Thaïlande: 87 manifestants Musulmans assassinés par la junte cocainomane

Discussion dans le forum 'Général' créée par lokas le 31 Oct. 2004.

  1. lokas

    lokas

    Inscrit:
    1 Avril 2004
    Messages:
    275
    Likes:
    4
    Le Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra a promis mercredi une enquête sur la mort de 87 manifestants musulmans asphyxiés lors de leur transfert en camions de l'armée dans le Sud du pays.

    A Pattani, des hommes et des femmes en larmes s'étaient réunis devant le camp militaire où avaient été transférés au départ 1.300 manifestants pour retrouver la trace qui d'un fils, qui d'un frère.

    "Nous allons mettre sur pied une commission pour enquêter sur le fait qu'ils ont été entassés dans des camions jusqu'au moment où ils ne pouvaient plus respirer", a déclaré le Premier ministre, après un appel lancé en ce sens par les Etats-Unis.

    La bourse de Thaïlande a perdu 3,32% mercredi alors que les investisseurs s'inquiétaient des risques d'embrasement dans le Sud.

    Un responsable gouvernemental avait annoncé mardi que 87 musulmans étaient morts, la plupart d'étouffement, lors du transport au total de 1.300 manifestants dans des camions de l'armée bondés vers un camp de Pattani.

    Les manifestants avaient été arrêtés lundi à l'extérieur du commissariat de police de Tak Bai, dans la province de Narathiwat, devant lequel ils exigeaient la libération de six musulmans. Six manifestants avaient été tués lors de la dispersion du rassemblement de quelque 3.000 musulmans en colère.

    "Nous sommes désolés. Nous avons essayé de bien nous occuper d'eux. Ils n'auraient pas dû mourir", a ajouté M. Thaksin. "Il va y avoir une commission d'enquête pour que nous puissions tirer les leçons de tout cela", a-t-il dit en ne fournissant aucune précision sur la dite commission.

    Les manifestants "ont lancé des pierres et blessé nos agents de sécurité", a dit M. Thaksin, ajoutant que des protestataires semblaient être sous l'emprise de "cachets stimulants", des amphétamines.

    "Nous avons utilisé toutes les méthodes douces", a poursuivi le chef du gouvernement. "Nous avons commencé à utiliser les canons à eaux et les gaz lacrymogènes. Personne n'a tiré sur la foule", a-t-il affirmé.

    Le gouvernement Thaksin a été l'objet de violentes critiques de la part des défenseurs des droits de l'homme, de la presse et des communautés musulmanes d'Asie.

    De nombreuses organisations, comme la Asian Human Rights Commission, qui a estimé le bilan "totalement inexcusable", ont appelé à une enquête "approfondie et indépendante".

    "Si le fait est que des gens avec les bras attachés dans le dos ont été empilés les uns sur les autres dans des camions, c'est la faute du gouvernement, et le gouvernement doit rendre justice aux familles", a déclaré le sénateur Kaewsan Atipho.

    La tension était palpable mercredi à Tak Bai où des résidents, qui commençaient à enterrer leurs morts, ne voulaient pas parler, se disant terrifiés par la police.

    Les rues autour du commissariat étaient bloquées tandis que des postes de contrôle avaient été installés à tous les kilomètres, avec un grand nombre d'hommes en arme.

    "Des manifestants sont partis en courant, certains ont sauté dans le canal", a indiqué un témoin à l'AFP. "Des soldats et des policiers les ont battus et leur ont donné des coups de pieds".

    "On les a chargés sur des camions, empilés quatre ou cinq les uns au dessus des autres", a poursuivi un témoin qui recherchait son fils, "ils sont morts parce qu'ils avaient été battus et blessés et sont restés confinés dans un endroit surpeuplé".

    Les rapports des médecins légistes ont indiqué que 80% des victimes étaient mortes d'étouffement, mais plusieurs avaient les vertèbres cervicales brisées.

    Seulement 37 des 78 corps avaient été identifiés mercredi. Seuls 14 corps avaient été remis aux familles, d'autres n'avaient pas pu récupérer les dépouilles en raison du couvre-feu imposé dans plusieurs districts de Narathiwat.

    Cette province, limitrophe de la Malaisie et celles, voisines, de Yala et de Pattani, sont le théâtre depuis janvier de violences quasi quotidiennes qui ont fait au total près de 420 morts.
     


  2. lokas

    lokas

    Inscrit:
    1 Avril 2004
    Messages:
    275
    Likes:
    4
    allah y rahmoum :rose:
     

Partager cette page