Tétouan, histoire et civilisation

Discussion dans le forum 'Culture' créée par elhout le 1 Juin 2006.

  1. Chamali2005

    Chamali2005

    Inscrit:
    20 Fév. 2006
    Messages:
    9 547
    Likes:
    247
    Bon, je vais dormir, bonne soirée à tous, llah isb7akoum 3ala khir...
    Ma krahtch nkoun f Rincon!!! on mangerait un tajine dial hout et on ne se coucherait pas de sitôt!!!
    Bonne nuit à tous!


  2. Chamali2005

    Chamali2005

    Inscrit:
    20 Fév. 2006
    Messages:
    9 547
    Likes:
    247
    La la la la blach!!! j'aime pas Spielberg. ana ma 9oult walou a sidi! (et oui je suis lâche en plus lol)
    Bonne nuit, tisba7 3ala khir.
  3. elhout

    elhout

    Inscrit:
    7 Mai 2005
    Messages:
    1 292
    Likes:
    9
    Bonne nuit, tsba7 3ala kheir
    ;)
  4. pocoloco

    pocoloco

    Inscrit:
    28 Déc. 2003
    Messages:
    4 675
    Likes:
    243
    Merci, pour ces éclaircissements. La documentation sérieuse est mince à ce sujet. J'ai aussi entendu parler qu'ils possédaient une littérature de chevalerie assez semblable à celle de leurs voisins chrétiens. Et, en fouillant dans l'internet, j'ai vu des photos d'un Coran morisque bilingue arabo-castillan.
  5. elhout

    elhout

    Inscrit:
    7 Mai 2005
    Messages:
    1 292
    Likes:
    9
    Le meneur le plus célèbre des révoltes morisques est Fernando del Valor, alias Aben Humeya, un lointain descendant des califes omeyyades, qui en 1568 prend la tête des insurgés des monts Alpujjaras, dans la région de Grenade. Philippe II devra envoyer contre lui parmi ses meilleures troupes d'élite, d'autant que ce soulèvement coïncide avec la terrible guerre d'influence hispano-turque en Méditerranée. Aben Humeya et ses hommes seront d'ailleurs suspectés par Madrid d'être aidés en sous-main par les Ottomans.
    La révolte des Alpujjaras sera finalement écrasée dans le sang en 1571 par Don Juan d'Autriche, celui-là même qui coula la flotte ottomane d'Ali Pacha à Lépante. A partir de ce moment les Morisques sont dispersés à travers le territoire espagnol (en attendant leur expulsion définitive en 1610) et entretiennent leur identité culturelle dans la clandestinité.
  6. elhout

    elhout

    Inscrit:
    7 Mai 2005
    Messages:
    1 292
    Likes:
    9
    L'impact de l'influence morisque sur la littérature espagnole n'est pas négligeable puisque Cervantès (1547-1616) aurait rédigé son célèbre Don Quichotte de la Mancha en s'inspirant des textes d'un auteur morisque, un certain "Sid Hamed Ben Engeli".
  7. elhout

    elhout

    Inscrit:
    7 Mai 2005
    Messages:
    1 292
    Likes:
    9
    Tétouan jouera par la suite un rôle indirect au cours des guerres napoléoniennes. Son port de Martil sert d'escale à la flotte britannique de l'amiral Nelson en 1799, avant que celui-ci ne poursuive le général Bonaparte à travers la Méditerranée jusqu'en Egypte.

    En 1830, après la prise d'Alger par les Français, Tétouan recueille un grand nombre de réfugiés venus de l'ancienne Régence turque, qui contribuent à donner à la cité son cachet particulier.

    Le 6 février 1860, durant la guerre hispano-marocaine, Tétouan est occupée par les troupes du maréchal Léopoldo O'Donnell, que la reine Isabelle II nomme "duc de Tetuan". Les troupes espagnoles occupent la ville jusqu'en 1862, et ne l'évacuent que contre le versement par le makhzen d'une "indemnité" de 100 millions de pesetas, somme empruntée auprès des banques londoniennes et qui place de ce fait l'Empire chérifien dans une situation de dépendance financière vis-à-vis de la Grande-Bretagne.
    Les Espagnols reviennent en 1912, et font de Tétouan la "capitale" de leur zone de protectorat au Maroc. Un khalifa représente le sultan, et l'autorité est exercée comme en zone française par un résident général.
  8. redaune44

    redaune44

    Inscrit:
    4 Mai 2005
    Messages:
    26 403
    Likes:
    376
    merci pour ce poste !
  9. elhout

    elhout

    Inscrit:
    7 Mai 2005
    Messages:
    1 292
    Likes:
    9
    Pendant leur occupation, les Espagnols édifient à côté de la médina une ville nouvelle, l'Ensanche, où sont appliquées des règles urbanistiques en vigueur à Barcelone, alors ville-phare de l'école architecturale espagnole. Le protectorat espagnol voit aussi se créer une école renommée de beaux-arts dont l'instiguateur est Mario Bertucchi.
    Mais ce ne sont là que quelques aspects culturels. La colonisation espagnole se traduit surtout par un grand nombre d'exactions, comme les bombardements de populations civiles ou les crimes du Tercio, la Légion étrangère espagnole. Tout cela débouche sur la guerre du Rif (1921-1926) au cours de laquelle émerge la figure charismatique d'envergure mondiale de l'émir Mohammed Ben Abdelkrim al Khattabi qui sera d'ailleurs vaincu par les troupes françaises de Pétain, le futur dirigeant de Vichy.
    Puis, en 1936 c'est du Maroc dit espagnol que débute le coup d'Etat de la junte militaire menée par le général Franco contre la République de Madrid.
    En 1939, en échange de son aide logistique à la junte, le dictateur fasciste italien Mussolini soutenu par Hitler demande à Franco de lui céder des bases militaires au Maroc en raison de sa position stratégique, mais le caudillo rejette la demande du duce.
    Pendant la Seconde Guerre mondiale les Espagnols occupent Tanger, violant ainsi le statut international de la ville, qu'ils doivent évacuer en 1945 sous la pression conjuguée des Etats-Unis et de l'Union soviétique.
  10. Chamali2005

    Chamali2005

    Inscrit:
    20 Fév. 2006
    Messages:
    9 547
    Likes:
    247
    Moi, j'ai rien à rajouter. Merci elhout! toujours aussi intéressant ! J'ai rien à dire mais en fait, on a de la concurrence! il y a un poste sur l'Histoire de l'orientale (très intéressant au passage),mais j'aimerais bien que Tétouan reste en tête! lol bon... je m'en vais.
  11. elhout

    elhout

    Inscrit:
    7 Mai 2005
    Messages:
    1 292
    Likes:
    9

    Le mouvement nationaliste marocain en zone espagnole est bien sûr représenté par la figure incontournable de Abdelkhalek Torrès (1910-1970), fondateur du parti de la Réforme nationale. Abdelkhalek Torrès était issu d'une vieille famille d'origine morisque andalouse qui avait fourni un grand nombre de cadres au makhzen, comme le vizir Si Mohammed Torrès qui représenta le Maroc à la conférence d'Algéciras en 1906.
    L'action militante d'Abdelkhalek Torrès l'avait conduit à utiliser les liens traditionnels entre Tétouan et le Moyen-Orient. Ainsi l'émir druze libanais Chakib Arsalane, intellectuel précurseur du nationalisme arabe, avait fait le déplacement à Tétouan pour apporter son soutien au parti de la Réforme nationale. Et en 1947, Torrès s'était rendu au Caire pour plaider la cause marocaine devant les pays membres de la Ligue arabe.
    En 1956, au moment de l'indépendance, le parti de la Réforme nationale fusionne avec l'Istiqlal. Puis Torrès est nommé ambassadeur du Maroc en Egypte, un pays qu'il connaissait si bien et où il fréquentait l'illustre Mohammed Ben Abdelkrim en exil. Abdelkhalek Torrès est aussi l'artisan de la rencontre entre Mohammed V et Gamal Abdel Nasser en 1958.
  12. elhout

    elhout

    Inscrit:
    7 Mai 2005
    Messages:
    1 292
    Likes:
    9
    En avril 1906 une conférence est organisée à Algéciras autour de la question du Maroc qui avait pris une dimension internationale, notamment depuis la visite de l'empereur d'Allemagne à Tanger. Le kaiser Guillaume II avait pris publiquement position contre les ingérences françaises au Maroc, ce qui avait provoqué une vive tension entre Paris et Berlin.
    La conférence internationale réunit à Algéciras : la France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, le Portugal, l'Autriche-Hongrie, la Suède, la Russie, les Etats-Unis. Le Maroc est présent, mais son représentant Si Mohammed Torrès, ministre du sultan Moulay Abdelaziz, n'a pas la liberté de manoeuvre nécessaire pour défendre les intérêts du makhzen. Toutes les décisions importantes seront prises par ces puissances étrangères qui veulent imposer une tutelle partagée sur l'Empire chérifien. A l'instar de la Chine ou de la Perse à cette époque, le Maroc est convoité et menacé de morcellement par des forces coloniales en pleine expansion.
  13. elhout

    elhout

    Inscrit:
    7 Mai 2005
    Messages:
    1 292
    Likes:
    9
    A l'issue de la conférence les puissances réunies décident de placer le Maroc sous une sorte de tutelle internationale. La France et l'Espagne organisent la police dans les principaux ports, pour "assurer la libre circulation commerciale et douanière". Algéciras prépare en fait le protectorat.
    Dès l'année suivante, prenant pour prétexte des assassinats de ressortissants français comme le docteur Mauchamp, la France envoie un corps expéditionnaire (général Drude) s'emparer de Casablanca et de la Chaouia, tandis que les troupes venues d'Algérie et commandées par Lyautey s'emparent d'Oujda et de la région orientale jusqu'à la Moulouya. Pendant ce temps, les Espagnols sont en difficulté dans le Rif où ils se heurtent à la résistance du chérif Mohammed Ameziane, de la tribu Beni Bou Ifrour de la région de Melilla.
    La crise très grave que subit le makhzen facilité l'invasion franco-espagnole, Moulay Abdelaziz étant chassé du pouvoir par son frère Moulay Hafid installé à Marrakech et qui bénéficie du soutien des cadres traditionnels et des grandes tribus. Selon certains historiens le coup de force de Moulay Hafid aurait été largement soutenu par l'Allemagne qui s'inquiétait de la mainmise progressive de l'Espagne mais surtout de la France sur l'Empire chérifien. D'ailleurs en 1911 un vaisseau de la Kriegsmarine (flotte de guerre) allemande vient croiser devant le port d'Agadir pour un éventuel débarquement de troupes. Il en résulte une crise franco-allemande très vive, qui sera désamorçée in extremis. L'Allemagne renonce à toute action au Maroc en échange de territoires cédés par la France en Afrique équatoriale. La reculade de Berlin s'explique surtout par le fait que la Grande-Bretagne avait proclamé sa solidarité avec la France dans l'affaire d'Agadir.
  14. elhout

    elhout

    Inscrit:
    7 Mai 2005
    Messages:
    1 292
    Likes:
    9
    La France et l'Espagne avaient dès 1904 scellé un accord prévoyant le partage de leurs zones d'influence respectives au Maroc. En fait c'est la Grande-Bretagne qui avait imposé à la France de traiter avec l'Espagne, alors puissance mineure du continent européen, car les Anglais redoutaient de voir l'hégémonie française s'étendre jusqu'aux rivages du détroit de Gibraltar, noeud de communications et point stratégique essentiel pour l'Empire britannique. C'est pourquoi le cabinet de Londres avait soutenu l'Espagne dans ses démarches pour obtenir une aire d'autorité sur le nord du Maroc. C'est pourquoi aussi les Anglais avaient insisté pour que Tanger devienne une zone au statut international. Le gouvernement britannique veillait ainsi jalousement sur ses intérêts.
  15. Ben

    Ben

    Inscrit:
    2 Déc. 2002
    Messages:
    2 388
    Likes:
    590
    En rifain titawin signifie les "yeux" (et la source "ano").
  16. elhout

    elhout

    Inscrit:
    7 Mai 2005
    Messages:
    1 292
    Likes:
    9
    Je ne connais malheureusement pas le rifain. Je me suis basé sur l'explication la plus courante de l'étymologie du mot "Tétouan" donnée par la plupart des ouvrages qui en parlent. Si c'est une erreur alors je m'en excuse auprès des bladinautes.
    D'ailleurs j'ai écrit "ça viendrait" au conditionnel.
  17. Ben

    Ben

    Inscrit:
    2 Déc. 2002
    Messages:
    2 388
    Likes:
    590

    Bah c'est peut être pas du rifain (même si ça semble logique).
    Je me demande si il n'y a pas un centre de recherche culturel sérieux à Tétouan ?
    Ou universitaire ?

    Pas d'info ?
  18. elhout

    elhout

    Inscrit:
    7 Mai 2005
    Messages:
    1 292
    Likes:
    9
    Si, il y'a une université à Tétouan, l'université Abdelmalek Essaadi où enseignent des chercheurs réputés comme le professeur Benaboud, spécialiste de la civilisation andalouse.
  19. Chamali2005

    Chamali2005

    Inscrit:
    20 Fév. 2006
    Messages:
    9 547
    Likes:
    247
    Salam j'aimerais bien faire remonter ce poste qui est vraiment très intéressant!
  20. elhout

    elhout

    Inscrit:
    7 Mai 2005
    Messages:
    1 292
    Likes:
    9
    Tarik Ibn Zyad aurait bénéficié de la complicité et de l'aide logistique de l'exarque (gouverneur) byzantin de Septem (Sebta), le comte Julian, qui était opposé à Rodéric, le roi des Wisigoths d'Espagne.
    A cette époque en effet l'Espagne était entre les mains du plus puissant peuple germanique d'Occident, les Wisigoths venus des rives lointaines de la Baltique et qui avaient contribué de manière déterminante à la chute de Rome. Les Wisigoths s'étaient taillés un puissant royaume englobant le sud de la Gaule et la péninsule ibérique, avec comme capitales successives Toulouse, puis Barcelone, puis Tolède. En 620 leur roi Sisbuth avait même envoyé une expédition dans le nord du Maroc pour étendre l'influence wisigothique jusqu'à Volubilis.
    Mais en 710, Rodéric fils du duc Theodefred de Cordoue renverse le souverain légitime Wittiza qui se réfugie à Septem avec son entourage. Rodéric se serait vengé de l'hospitalité accordée par le comte Julian en abusant de la fille de l'exarque byzantin, Florinda, qui se trouvait alors à Tolède. C'est en partie pour venger ce déshonneur que Julian aurait aidé Tarik en lui accordant son soutien logistique.

Partager cette page