Safiyya, la mère des croyants

Discussion dans le forum 'Islam' créée par LeMagnifique le 2 Juin 2012.

  1. Marcus Cubitus

    Marcus Cubitus VIB

    Inscrit:
    18 Août 2009
    Messages:
    5 026
    Likes:
    1 144
    Il y a quand même plusieurs textes qui racontent tout ça : Tunisie99 en a évoqué quelques uns et de mon coté, j'ai retrouvé l'histoire dans la sirat Rasul, une des premières biographies sur la vie de Mohamed.

    On peut aussi constater que le même type d'évènement s'est déroulé lors de l'attaque des Banu Qurayza : la tribu a été décimée, les biens dérobés, les femmes prises en esclavage et Mohamed en garde une pour lui : Rayhana.

    La seule différence est que Mohamed n'épousera pas Rayhana : elle restera juste sa maitresse.


  2. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644

    Faut arreter de dire n'importe quoi

    si vous voulez des details je vous les donnes,vous savez trés bien comment a finni Jesus(as)

    avec des gens obstinés a tuer les prophetes qui ne sont pas de leurs communautées.(Sinon je peut aussi vous detailler tout l'amour qui se trouve dans le christianisme)


    Il est bien connu qu’à l’avènement de l’Islam, il y avait 3 tribus juives vivants à Yathrib (Médine), ainsi que d’autres villages Juifs plus au nord, les plus importants étaient ceux de Khaybar et Fadak. Il est aussi généralement admis que le prophète Muhammad (paix et bénédiction sur lui) espérait que les Juifs de Yathrib, en tant que pratiquants d’une religion divine, montreraient de la compréhension envers la nouvelle religion monothéiste, Islam.

    Cependant, aussitôt que ces tribus réalisèrent que l’Islam était fermement établie et gagnait en force, ils adoptèrent une attitude extrêmement hostile, et le résultat final de cette lutte fut la disparition de ces communautés juives de l’Arabie.

    Les biographes du Prophète, suivis par des historiens ultérieurs, nous apprennent que les Banu Qaynuqa [1] et plus tard les Banu al-Nadir [2] provoquèrent les Musulmans, furent assiégés, puis se rendirent et furent autorisés à prendre tous les biens qu’ils pouvaient transporter. Plus tard, Khaybar [3] et Fadak [4] furent évacués.
    Selon Ibn Ishaq dans la Sira [5], le tiers des Banu Qurayda s’allia aux Qurayshites et leurs alliés, qui avaient attaqués Médine dans l’espoir de détruire l’Islam mais sans succès.
    La menace la plus sérieuse pour l’Islam échoua et les Banu Qurayda furent assiégés par le Prophète. Comme les Banu al-Nadir, ils se rendirent, mais contrairement aux Banu al-Nadir, ils furent soumis à l’arbitrage de Sa’d b. Mu’adh, un membre de la tribu Aws, alliée des Qurayda.
  3. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644
    il n’y a aucune indication de l’exécution d’un grand nombre (de personnes). Dans le contexte d’une bataille, la référence est pour ceux qui se battaient. Le Qur’an est la seule autorité que l’historien acceptera sans hésitation ni doute.

    La règle en Islam est de punir seulement ceux qui sont responsables de la sédition.



    Il est peu probable que les Banu Qurayda soient massacrés alors que les autres tribus juives qui se rendirent avant les Banu Qurayda et après eux aient été traitées avec compassion et autorisées à partir. En effet, Abu Ubayd b. Sallam relate dans son livre Kitab al-Amwal [24] que lorsque Khaybar tomba aux mains des Musulmans, il y avait là une famille qui s’était particulièrement distinguée par ses insultes envers le Prophète.

    Pourtant, à ce moment le Prophète s’adressa à eux sur un ton de réprimande : « Fils d'Abu al-Huqayq, j’ai sus l’étendue de votre hostilité envers Dieu et Son Apôtre, mais cela ne m’empêche pas de vous traiter comme j’ai traité vos frères. » C’était après la reddition des Banu Qurayda.

    Dans le récit des Qurayda, des personnes sont nommément désignées en tant qu’exécutés, certains étaient décrits comme étant particulièrement actifs dans leur hostilité. Il est raisonnable d’en conclure que ceux-ci étaient les responsables de la sédition et ont donc été punis - pas toute la tribu.

    je suggèrerait plutôt l’origine du récit des Banu Qurayda, préservée par les descendants des Juifs qui avaient fuis vers le sud de l’Arabie après les guerres juives, comme Josephus avait consigné la même histoire pour le monde classique. Une génération postérieure aura superposé les détails du siège de Massada sur celui de Qurayda, peut-être en confondant les traditions de leur lointain passé avec celles d’un passé plus récent. Ce mélange donna le récit de Ibn Ishaq. Quand les historiens Musulmans l’ignorèrent ou la transmirent sans commentaire ou par manque d’intérêt, ils ne firent qu’exprimer leur manque d’enthousiasme face à cet étrange récit, comme l’avait appelé Ibn Hajar.


    Un dernier point. Depuis que ce qui précède a été écrit, j’ai vu des comptes-rendus [39] d’un article en août 1973 au Congrès Mondial des Etudes Juives écrit par le Docteur Trude Weiss-Rosmarin, dans lequelle elle remet en cause l’assertion de Josephus selon laquelle les 960 Juifs assiégés de Massada se suicidèrent. C’est extrêmement intéressant car dans le récit des Banu Qurayda, les 960 et quelques Juifs refusèrent de se suicider. Qui sait, peut-être que l’histoire des Banu Qurayda est une version plus précise de la version originale.
  4. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644
    Les détracteurs de l’Islam et les missionnaires chrétiens en particulier prétendent que "Mahomet a fait tuer plus de 900 Juifs de sang froid et c’était un assoiffé de sang".

    Cette histoire a fait couler beaucoup d’encre et on peut raisonnablement dire que les détracteurs ne sont pas objectifs (ou totalement ignorants) en citant l'histoire de cette manière.


    Les détracteurs de l’Islam insistent sur le fait que c’est le Prophète (sws) qui ordonna cette mise à mort, or selon les propres sources qu’ils utilisent ce n’est pas le Prophète (sws) qui l’ordonna mais Sa’d Ibn Mou’adh comme nous pouvons le voir :




    "Point n°1350/47 : […] à propos des Banû Quraizah, qui devaient synchroniser leur attaque de derrière quand l’envahisseur principal lancerait son assaut contre les Musulmans de front. La contre-offensive du Prophète (sws), également diplomatique, l’emporta et les Mecquois et leurs alliés se retirèrent calmement. Après leur départ, les Banû Quraizah durent payer pour leur trahison. Quand ils capitulèrent après un siège, le Prophète (sws) concéda que leur sort serait décidé par un arbitre choisi par eux-mêmes."

    Muhammad Hamidullah, Le Prophète de l'Islam, El-Najah, 6ème édition, 1998, tome II



    Le Prophète (sws) dit selon le récit d’at-Tabari : « Je m’en remet de votre sort à la décision de votre chef Sa’d ibn Mu’adh ». Les juifs dirent : « Nous aussi, nous nous en remettons à lui » [Chroniques d'At-Tabarî p.545].





    Rappelons aussi que ce sont les juifs qui choisirent leur arbitre qui sera celui qui donnera la décision finale, à savoir Sa’d ibn Mu’adh. D’autres récits avancent que c’est le Prophète (sws) qui choisit comme juge Sa’d.
  5. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644
    Comment furent traités les prisonniers ?




    Les femmes et les enfants furent confiés à l’ancien Rabbin ‘Abdallah ibn Salam, converti à l'Islam. D’autres sources disent qu’ils furent gardés chez une femme appelée Kayssa bint al-Harith.
  6. Marcus Cubitus

    Marcus Cubitus VIB

    Inscrit:
    18 Août 2009
    Messages:
    5 026
    Likes:
    1 144
    Je ne vois pas pourquoi tu dis que je raconte n'importe quoi alors que ce j'évoque provient de la sirat Rasoul d'ibn Ishaq. Sa biographie date du milieu du VIIIème siècle.

    Elle est en ligne ici : http://www.faithfreedom.org/Articles/sira/index.htm (en Anglais)

    Dans le cas des Qurayza, il est précisé : "The apostle of Allah imprisoned the Qurayza in Medina while trenches were dug in the market‑place. Then he sent for the men and had their heads struck off so that they fell in the trenches. They were brought out in groups, and among them was Kab, the chief of the tribe. In number, they amounted to six or seven hundred, although some state it to have been eight or nine hundred. All were executed."

    Traduction : Mohamed les emprisonne à Médine, ils étaient 6 ou 700 hommes (d'autres disent 8 ou 900) et tous furent décapités.

    Plus bas : "Now the apostle distributed the property of the Banu Qurayza, as well as their women and children, to the Muslims, reserving one‑fifth for himself. Every horseman received three shares, one for himself and two for his steed, and every foot soldier one share."

    Traduction : Les biens des Banu Qurayza, ainsi que leurs femmes et leurs enfants furent distribués entre les Musulmans (Mohamed prit 1/5ème du butin).

    Si tu mets en doute appelé la crédibilité d'ibn Ishaq, je te rappelle qu'il a été désigné comme "amir al-mu'minin fi al-hadith", le rang de savants du hadith le plus élevé de tous. ;)
    Likes reçus molimo666 aime ça.
  7. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644
    Comme nous pouvons le voir, la peine sévère fut décidée par l'arbitre choisi par les Juifs eux-mêmes. Cet arbitre décida de juger selon les lois sévères de la Thora. Ce n'est donc pas le Prophète (sws) le responsable de cette sentence mais bel et bien l'allié des Juifs, Sa'd Ibn Mu'adh. De plus, comme nous le voyons, le Prophète (sws) essaya de faire libérer plusieurs prisonniers.
  8. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644

    Vous etes lourd j'ai deja repondu plus haut a cette question d'ibn Ishaq

    lisez bong sang soyez juste:

    Il y a en effet plus qu’une similarité fortuite. Ici nous avons le prototype – en effet, je suggèrerait plutôt l’origine du récit des Banu Qurayda, préservée par les descendants des Juifs qui avaient fuis vers le sud de l’Arabie après les guerres juives, comme Josephus avait consigné la même histoire pour le monde classique. Une génération postérieure aura superposé les détails du siège de Massada sur celui de Qurayda, peut-être en confondant les traditions de leur lointain passé avec celles d’un passé plus récent. Ce mélange donna le récit de Ibn Ishaq. Quand les historiens Musulmans l’ignorèrent ou la transmirent sans commentaire ou par manque d’intérêt, ils ne firent qu’exprimer leur manque d’enthousiasme face à cet étrange récit, comme l’avait appelé Ibn Hajar.


    Un dernier point. Depuis que ce qui précède a été écrit, j’ai vu des comptes-rendus [39] d’un article en août 1973 au Congrès Mondial des Etudes Juives écrit par le Docteur Trude Weiss-Rosmarin, dans lequelle elle remet en cause l’assertion de Josephus selon laquelle les 960 Juifs assiégés de Massada se suicidèrent. C’est extrêmement intéressant car dans le récit des Banu Qurayda, les 960 et quelques Juifs refusèrent de se suicider. Qui sait, peut-être que l’histoire des Banu Qurayda est une version plus précise de la version originale.
  9. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644
    Un copte chrétien, Nabil Luqa, connaisseur de la Chari'ah Islamique, fait le même constat :






    Lors du siège de Médine par les Coalisés, qui dura plus d’un mois (…), les Quraydha adoptèrent une attitude hostile vis-à-vis des musulmans. Médine était assiégée de toute part : les forces de Quraysh l’assiégeaient en se plaçant de l’autre côté des tranchées, les Coalisés et les montagnes voisines firent le reste. Pendant le siège, les Quraydha coupèrent les vivres et l’approvisionnement aux femmes, aux enfants, aux vieux, parmi les musulmans de la ville, sachant que le siège durerait longtemps. Ils envisageaient, ainsi, d’affamer ces populations et de provoquer leur mort. Ces actes étaient en contradiction totale avec le Pacte de Confiance qui exigeait des Quraydha de soutenir les musulmans contre les incroyants de Quraysh et leurs alliés « Coalisés ». Or, ils appuyèrent ces derniers et les approvisionnèrent.

    Nabil Luqa Bébawi, Muhammad (sws) le Prophète calomnié, éditions al-Bouraq 2006, p.153
  10. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644
    Conclusion




    Nous pouvons dire que les musulmans se sont défendus contre des traitres qui menaçaient leur extermination totale. Le Prophète (sws) n'a pas décidé de la sentence, mais c'est plutôt Sa'd Ibn Mu'adh qui l'a choisie selon l'accord des Juifs eux-mêmes. Il appliqua donc, non pas une Loi Coranique, mais une Loi judaïque. En d'autres termes, les traitres juifs furent jugés d'après leur propre Loi par leur propre allié... comble de l'ironie...
  11. Marcus Cubitus

    Marcus Cubitus VIB

    Inscrit:
    18 Août 2009
    Messages:
    5 026
    Likes:
    1 144
    Je te lis, mais je ne suis pas convaincu :

    Voici ce que dit Tabari sur cet épisode :

    Sa'd avait été blessé à la main par une flèche, et son sang ne cessait de couler. Les juifs allèrent le chercher, le firent monter sur un cheval et l'amenèrent. Étant en présence du Prophète, Sa'd dit : Il faut les égorger tous, partager leurs biens et réduire en esclavage leurs femmes et leurs enfants. Le Prophète, satisfait de cette sentence, dit à Sa'd : Tu as prononcé selon la volonté de Dieu. En entendant ces paroles, ceux d'entre les juifs qui pouvaient s'enfuir gagnèrent le désert ; les autres restèrent ; ils étaient huit cents hommes. Le Prophète leur fit lier les mains et fit saisir leurs biens. On rentra à Médine à la fin du mois de dsou'l-qa'da. Les juifs restèrent dans les liens pendant trois jours, jusqu'à ce que tous leurs biens fussent transportés à Médine. Ensuite, le Prophète fit creuser une fosse sur la place du marché, s'assit au bord, fit appeler 'Ali fils d'Abou-Tâlib, et Zobaïr fils d'Al-'Awwâm, et leur ordonna de prendre leurs sabres et d'égorger successivement tous les juifs, et de les jeter dans la fosse. Il fit grâce aux femmes et aux enfants ; mais il fit tuer également les jeunes garçons qui portaient les signes de la puberté.

    Enfin, la référence dans le Coran (S.33) :

    26. Et Il a fait descendre de leurs forteresses ceux des gens du Livre qui les avaient soutenus [les coalisés], et Il a jeté l'effroi dans leurs coeurs; un groupe d'entre eux vous tuiez, et un groupe vous faisiez prisonniers.

    27. Et Il vous a fait hériter leur terre, leurs demeures, leurs biens, et aussi une terre que vous n'aviez point foulée. Et Allah est Omnipotent.
  12. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644

    Encore une fois vous simplifiez cette histoire en ramenant un hadith incomplet et sans prendre

    en compte le contexe et les faits historique,cela s'appelle de la manipulation.4


    Ka’b ibn Asad, un juif, proposa 3 solutions aux siens :




    A/ La conversion à l’Islam

    B/ Qu’ils tuent eux-mêmes leurs femmes et enfants pour aller ensuite combattre les musulmans

    (ceci afin qu’ils ne leur restent plus aucunes attaches en ce monde)

    C/ Qu’ils attaquent les musulmans un jour impensable, le jour du Shabbat afin que les musulmans soient prit par surprise



    Cependant, ils n'acceptèrent aucune des trois conditions proposées.




    11 – Les Juifs se rendirent à la seule condition que Sa’d Ibn Mu’adh juge leur contentieux avec le Prophète (sws), ce que ce dernier accepta.




    12 – Sa’d Ibn Mu'adh (et non le Prophète (sws) !) appliqua la Loi de la Thora et décida de mettre à mort tous les mâles en âge de prendre les armes (cf. Deutéronome 20, 10-14).



    Le nombre de tués varie entre 400 et 900 selon les sources.





    Voilà pour la synthèse des faits.


    Qui a ordonné l'exécution de la tribu juive ?



    Les détracteurs de l’Islam insistent sur le fait que c’est le Prophète (sws) qui ordonna cette mise à mort, or selon les propres sources qu’ils utilisent ce n’est pas le Prophète (sws) qui l’ordonna mais Sa’d Ibn Mou’adh comme nous pouvons le voir :




    "Point n°1350/47 : […] à propos des Banû Quraizah, qui devaient synchroniser leur attaque de derrière quand l’envahisseur principal lancerait son assaut contre les Musulmans de front. La contre-offensive du Prophète (sws), également diplomatique, l’emporta et les Mecquois et leurs alliés se retirèrent calmement. Après leur départ, les Banû Quraizah durent payer pour leur trahison. Quand ils capitulèrent après un siège, le Prophète (sws) concéda que leur sort serait décidé par un arbitre choisi par eux-mêmes."

    Muhammad Hamidullah, Le Prophète de l'Islam, El-Najah, 6ème édition, 1998, tome II



    Le Prophète (sws) dit selon le récit d’at-Tabari : « Je m’en remet de votre sort à la décision de votre chef Sa’d ibn Mu’adh ». Les juifs dirent : « Nous aussi, nous nous en remettons à lui » [Chroniques d'At-Tabarî p.545].





    Rappelons aussi que ce sont les juifs qui choisirent leur arbitre qui sera celui qui donnera la décision finale, à savoir Sa’d ibn Mu’adh. D’autres récits avancent que c’est le Prophète (sws) qui choisit comme juge Sa’d.

    Selon quelle loi a été jugée l'affaire ?

    Sa'd Ibn Mu'adh a jugé selon la Thora. Cette peine est contenue dans le Pentateuque.
  13. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644
    C'est d'ailleurs parce que leur sort fut décidé en vertu de leurs lois religieuses que l'un des chefs juifs, Huyayy ibn Akhtab al Nadari, lors de ces derniers instants se tourna vers le Prophète et lui dit : Par Dieu ! Je n'ai pas de regrets de m'être opposé à toi, mais le fait est que quiconque tente de tromper Dieu est finalement trompé lui-même [cf. Ibn Hichâm]. Puis, il se retourna vers les siens et leur dit : Ô vous les gens ! il n'y a pas de mal dans l'application des lois de Dieu, Ceci était la directive de Dieu, ça a été décidé, c'est un châtiment que Dieu a prévu pour les enfants d'Israël. [cf. Ibn Hichâm] Confirmant ainsi que la loi a été tirée de la Thora des Juifs.
  14. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644
    Comment furent traités les prisonniers ?




    Les femmes et les enfants furent confiés à l’ancien Rabbin ‘Abdallah ibn Salam, converti à l'Islam. D’autres sources disent qu’ils furent gardés chez une femme appelée Kayssa bint al-Harith. Les hommes qui allaient être exécutés se trouvaient chez Ousama ibn Zayd.


    Le professeur Hamidullah dit :






    "Point 956 : [...] Selon Humaid b. Hilâm (cité par Samhûdî, 2ème éd., p. 308), il décréta aussi que les maisons de ces juifs fussent données aux Musulmans d’origine mecquoise, pour qu’ils devinssent un peu plus indépendant des Ansâr. Le Prophète (sws) non seulement n’avait rien suggéré à l’arbitre, mais se trouva embarrassé de ne plus pouvoir revenir sur le consentement donné ; il ne s’était pas attendu à ce sévère verdict d’arbitrage, il murmura : « C’était leur destin, décidé par Dieu du haut des sept cieux » (*). Mais il manifesta sa clémence en maintes façons, que voici :

    Point 957 : On traita bien les prisonniers. Ainsi on leur donna à manger (des dattes, selon le Charh as-siyar al-kabîr de Sarakhsî, II, 264, ou éd., Munajjed, §2000). Un certain Musulman (Thâbit ibn Qais), ayant parlé au Prophète (sws) en faveur d’un condamné, disant que celui-ci lui avait fait du bien à l’époque pré-islamique, le Prophète Muhammad (sws) épargna la vie de ce Juif (Ibn Bâtâ), ainsi que celle de ses enfants ; il lui rendit même toute sa famille et tous ses bien (**). Un autre Juif, Rifâ’ah ibn Samau’al, s’était réfugié chez une vieille musulmane ; celle-ci se rendit auprès du Prophète (sws) et lui dit : « Fais-moi cadeau de la vie de Rifâ’ah ; il promet de célébrer les offices et même de manger de la viande de chameau. » Le Prophète Muhammad (sws) consentit également (***)."



    Comme nous pouvons le voir, la peine sévère fut décidée par l'arbitre choisi par les Juifs eux-mêmes. Cet arbitre décida de juger selon les lois sévères de la Thora. Ce n'est donc pas le Prophète (sws) le responsable de cette sentence mais bel et bien l'allié des Juifs, Sa'd Ibn Mu'adh. De plus, comme nous le voyons, le Prophète (sws) essaya de faire libérer plusieurs prisonniers.
  15. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644
    Combien de traitres exécutés ?



    Les sources divergent grandement quant au nombre de personnes exécutées pour haute trahison. Ibn Ishâq en mentionne 700 hommes tandis qu'Ibn Kathir n'en mentionne que 400 ; d'autres encore vont jusqu'à 900.





    « Al-Laith a rapporté d’après Abi az-Zubayr d’après Jabir selon lequel ils étaient 400, et Allah est le plus savant. »

    Ibn Kathîr, As-Sîra : la biographie du Prophète Mohammed (sws) - Les débuts de l’Islam, éditions Universel, 2007, p.652


    Une seule femme fut exécutée en application de la Loi du Talion pour le meurtre d’un musulman qu’elle commit auparavant sur ordre de son mari al-Hakam. Le musulman s’appelait Khallad ibn Suwayd (raa).


    le Prophète (sws) avait pour habitude d'accorder sa grâce aux prisonniers de guerre, les rançonnait ou à défaut les exilait. Pendant la bataille de Uhud, nous pouvions voir certains des anciens prisonniers de la bataille de Badr avaient étaient libérés par le Prophète (sws). De même, certains des Banu Nadhir se mirent à attaquer les musulmans avec les polythéistes et les Banu Quraydha.

    Ces exemples montrent que les graciés ne prenaient pas en compte la clémence du Messager d’Allah (sws). Se sont ‘Ali ibn Abi Talib et Zoubayr ibn al-‘Awwam (raa) qui mirent à mort les hommes de Quraydha.
  16. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644
    Tous ceux qui étaient en âge de porter les armes ont été exécutés ?


    Certains juifs qui avaient été loyaux et respectueux du Pacte conclu avec les musulmans furent épargnés et mis hors de cause:


    "Le siège continua durant 25 jours, durant lesquels les musulmans permirent aux juifs qui avaient refusé de trahir le Prophète (Paix sur lui) durant la Bataille du Fossé de partir et aller où bon leur semblait en reconnaissance de leur fidélité."

    Muhammad Al-Ghazali, Fiqh us-sîra, p.346




    Note : Nous avons vu précédemment que la durée du siège dépendait du rapporteur.
  17. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644
    Pourquoi en être arrivé jusque là ?


    Muhammad Redha rapporte :



    Il est des historiens occidentaux qui se sont indignés du massacre des Quraydha de cette façon. Mais il faut rappeler que ces derniers avaient trahi le Pacte conclu avec le Messager d’Allah (sws) qui leur garantissait la sécurité et la liberté confessionnelle et du culte. Ils se sont retournés contre lui dans les moments les plus délicats de l’Histoire de l’Islam, en nouant alliance avec ses ennemis comme ils ont mené la guerre contre les musulmans. Ce qui leur valut la condamnation à mort. Ceci dit, l’histoire notamment moderne, compte bien des exemples de représailles aussi rigoureuses. Ainsi, Muhammad ‘Ali Pacha le Grand, avait massacré les Mamlouks dans al-Qal’a, car ils conspiraient contre lui. En les éliminant, il se débarrassa de leur hostilité et de leur danger.

    Muhammad Redha, Biographie de Muhammad (sws), le Messager de Dieu, éditions Al-Maktaba al-Assrya 2009, p.660
  18. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644
    Muhammad Al-Ghazâli dit :





    C’est en effet la mort ; mais la responsabilité des conséquences de cette condamnation incombait à ceux dont les actes l’avaient nécessité, à ces stratégies malignes qui n’ont pas eu l chance d’aboutir. Autrement, des milliers de musulmans auraient péri et auraient alors été foulés par les Coalisés qui s’étaient rués de toutes les régions, exhortés et soutenus par les juifs. L’aventure de ceux qui ambitionnaient le commandement était peut-être à l’origine de ce fléau subi par les Banu Quraydha. Si Huyyay ibn Akhtab et ses semblables acceptaient de cohabiter avec l’Islam en jouissant de leur fortune, ils n’auraient ni subi ni causé à leur peuple la rigueur de cette peine. Mais les peuples payent de leur sang les erreurs monumentales de leurs dirigeants .

    A notre époque (celle dont l’auteur vivait), les Russes, les Allemands et d’autres peuples ont payés cher les illusions de leurs hommes politiques totalitaristes »… « L’attitude des juifs à l’égard de l’Islam n’a pas changé. Nombre de musulmans furent tués froidement par les juifs quand ils occupèrent la Palestine. Curieusement, les juifs ne s’en sont pas pris aux Européens qui les avaient massacrés pendant la Seconde Guerre Mondiale ; évitant toute confrontation avec eux, ils se sont acharnés sur les musulmans ; ils ont oublié leur paisible coexistence avec eux durant 12 siècles pour leur faire subir les pires tourments qui continuent en Palestine sous le regard approbateur et le soutien de l’Occident.

    Muhammad al-Ghazali, Fiqh as-Sira, éditions Maison d’Ennour 2006, p.228-229
  19. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644
    Un copte chrétien, Nabil Luqa, connaisseur de la Chari'ah Islamique, fait le même constat :






    Lors du siège de Médine par les Coalisés, qui dura plus d’un mois (…), les Quraydha adoptèrent une attitude hostile vis-à-vis des musulmans. Médine était assiégée de toute part : les forces de Quraysh l’assiégeaient en se plaçant de l’autre côté des tranchées, les Coalisés et les montagnes voisines firent le reste. Pendant le siège, les Quraydha coupèrent les vivres et l’approvisionnement aux femmes, aux enfants, aux vieux, parmi les musulmans de la ville, sachant que le siège durerait longtemps. Ils envisageaient, ainsi, d’affamer ces populations et de provoquer leur mort. Ces actes étaient en contradiction totale avec le Pacte de Confiance qui exigeait des Quraydha de soutenir les musulmans contre les incroyants de Quraysh et leurs alliés « Coalisés ». Or, ils appuyèrent ces derniers et les approvisionnèrent.

    Nabil Luqa Bébawi, Muhammad (sws) le Prophète calomnié, éditions al-Bouraq 2006, p.153
  20. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 315
    Likes:
    5 644
    Conclusion




    Nous pouvons dire que les musulmans se sont défendus contre des traitres qui menaçaient leur extermination totale. Le Prophète (sws) n'a pas décidé de la sentence, mais c'est plutôt Sa'd Ibn Mu'adh qui l'a choisie selon l'accord des Juifs eux-mêmes. Il appliqua donc, non pas une Loi Coranique, mais une Loi judaïque. En d'autres termes, les traitres juifs furent jugés d'après leur propre Loi par leur propre allié... comble de l'ironie...





    Voilà notre dernier mot sur la question. Allahou A'lam - Dieu Sait mieux ce qu'il en est !

Partager cette page