>

Intermédiaires, passeurs : Ces sangsues qui vivent du trafic des êtres humains

5 décembre 2002 - 11h19
Intermédiaires, passeurs : Ces sangsues qui vivent du trafic des êtres humains

Avocats, curés, hauts fonctionnaires, chacun s’y prend à sa manière, tous ont succombé à l’appât de l’argent facile du commerce de l’émigration. Quelques jours à peine de l’annonce de l’arrestation d’un pasteur, chef d’une église évangéliste de la région madrilène pour avoir formé et dirigé un réseau d’émigration clandestine ...

opérant entre l’Espagne, le Maroc et le Nigeria, les autorités espagnoles ont mis la main sur un nouveau réseau chapeauté par une avocate assistée de deux fonctionnaires.
Dans son édition du week-end dernier, le quotidien El Mundo affirme en effet que l’avocate et ses deux acolytes, sa soeur qui est fonctionnaire au ministère du travail et un autre fonctionnaire de la Brigade des étrangers ont été arrêtés avec une dizaine d’autres personnes, accusés d’avoir formé et fait partie d’une organisation d’introduction et de régularisation illégale des émigrés. Des émigrés qui présentent la particularité d’être assez riche pour faire appel à leurs services.

La bande qui opérait entre les villes de Madrid, Malaga et le préside occupé de Sebta, faisait introduire des candidats marocains à l’émigration en Espagne pour des sommes allant de 6.000 à 18.000 euros, selon le quotidien madrilène. Les investigations de la police, lancées depuis mai dernier, ont montré ainsi que l’avocate, installée à Madrid, entrait en contact par le biais de ses rabatteurs avec des citoyens marocains candidats à l’émigration et leur proposait pour les sommes sus-citées des documents leur permettant de résider et travailler, sans être inquiétés, dans tout le territoire espagnol.

Les candidats clients de ce réseau, explique le quotidien, jouissaient d’un niveau de vie assez élevé au Maroc. Ils sont mis en contact avec l’organisation grâce à un réseau de rabatteurs dispersés dans toutes les régions du Nord. Ces candidats ne partent pas en pateras, mais utilisent l’avion pour leurs déplacements et s’installent dans les hôtels de luxe de la capitale espagnole.

L’organisation prépare les documents nécessaires à leur installation dans le pays grâce à la contribution de la soeur de l’avocate, fonctionnaire du ministère du Travail et des Affaires sociales, qui, de par sa fonction, leur procure des contrats de travail falsifiés qui sont pris comme documents de base par un autre membre de l’organisation qui, lui, travaille comme fonctionnaire à la Brigade des étrangers et de la documentation. Ce dernier se charge d’établir des permis de résidence au nom des clients du réseau.

En plus de ces trois membres de l’organisation, quatre chefs d’entreprises de construction, également membres du réseau ont été arrêtés et plus d’une demi-douzaine de Marocains travaillant comme rabatteurs pour la bande.

En somme, un bel exemple pour les autorités marocaines qui devraient se pencher un peu plus sérieusement sur le problème. Au lieu de se conenter de décentes dans les rues et certaines masures où sont généralement hébergés des candidats à l’émigration et qui aboutissent dans la plupart des cas à l’arrestation de pauvres gens qui tentent de fuir leur misère, ces autorités pourraient pousser les investigations plus loin pour mettre la main sur les véritables promoteurs de ce négoce.

Rappelons que la police espagnole a, en outre, démantelé, la semaine dernière, un autre réseau dirigé par le pasteur d’une église évangéliste de la région madrilène. Le pasteur et son réseau utilisaient l’église et une société écran spécialisée dans le domaine du nettoyage qu’ils ont créée, pour attirer des jeunes filles du Nigeria en leur proposant des contrats de travail falsifiés et établis au nom de l’entreprise en question. Les jeunes filles sélectionnées transitaient par le territoire marocain avant d’être transférées dans la capitale espagnole et contraintes à s’adonner à la prostitution.

Libération Maroc

-



Ces articles peuvent vous intéresser
Une Marocaine jugée pour avoir tenté de passer 20.000 € dans sa culotte en SyrieUne Marocaine jugée pour avoir tenté de passer 20.000 € dans sa culotte en Syrie
Nawal Msaad, 26 ans, étudiante britannique d’origine marocaine est jugée par le tribunal d’Old Bailey, à Londres, au Royaume-Uni, pour avoir voulu...
Le Maroc, première force aérienne en Afrique du nordLe Maroc, première force aérienne en Afrique du nord
L’armée marocaine possède la plus importante, sinon la meilleure force aérienne de l’Afrique du nord. Le constat dressé par la revue spécialisée "Air...
Hollywood : une actrice américaine invoque le droit marocain pour son divorceHollywood : une actrice américaine invoque le droit marocain pour son divorce
Une actrice américaine qui se dit être une « Moorish National Aboriginal », refuse que des tribunaux américains traitent son divorce. Avec documents...
Trois Marocains tués dans un accident de la route en EspagneTrois Marocains tués dans un accident de la route en Espagne
Trois membres d’une même famille marocaine ont trouvé la mort samedi dans l’accident de leur véhicule près de Jaen, dans le sud de l’Espagne, selon un...
La folle rumeur du web : Un bar à prostituées « Halal », bientôt aux Pays-BasLa folle rumeur du web : Un bar à prostituées « Halal », bientôt aux Pays-Bas
En juin 2014 ouvrira « Le Croissant chaud » à Amsterdam, aux Pays-Bas. Il s’agit d’un bar à prostituées certifié « Halal ». Les prostituées ne doivent...
Après un appel à "Baba" Mohammed VI, la jeune Rasha va regagner le MarocAprès un appel à "Baba" Mohammed VI, la jeune Rasha va regagner le Maroc
La petite Rasha Ayman Koujan pourra enfin rejoindre le Maroc. Issue d’un mariage mixte entre une Marocaine et un Syrien, la fillette a été...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014