>

Immigré au Maroc, ce n’est pas toujours facile...

27 juillet 2006 - 10h50
Immigré au Maroc, ce n'est pas toujours facile...

Ils sont des milliers d’étrangers à choisir le Maroc comme terre d’accueil. La vie de ces étrangers n’est pas toujours sans difficultés. Dès lors se pose le problème de l’intégration de ces communautés dans la société marocaine.

L’un des cas illustrant le plus cette situation est celui des immigrants originaires d’Afrique subsaharienne. Parmi eux se trouvent des étudiants dans la plupart des cas, mais aussi des sportifs, des fonctionnaires, des hommes d’affaires sans oublier les immigrés clandestins. Pour ces derniers, le Maroc est juste un lieu de transit.

Les autres catégories sont généralement au Maroc grâce à des accords avec leurs pays d’origine. C’est le cas de la plupart des étudiants.

Une fois au Maroc, ces étrangers doivent s’adapter, voire adopter les manières et la culture de leur pays d’accueil. Chez les étudiants, par exemple, le changement est parfois énorme, les systèmes éducatifs ne sont pas souvent les mêmes, ce qui peut provoquer un déséquilibre, une déstabilisation, qui compliquent davantage leur intégration.

Cette situation concerne surtout les étudiants en provenance des pays anglophones ou lusophones ; pire encore, ces jeunes, qui étaient censés étudier la médecine ou suivre d’autres filières scientifiques, se retrouvent dans les facultés de lettres et de droit où même leurs camarades francophones peinent à s’en sortir. Résultat, ils redoublent plusieurs fois leurs classes et sont parfois rapatriés. Chez les étudiants francophones aussi se pose la barrière linguistique.

En effet, les Marocains sont plus arabophones que francophones, alors tout dialogue devient impossible ; or il ne peut y avoir d’intégration sans la compréhension de la culture de l’autre, qui passe par la maîtrise sa langue.

Autre obstacle, les étrangers ont tendance à se regrouper en communautés et à s’isoler. Par conséquent, certains peuvent passer plusieurs années au Royaume sans être en mesure de parler la langue nationale. C’est le cas de cet étudiant togolais qui explique : " Je suis au Maroc depuis sept ans, mais je ne parle ni l’arabe, ni le darija, on est toujours resté en communautés, je ne côtoie pas beaucoup les Marocains... "

En dehors de ces étudiants, il y a ceux qui travaillent au Royaume ; les hommes d’affaires, les diplomates, les fonctionnaires pour ne citer que ceux-là. Ces gens-là parviennent plus facilement à s’insérer dans la société marocaine, certains sont aujourd’hui un modèle de réussite dans la création d’entreprises, la communication et autres secteurs.

Cette catégorie d’immigrés entretient des relations étroites avec les Marocains. Ils se sentent chez eux au Royaume ; certains ne rentrent au pays que pour quelques jours de vacances comme l’affirme Moustapha, un Sénégalais qui vit au Maroc depuis une dizaine d’années : " je me sens bien au Maroc, c’est ma seconde patrie, j’y ai étudié et maintenant j’ai mon entreprise, c’est le pays le plus accueillant du Maghreb..."

Il existe cependant une troisième catégorie d’immigrants, c’est-à-dire ceux qui sont en situation irrégulière. Pour ces derniers, il n’est pas question d’intégration, le Maroc n’est qu’une étape du long voyage qui doit les conduire en Europe. Et tous les moyens sont bons pour y arriver.

Ce qui fait que leur comportement n’est pas toujours exemplaire. Ils se livrent parfois à des activités peu recommandables. Entre étudiants, travailleurs et immigrants illégaux, la confusion s’installe parfois. Avec la médiatisation du problème de l’immigration clandestine, les marocains ont tendance à assimiler tous les Subsahariens à des personnes en situation irrégulière, des parasites et sources de leurs problèmes.

D’ailleurs, ils sont victimes d’agressions verbales au quotidien, c’est la naissance de la xénophobie. Se sentant rejetés, ces gens ont tendance à se replier sur eux-mêmes, une attitude qui peut couper court à toute idée de communication et d’intégration.

Maïmouna Dia - Le Matin

-



Ces articles peuvent vous intéresser
Arabie Saoudite : plus de 130 morts depuis le début du HajjArabie Saoudite : plus de 130 morts depuis le début du Hajj
Plus de 130 personnes de différentes nationalités sont mortes depuis le début officiel du Hajj, jeudi dernier. Ces décès ont concerné pour la plupart...
Quand le parlement marocain devient un ring de boxeQuand le parlement marocain devient un ring de boxe
Deux heures à peine après le discours du Roi Mohammed VI appelant les élus à donner l’exemple aux Marocains et à privilégier l’intérêt de la nation aux...
La présence de pétrole au Maroc confirmée officiellementLa présence de pétrole au Maroc confirmée officiellement
La directrice de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), Amina Benkhadra, vient de confirmer - pour la première fois -...
Excuses au Roi Mohammed VI au menu de la rencontre maroco-espagnoleExcuses au Roi Mohammed VI au menu de la rencontre maroco-espagnole
La rencontre entre le ministre de l’Intérieur espagnol Jorge Fernández Díaz et son homologue marocain Mohamed Hassad mercredi à Tétouan, avait pour...
Maroc : deux juges suspendus pour corruptionMaroc : deux juges suspendus pour corruption
Deux juges ont été suspendus hier par le ministère de la Justice marocain, après le dépôt de plainte d’une femme les accusant d’avoir réclamé des...
Non, la djellaba de Mme Benkirane était « élégante, belle et choisie avec goût »Non, la djellaba de Mme Benkirane était « élégante, belle et choisie avec goût »
C’est un choix de mauvais goût pour certains, une honte pour d’autres, mais pour Charafat Afilal, la ministre en charge de l’eau, la djellaba choisie...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014