La vente directe au Maroc ne connaît pas la crise : l'activité croît de plus de 15%..

Discussion dans le forum 'Actualités marocaines' créée par madalena le 11 Juil. 2012.

  1. madalena

    madalena Contributeur

    Inscrit:
    2 Avril 2010
    Messages:
    87 154
    Likes:
    33 272
    salam

    La vente directe au Maroc ne connaît pas la crise : l'activité croît de plus de 15% par an !

    Etudiantes, salariées du secteur bancaire ou de l'Education nationale, ouvrières et femmes au foyer... Les sociétés recrutent des vendeuses dans tous les secteurs. Le bénéfice net minimum par mois pour une représentante est de 2 500 DH.
    La vente directe au Maroc

    La vente directe n’arrête pas de faire des émules. Introduit au Maroc depuis une vingtaine d’années, le secteur est en forte croissance et affiche une santé insolente en cette période de crise : plus de 15% par an, selon un professionnel. Cette régularité a pu être atteinte grâce au modèle économique de la branche. En effet, à vocation commerciale mais pas uniquement, la vente directe est une source de revenus pour beaucoup de femmes, salariées ou au foyer qui cherchent à arrondir leurs fins de mois. Et avec les effets ressentis de la crise, le seul moyen pour elles de s’en sortir est de vendre plus, générant ainsi un chiffre d’affaires conséquent pour leur entreprise.

    Les profils sont divers et les acteurs du marché recrutent tout le monde : étudiantes, femmes travaillant dans l’enseignement ou le secteur bancaire, ouvrières et femmes au foyer. Aucune condition d’âge ni de niveau d’éducation n’est requise à part peut-être une fibre commerciale qu’on détecte chez la future consultante ou représentante.

    Ces dernières sont de plus en plus nombreuses à rejoindre le métier et sont plus de 10 000 chez le dernier arrivant sur le marché, l’espagnol Cristian Lay. D’ailleurs, le milieu est presque exclusivement féminin et les vendeurs hommes se comptent généralement sur le bout des doigts (4% de la force de vente d’Oriflame). Sur le marché marocain, trois acteurs principaux se partagent la clientèle : Oriflame, Cristian Lay et l’américain Avon qui a préféré ne pas réagir malgré nos sollicitations répétées.

    http://www.lavieeco.com/news/econom...tivite-croit-de-plus-de-15-par-an--22730.html


Partager cette page