>

Dur, dur l’intégration des MRE !

5 août 2008 - 19h50
Dur, dur l'intégration des MRE !

La relation durable qu’établit le MRE avec sa société d’accueil est un des aspects auxquels se sont intéressés les démographes et les sociologues du HCP. Il en découle un rôle économique indéniable. Si les premiers migrants étaient exclusivement des ouvriers, leurs enfants n’ont pas fait mieux !

Les résultats de l’enquête sont surprenants. Le rapport du HCP révèle que « les enfants des MRE ne possédant aucun diplôme sont exclusivement les descendants d’un père qui lui aussi n’a eu aucun diplôme ». Dans 88,3% des cas, cette analyse est confirmée. Les chances d’avoir un diplôme supérieur augmentent à mesure que le niveau du diplôme obtenu par le père est élevé. De surcroît lorsqu’un MRE dispose d’un diplôme de l’enseignement secondaire ou supérieur, sa descendance est non seulement protégée contre la déscolarisation ou l’échec scolaire, mais elle a de fortes chances d’atteindre des niveaux de diplômes supérieurs dans 32,8% des cas.

Les données de l’enquête démontrent aussi que les enfants des immigrés sont plus exposés à l’échec scolaire respectivement en Allemagne, en France et en Belgique, par rapport aux autres pays. Une fois le cap des études franchi ou pas, l’insertion dans le monde du travail constitue un autre écueil dans la vie des MRE.

34,5% des chefs de ménage migrants ont effectué au moins un changement au cours de leur parcours professionnel, dont 65% un seul changement et 26,7% deux changements et 7,8% trois à six changements. Ceux qui n’ont connu aucune mobilité sont à 66,5% des ouvriers. 21,1% des cadres moyens et employés de bureau et 7,8% des cadres supérieurs et membres des professions libérales. L’ancienneté moyenne des emplois est de 13 ans. (50,8% ont travaillé moins de dix ans avec une ancienneté moyenne de 21 ans).

La mobilité professionnelle demeure une caractéristique des catégories sociales les plus ouvertes.

Mais s’il est permis de parler d’ouverture en Europe, ce n’est que pour les autochtones. Racisme, xénophobie, discrimination raciale...le HCP a relevé différentes formes de discrimination à l’embauche envers la population marocaine objet de l’étude. 7 chefs de famille sur 10 confirment le refus de certains employeurs de les recruter. La xénophobie est réelle tout autant que « la non-application des textes législatifs et règlementaires permettant de réprimer les attitudes et les comportements racistes », soulèvent les analystes.

Une fois la barrière discriminatoire levée, les conditions de travail constituent un autre terrain de combat. L’enquête a révélé de nombreuses pratiques illégales dont bien évidemment le travail au noir. Le HCP a recensé 9,2% de travailleurs au noir. Près d’un MRE sur quatre se trouve dans une situation précaire d’emploi. Et comme tout le monde le sait, ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Les sans-papiers ne font pas partie de l’étude et on ne connaît pas leur nombre non plus.

Pour ceux qui sont recensés, les heures de travail se prolongent souvent même au pays des 35 heures. L’étude révèle que le tiers des chefs de ménage (33,8%) réalisent souvent des heures supplémentaires de façon saisonnière pour subvenir aux besoins de leurs familles.

Le retour au pays d’origine pendant les vacances traduit un besoin de ressourcement, parfois un motif d’investissement. Le pouvoir d’investissement des MRE au Maroc se confirme d’année en année. 56,4% des ménages sondés ont réalisé au moins un investissement dans leur pays d’origine, révèle le HCP. Ce qui fait un nombre moyen d’investissements par ménage de 0,78%. Ces placements sont dédiés à l’immobilier dans 80,4% des cas et au commerce dans 8,4% des cas. L’industrie et le tourisme ne constituent que 5% de la totalité des investissements.

En termes de perspectives, les analyses sont plus optimistes. Le nombre moyen d’intentions d’investissement s’établit à 0,75 par ménage. Il est par contre moins axé sur l’immobilier (36,2%), que sur les commerces (34,1%), suivis par l’agriculture (6,9%) cédant ainsi une plus grosse part au tourisme, soit 5,5%. L’industrie gagne 5,2% et enfin 12,2 % sont répartis entre les autres secteurs. Les liens économiques avec le pays d’origine semblent assez solides. L’intention d’investissement au Maroc est trois fois supérieure à celle dans le pays d’accueil. Interrogés sur les incitations dont ils souhaiteraient bénéficier pour investir au pays, les MRE chefs de ménage insistent en priorité sur « les facilités administratives des déclarations (42,2%), les facilités d’accès au crédit (18,5%), les incitations fiscales (12,6%), la transparence et la lutte contre la corruption (8,9%), l’accueil, l’orientation et le renseignement (6%), l’infrastructure (5,5%) et sur l’aide technique (1,5%) ».

Vagues migratoires

L’analyse des périodes migratoires a démontré qu’environ un quart des chefs de ménage migrants sondés (25,9%) étaient partis au cours de la décennie 70, période d’adoption des mesures restrictives par les politiques migratoires des pays européens. Près d’un cinquième, 21,3%, ont émigré au cours des années 1980. Mais le mouvement d’émigration n’a atteint son apogée qu’au cours des années 1990.

Source : L’Economiste - Amira Khalfallah

- Par: Bladi.net


Ces articles peuvent vous intéresser
Salaheddine Mezouar annule sa visite en FranceSalaheddine Mezouar annule sa visite en France
Salaheddine Mezouar, ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération, vient d’annuler la visite qu’il comptait effectuer ce vendredi à...
Photo : le Roi Mohammed VI à ParisPhoto : le Roi Mohammed VI à Paris
Actuellement à Paris pour une visite privée, le Roi Mohammed VI a été pris en photo dans une rue de la capitale avec un jeune...
Le sexe, l'une des principales causes de divorce au Maroc ?Le sexe, l’une des principales causes de divorce au Maroc ?
Le sexe serait l’une des principales causes de divorce au Maroc. Des recherches scientifiques menées récemment démontrent que 40% des femmes au Maroc...
Vidéo : ce que détestent entendre les femmes MarocainesVidéo : ce que détestent entendre les femmes Marocaines
Interrogées en cette journée internationale des droits de la femme, les Marocaines expliquent ce qu’elles détestent entendre de la part de leurs...
Les restaurants de Jamaa El Fna changent, et ça ne plaît pas à tout le mondeLes restaurants de Jamaa El Fna changent, et ça ne plaît pas à tout le monde
Depuis lundi, de nouveaux aménagements sont en cours d’installation sur la mythique place de Jamaa El Fna, à Marrakech. Cette transformation ne...
Le joueur Nabil Oumghar grièvement blessé dans un accident de la routeLe joueur Nabil Oumghar grièvement blessé dans un accident de la route
Le joueur du Chabab Rif Al Hoceima (CRA) a été victime hier d’un accident de la route. Son état est très préoccupant.
L'homme le plus recherché d'Inde arrêté au MarocL’homme le plus recherché d’Inde arrêté au Maroc
Recherché pour une quarantaine d’affaires criminelles dans son pays d’origine, l’Inde, Bannanje Raja vient d’être arrêté par la police au Maroc où il...
Les aéroports de Casablanca et Marrakech parmi les pires aéroports au mondeLes aéroports de Casablanca et Marrakech parmi les pires aéroports au monde
L’aéroport international Mohammed V de Casablanca et celui de Marrakech-Menara figurent parmi les pires aéroports au monde dans un classement dominé...
Vidéo : comment finir un tagine en moins d'une minute ?Vidéo : comment finir un tagine en moins d’une minute ?
Êtes-vous capable de finir un tagine de poulet en moins de 60 secondes ? Voici l’astuce : on commence d’abord par le poulet avant d’attaquer la...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2015