[Sujet unique: courants en Islam]

Discussion dans le forum 'Islam' créée par mehdi1970 le 21 Mai 2006.

  1. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 701
    Likes:
    5 771
    Encore un fois,tu ne trompes que toi meme,puisque le verset suivant refute ton allegation.
    45.Récite ce qui t'est révélé du Livre et accomplis la Salat. En vérité la Salat préserve de la turpitude et du blâmable. Le rappel d'Allah est certes ce qu'il y a de plus grand. Et Allah sait ce que vous faites.
    Récite ne veut pas dire écrire ce qui t'es révélé.

    48.Et avant cela, tu ne récitais aucun livre et tu n'en n'écrivais aucun de ta main droite. Sinon, ceux qui nient la vérité auraient eu des doutes.
    Des avis disent que le Prophète pouvait très peu écrire avant sont depart, mais ce qui est authentique c'est que le Prophète n'a pas écrit, même pas une lettre, mais il a dicté. Il ne lisait pas non plus."



    49.Il consiste plutôt en des versets évidents, (préservés) dans les poitrines de ceux à qui le savoir a été donné. Et seuls les injustes renient Nos versets.


  2. coranophile

    coranophile

    Inscrit:
    16 Juil. 2013
    Messages:
    1 475
    Likes:
    670
    La phrase entre parenthèse est un rajout injustifié: c'est un pur mensonge! De la pure malhonneteté !:stop:
    75.17.إِنَّ عَلَيْنَا جَمْعَهُ وَقُرْآنَهُ
    75.17. En vérité sa compilation Nous incombe ainsi que sa lecture.

    جَمْعَهُ = compilation, assemblage en versets et en sourates! Il n' y a aucune mension de coeur ni fixation dans la mémoire dans ce verset!

    Tu te contredis toi même!:confused:
    Ou tu as vu un enseignant qui ne sait ni lire ni écrire?!

    Un professeur analphabète! voilà ce que vous avez fait du Messager! Il n' y a que chez les sunnites pour exposer de telles inepties!o_O
  3. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 701
    Likes:
    5 771
    Sa compilation nous incombe,donc tu nous dis que c'est Dieu qui a ecrit et compilé le Coran? Ca va dans ta tete.......
    Ce qui est entre parenthèse,c'est justement une explication logique si tu ne fais pas abstraction du verset qui precede : sa memorisation nous incombe ainsi que sa lecture,sinon faudra nous expliquer comment dieu ta expliqué sa lecture (recitation) . Ce n'est pas cohérent.

    16. Ne remue pas ta langue pour hâter sa récitation
    Voila le verset dont tu fais abstraction et qui explique les parenthese.

    Ce verset te refute,si tu conteste et tu vas certainement contester,c'est que vraiment tu es de mauvaise foi et dans une position purement sectaire.
  4. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 701
    Likes:
    5 771
    16. Ne remue pas ta langue pour hâter sa récitation ,17. Son rassemblement (dans ton coeur et sa fixation dans ta mémoire) Nous incombent, ainsi que la façon de le réciter. .18. Quand donc Nous le récitons , suis sa récitation.19. A Nous, ensuite incombera son explication.

    Tu as recus des explications comme ton amis @mitouns?
    A un moment faut arretter les innepties,les comportements hetéroclite et anarchique.

    Ou dans le Coran,on t'explique comment le reciter? Echec et Mat ? ;)
  5. coranophile

    coranophile

    Inscrit:
    16 Juil. 2013
    Messages:
    1 475
    Likes:
    670
    Je n'ai pas dit qu'il a écrit le coran quoique rien ne lui est impossible!

    C'est Allah qui a inspiré la façon de le lire, et c'est Lui qui l'a compilé : jama3a = assembler, regrouper (les versets en sourates et les sourate en livre c'est très clair)!

    Au contraire très cohérent! Qui c'est qui a fait le coran de A à Z : c'est Allah! Donc c'est Lui qui a appris à l'ange Gabriel comment lire le coran, et Gabriel à son tour a appris au messager comment le lire correctement et comment l'écrire!

    Ne sait tu pas qu'Allah a enseigné, en premier, à l'homme l'écriture avec le calame :

    96.3.اقْرَأْ وَرَبُّكَ الْأَكْرَمُ
    96.3. Lis, par Ton Seigneur Le Plus Noble !
    96.4.الَّذِي عَلَّمَ بِالْقَلَمِ
    96.4. Celui qui a enseigné par le calame


    Crois tu qu'il Lui était difficile d'enseigner l'écriture au messager?!

    75.16.لَا تُحَرِّكْ بِهِ لِسَانَكَ لِتَعْجَلَ بِهِ
    75.16. Ne remue pas ta langue, avec empressement de le réciter

    Ceci veut dire simplement qu'il ne faut pas se presser pour recevoir le coran correctement. Car Allah assurera cette bonne réception ainsi que sa compilation et sa bonne lecture!
    Le "jam3" c'est l'assemblage et le regroupement des versets de façon ordonnée en sourates puis en livre, et le tout sera fixé dans le cerveau du messager dans l'ordre qu'Allah a choisi !
  6. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 701
    Likes:
    5 771
    Tu te tortilles,mais en vérité tu es echec et mat ma soeur,a moins que tu me trouve comment le reciter dans le coran.

    16. Ne remue pas ta langue pour hâter sa récitation ,17. Son rassemblement (dans ton coeur et sa fixation dans ta mémoire) Nous incombent, ainsi que la façon de le réciter. .18. Quand donc Nous le récitons , suis sa récitation.19. A Nous, ensuite incombera son explication.
  7. coranophile

    coranophile

    Inscrit:
    16 Juil. 2013
    Messages:
    1 475
    Likes:
    670
    On le lis normalement sans se presser (la ta3jal 75/16) lentement ( wa rattil alqur-ana tartilan: 73/4 et 25/32) cela veut dire bien articuler comme on lis tout texte en arabe puisque le coran est révélé en arabe.
    Il faut donc au préalable apprendre la langue arabe. La langue arabe est bien connue chez les arabophones: respecter la dhamma, la fatha, la kasra, etc...
    Dernière édition: 13 Mars 2014
  8. LeMagnifique

    LeMagnifique VIB

    Inscrit:
    4 Sept. 2011
    Messages:
    19 701
    Likes:
    5 771
    Le verset 75/16 s'adresse au prophete quant il recoit la revelation.
    Le verset 25/32 ne precise pas comment.
    Par contre,je dois reconnaitre que tu as raison concernant le verset 73/4 qui explique comment reciter : lentement et clairement.Bravo a toi sur cette question.

    Mais tu ne peux toujours pas nous expliquer la transmission et la compilation du Coran sans piocher dans les hadiths.Le verset 17 ne peut pas etre isolé du verset 16, qui ne parle pas d'ecriture,"ne te hate pas a l'ecrire".

    16. Ne remue pas ta langue pour hâter sa récitation ,17. Son rassemblement (dans ton coeur et sa fixation dans ta mémoire) Nous incombent, ainsi que la façon de le réciter. .18. Quand donc Nous le récitons , suis sa récitation.19. A Nous, ensuite incombera son explication.

    Meme ,si on n'enleve la parenthese,je ne crois pas que c'est Dieu ou le Prophete qui a compilé le Coran,cela est impossible selon tous les historiens serieux et les orientalistes.

    Salam,bonne journée .
    Dernière édition: 13 Mars 2014
  9. Mou3allim

    Mou3allim

    Inscrit:
    12 Fév. 2014
    Messages:
    2 523
    Likes:
    963
    Ibn arabi un des plus grand maitre de spiritualité Islamique témoigne que abi madyan est le maitre des maitres, sans l'avoir connu, il a témoigné de la grandeur de son oeuvre et de son haut rang spirituel

    Le rayonnement spirituel et initiatique de Sidi Abû Madyan au Proche-Orient (Égypte - Syrie)
    http://www.religioperennis.org/documents/geoffroy/Madyan.pdf

    A travers ce livre, nous allons mieux le connaitre et discuter aprés
  10. Nabuchodonosor

    Nabuchodonosor

    Inscrit:
    24 Mai 2012
    Messages:
    3 353
    Likes:
    872
    le maitres des maitres cest allah
  11. Nabuchodonosor

    Nabuchodonosor

    Inscrit:
    24 Mai 2012
    Messages:
    3 353
    Likes:
    872
    seul lislam compte et lislam et contenu dans le coran
    le sunnisme ou le chiisme ,na pas ete agreez par dieu est nest pas lislam

    le rapel profite au croaynt
  12. Mou3allim

    Mou3allim

    Inscrit:
    12 Fév. 2014
    Messages:
    2 523
    Likes:
    963
    c'est justes la traduction française, le mot utilisé en arabe est cheikh des chouyoukhs
    voici un de ses poemes spirituels

    Tu T’es emparé de ma raison

    Tu T’es emparé de ma raison, de ma vue, de mon ouïe, de mon esprit, de mes entrailles, de tout moi-même.
    Je me suis égaré dans Ton extraordinaire Beauté. Je ne sais plus où est ma place dans l’océan de la passion.
    Tu m’as conseillé de cacher mon secret, mais le débordement de mes larmes a tout dévoilé.
    Lorsque ma patience est partie, lorsque ma résignation a pris fin, lorsque j’ai cessé de pouvoir goûter dans mon lit la douceur du sommeil,
    Je me suis présenté devant Le Juge de l’amour et je Lui ai dit : Mes amis m’ont traité avec rigueur et ils ont accusé mon amour d’imposture.
    Pourtant, j’ai des témoins pour mon amour et les maîtres corroborent mes allégations, lorsque je viens déclarer mon insomnie, mon amour, mon chagrin, ma tristesse, mon désir, mon amaigrissement, ma pâleur et mes larmes.
    Etrange chose ! Je les cherche passionnément de tout côté, et ils sont avec moi.
    Mon œil les pleure, alors qu’ils sont dans sa prunelle. Mon cœur se plaint de la séparation, alors qu’ils sont entre mes bras.
    S’ils me réclament les droits de leur amour, je suis le pauvre qui n’a rien à lui ni sur lui.
    S’ils m’exilent dans les prisons du délaissement, je rentrerai chez eux par l’intercession de l’intercesseur.
  13. Mou3allim

    Mou3allim

    Inscrit:
    12 Fév. 2014
    Messages:
    2 523
    Likes:
    963
    Humilié j’errais dans les contrées (Tadhallaltu fil Buldâni)

    Humilié j’errais dans les contrées Quand Tu m’as captivé,
    Tourmenté et torturé j’étaisPar les maux de ton Amour;
    Il n’est de Dieu que Dieu, Sa Miséricorde est !
    Si j’avais eu deux cœurs, J’aurais vécu avec un seul,
    Et j’aurais laissé l’autre Dans les tourments de ton Amour.
    Mais mon cœur est tombé Follement amoureux,
    La vie n’a plus de sens Et la mort est si lointane.
    Comme un petit oiseau qu’un enfant tiendrait dans sa main,
    L’oiseau se meurt Et l’enfant joue.
    L’enfant ne songe A compatir à son état,
    Et l’oiseau n’a de plumes Pour s’envoler au loin;
    Ô vous les amoureux Mourez d’ardent désir !
    Mourez comme Qays mourut Tourmenté par l’abandon.
    Je me suis nommé «le fou» A cause des chagrins d’amour,
    Et depuis, dans le quartier, On me donne en exemple.

    C'est ce que ce poeme de Abi madyan donne en chant spirituel, bon écoute (sama')

  14. Nabuchodonosor

    Nabuchodonosor

    Inscrit:
    24 Mai 2012
    Messages:
    3 353
    Likes:
    872
    salam

    je nest rien contre la poesie tant que ca interfere pas en religion
    le peu que tu ma traduit ca alaire pas mal
  15. Mou3allim

    Mou3allim

    Inscrit:
    12 Fév. 2014
    Messages:
    2 523
    Likes:
    963
    Salam wa rahmat Allah, comme on fais des débats et des discussions sur la religion, on fait aussi de la poésie
    le Coran est un materiau, c'est la matière première, c'est un condensé, de mots clefs et de phrases importantes qui domine sur tout, et agencé d'une telle manière que c'est un grand miracle, de lui on extrait les trésors, bon courage
  16. Mou3allim

    Mou3allim

    Inscrit:
    12 Fév. 2014
    Messages:
    2 523
    Likes:
    963
    Le wird est un autre principe central des Ordres Soufis et dans lesquels Abi Madyan est un repère central, le wird qui signifie littéralement une partie du Coran, ou n’importe quel autre acte spécifique d’adoration, que la personne récite ou exécute, soit à un moment particulier ou de façon régulière. le wird, ou le dhikr, est aussi le fait de répéter le nom d'Allah, et un ensemble d'invocations assignées au mourid par son Cheikh ou député en tant que liturgie de communion. Cela implique la sollicitation des morts, et la recherche d’aide par des sources autres qu'Allah.

    Le dhikr Soufi est de deux formes, le dhikr Al-Khafiy ou caché avec une répétition dans l’esprit ou murmuré à voix basse ; et le dhikr Al Jaliy, une récitation ouverte dans laquelle le mourid récite à voix haute.

    Les Soufis distinguent trois types de dhikr : le dhikr des gens du commun (Al-’Awaam), qui consiste à réciter à plusieurs reprises le Kalimah, dont la signification est « Il n’y a de véritable divinité digne d’adorarion en dehors d’Allah, Mouhammad est le Messager d'Allah ». Le dhikr de la classe supérieur, qui consiste à répéter le nom « Allah » ou le mot « Haiy » (le vivant), et le dhikr de l’élite, qui est la répétition du pronom divin « Hou » (Lui).
    Les deux dernières formes de dhikr n’appartiennent pas à l’Islam. Le dhikr Soufi n'est pas limité aux trois types ci-dessus : dans beaucoup d’autre cas il inclut des litanies et des hymnes, ou comme les Soufis préfèrent les appeler « Tawassoulaat » (supplications ou pétitions) au Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- et à sa famille.

    Les types de dhikr pratiqués communément par les Soufis ne sont pas seulement récités. Ils sont plutôt exécutés dans leur hadhrah. Le dhikr Soufi s'étend de la tranquillité au comportement d’extase hystérique. Dans beaucoup d’Ordres, le rituel a une section appelée le samaa’

    Et voici le meme poeme tadhalalto fil bouldan plasmaudié

  17. Mou3allim

    Mou3allim

    Inscrit:
    12 Fév. 2014
    Messages:
    2 523
    Likes:
    963
    ....
    Quoi qu’il en soit, nous voyons qu’Abou Mediene concentra en lui les enseignements initiatiques dérivés d’Al Jilani, d’Abou Yaza et d’Al-Ghazali (par Ibn Harzihim et par Abou Bakr Ibn al Arabi, maître d’Abou Yaza), toutes (silsilas) chaine, qui dérivent elles-mêmes de Jounayd et de l’Ecole de Bagdad, et qu’il transmit à Chacizil, par l’intermédiaire de Moulay Abdesselam Ibn Machich.

    Après avoir accompli le pèlerinage et le classique voyage d’études en Orient, Abou Mediene se fixa à Bougie. Il avait pensé se retirer dans la solitude, mais un songe survenu à l’un de ses amis l’avait averti que sa vocation était d’enseigner dans les villes. Petit port peuplé surtout d’Andalous au milieu du XIè siècle, Bougie (Bijaya en arabe, Begaït en berbère) était devenue la capitale des Beni Hammad, qui s’y maintinrent jusqu’à la conquête almohade en 1152. Elle resta centre intellectuel jusqu’ au XV’ (1). En 1184, elle fut occupée quelque temps par les Banou Ghaniya, aventuriers almoravides venus de Ma Majorque, qui essayèrent en vain d’arracher la Berbérie orientale à la dynastie almohade. Abou Mediene, cantonné dans l’enseignement et la dévotion, ne semble pas avoir joué un rôle politique, comme le feront les Jazouli, les Ben Youssef et maints autres chefs d’ordre. Ce n’est qu’à la fin de sa vie qu’il devint, on ne sait pourquoi, suspect au calife. Andalou, lui-même, il trouvait à Bougie des compatriotes nombreux en même temps qu’un milieu intellectuel favorable. L’admirable site de cette petite ville lui semblait disposer favorablement l’âme à jouir des bonheurs licites de ce monde. On passait souvent par Bougie pour se rendre d’Espagne en Orient. Tel fut le cas de Mohyieddîn Ibn Arabî, qui avait épousé à Séville une pieuse femme, Mariem, issue de la grande famille bougiote des Ibn Abdoun.
    Les anecdotes rapportées par les biographes, les recueils des sentences et les poèmes d’Abou Mediene peuvent nous donner une idée de ses méthodes, de ses enseignements et de sa " voie Il avait le don d’intuition et de lecture des âmes.

    Il connaissait la physiognomonie, le sens profond et les correspondances des formes, des attitudes et des gestes avec l’état présent et futur de l’âme, au point de pouvoir annoncer en voyant un de ses élèves remuer comment il tournerait vingt ans plus tard. Un autre de ses élèves s’était disputé avec sa femme et songeait à la répudier. Le maître vit sa colère et son intention " écrites sur son burnous ". Le prenant à part, à la fin du cours, il lui dit : " garde ta femme et crains Dieu (Coran, XXXIII. 37)... Comment l’un de vous peut-il se laisser aller à la colère au point de casser sa propre vaisselle comme tu l’as fait cette nuit ? Remplace ce que tu as cassé et ne recommence plus. ".

    C'était le professeur par excellence de la science mystique
    http://www.bordj.info/spip.php?article1152
  18. Mou3allim

    Mou3allim

    Inscrit:
    12 Fév. 2014
    Messages:
    2 523
    Likes:
    963
    Il avertissait bien ses novices qu’il ne suffisait pas de faire de belles phrases, que l’effort s’imposait pour trouver le sentier, et que pour suivre ce dernier il faudrait aller de tourment en tourment. Pour suivre son enseignement, il fallait se présenter pur extérieurement et intérieurement, le corps propre, l’esprit net et disponible. Il semble avoir été plutôt méfiant à l’égard des grandes effusions. Ses disciples devaient d’ailleurs insister sur cette " nuit obscure de l’étroitesse ", Leilat al qabdh au sein de laquelle Dieu se révèle mieux que dans les grâces sensibles et les consolations même spirituelles ; les adversités, non seulement mortifient l’amour-propre et répriment les passions, mais encore poussent l’âme à ne chercher refuge qu’en Dieu, inspirent une adhésion à sa volonté qui vaut mieux que tous les exercices de dévotion.
    L’originalité ne l’effrayait pas pour autant, et il se souciait assez peu des critiques. Deux savants ayant entendu parler de ses connaissances exotériques et ésotériques, s’étonnaient, car ils avaient aussi appris qu’il n’avait pas dépassé dans le Coran la Sourate de l’Empire, la soixante-septième. Ils vinrent s’asseoir dans l’une des deux mosquées de Bougie où il professait, attendirent qu’il ait fini de parler et le saluèrent. Il les appela par leurs noms, connus intuitivement, et répondit à leur question, qu’en effet. il n’avait pas dépassé la Sourate de l’Empire. Elle était pour lui le comble de la magnificence, le lotus de sa limite (Coran LIII, 14). Il eut, en allant plus avant, été brûlé par la splendeur de la Face du Généreux. Puis " il marmotta sur eux une formule à la manière Soufi, pointant le doigt à droite, puis à gauche, et disant : Biya qoul alaya doul fa ana al koul ", phrase énigmatique qui signifie sans doute : " Parle par moi et indique-moi : Je suis le tout. " Les deux juristes partirent convaincus qu’il était un grand initié doué d’intuitions dépassant toutes connaissances acquises.

    A défaut d’ouvrage en forme, Abou Mediene a laissé des recueils de sentences soigneusement ciselées, denses, parfois d’une obscurité peut-être voulue, sur lesquelles se sont exercées la sagacité et l’ingéniosité des commentateurs. Les unes sont pleines de bon sens, les autres comme systématiquement paradoxales. " C’est la corruption du peuple qui enfante les tyrans et c’est à la corruption des grands qu’est due l’apparition des fauteurs de troubles " est une maxime qui fait penser à la phrase de Joseph de Maistre sur les abus et les révolutions. " Qui se connaît soi-même ne se laisse pas séduire par les flatteries... La prétention vient de la sottise... Celui qui regarde les créatures avec concupiscence perd l’expérience et le profit qu’il pourrait tirer d’elles... "

    Pour voir sa biographie et son oeuvre
    http://alsimsimah.blogspot.com/2011/10/sidi-abu-madyan-al-ghawth-1126-1197.html
  19. Nabuchodonosor

    Nabuchodonosor

    Inscrit:
    24 Mai 2012
    Messages:
    3 353
    Likes:
    872
    quest se que cest que tout se charabia
    ???

    lislam se nest pas ca un dikr superieur a un autre ???
    qui cest qui vous as hierarchiser les dikr pas ideu en tout cas
  20. Mou3allim

    Mou3allim

    Inscrit:
    12 Fév. 2014
    Messages:
    2 523
    Likes:
    963
    Arretes de polluer mon topic, sinon j'avertirai les modérateurs

    La Rose d’Abou-Madyan dans la jatte de lait de la Cité une trés belle anecdote
    http://mirath.org/2013/12/03/la-rose-dabou-madyan-dans-la-jatte-de-lait-de-la-cite/

    On parle aussi du diwan de abou madyan avec une poesie trés spirituelle dont voici des exemples
    http://www.soufisme-fr.com/autres-maitres/3861-poeme-abu-madyan-al-ghawth.html
    http://www.soufisme-fr.com/science-...nnage-des-fouqaras-abou-madyan-al-ghawth.html

    j'ai beaucoup aimé, c'est doux, apaisant et profond et une grande richesse, machaAllah

Partager cette page