels est la menstruation, alors l'obligation de jeûner commence pour elle. Elle pourrait commencer à avoir ses règles dès l’âge de neuf ans. Cependant, quelques jeunes filles ne sont pas conscientes que l'on exige qu'elles commencent à jeûner à ce point, donc elle ne jeûne pas, pensant qu'elle est trop jeune, ses parents ne lui ordonnent pas non plus de jeûner. C'est une grande négligence, car un des piliers de l’islam est abandonné. Si cela arrive à une femme, elle est obligée de compenser les jours de jeûne qu’elle a abandonné depuis le moment où elle a commencé à avoir ses règles, même si une longue période de temps est passé depuis ce temps-là, car cela reste dans ses obligations. Qui est obligé de jeûner Ramadan ? Quand le mois de Ramadan vient, chaque musulman homme et femme qui a atteint l'âge de puberté, est en bonne santé et est résidant (c'est-à-dire ne voyageant pas) est obligé de jeûner. Et quiconque est malade ou voyage pendant le mois, peut rompre le jeûne et rattraper le nombre de jours manqués plus tard. Allah dit : « Donc quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeûne ! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours » [sourate Al-Baqara : 185] de même, quiconque voit arriver Ramadan et est très vieux et incapable de jeûner ou est atteint d’une maladie chronique incurable- homme ou femme - peut rompre le jeûne et nourrir, en compensation, un indigent de la moitié d'un sa' (quatre poignées) de nourriture des gens du pays pour chaque jour manqué. Allah dit : « Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter (qu’avec grande difficulté), il y a une compensation : nourrir un pauvre » [sourate Al-Baqara : 184] Ibn 'Abbas (radiallahu ‘anhu) a dit : « Ce verset est pour le vieil homme pour qui on espère plus la guérison. » [Sahih Al-Bukhari] Et la personne malade dont on espère plus la guérison tombe sous la règle de la vieille personne. Et il ne doit pas rattraper les jours manqués à cause de son incapacité à jeûner. La femme a certaines excuses qui lui permettent de rompre le jeûne de Ramadan, à condition qu'elle rattrape les jours de jeûne manqués en raison de ces excuses. Ces excuses sont : 1. Les menstrues et le saignement post-natal: On interdit à la femme de jeûner alors qu'elle est dans ces deux états. Et elle est obligée à rattraper plus tard les jours de jeûne manqués. Ceci est basé sur ce qui est rapporté dans les deux Sahih d’après 'Aisha (radiallahu ‘anha) qui a dit : « On nous a ordonné de rattraper les jours (manqués) de jeûne mais on ne nous a pas ordonné de rattraper les prières (manquées). » Elle a donné cette réponse quand une femme lui a demandé : « Pourquoi une femme ayant ses règles doit-elle rattraper les jours manqués de jeûne et pas les prières (manquées) ? » Donc elle (radiallahu ‘anha) a clarifié que ce sont des questions qui dépendent de la révélation, qui doivent suivre les textes rapportés. Quant à la sagesse derrière cela, alors Shaikhul-Islam Ibn Taimiya a dit dans Majmu'-ul-Fatawa (15/251) : « Le sang qui sort de la femme à cause des menstrues contient une décharge de sang. Une femme ayant ses règles peut jeûner en des temps autres que quand le sang sort d'elle en raison des menstrues qui contiennent son sang. Donc son jeûne dans cette situation est un jeûne modéré et équilibré - aucun sang, qui renforce le corps et qui est sa substance principale – ne sort d'elle pendant cette période. Mais son jeûne quand elle a ses règles nécessite que son sang sorte - le sang, qui est le composant principal de son corps et qui mènera à une faiblesse et à un manque dans son corps. Et cela entraînera que son jeûne ne soit pas d'une nature modérée et équilibrée. C’est pourquoi elle doit jeûner seulement quand elle n’est pas réglée. » 2. Grossesse et Allaitement : Si à cause du jeûne résulte un mal causé à la femme ou au bébé ou aux deux, elle peut rompre le jeûne si elle est enceinte ou allaite. Mais si le mal pour lequel elle rompt son jeûne s’applique seulement à son bébé et pas elle, alors elle doit rattraper les jours de jeûne qu’elle a manqué et nourrir un indigent chaque jour manqué
     

Partager cette page