Recherche

Khalid Qandili ou l’histoire d’une disgrâce

7 février 2005 - 10h45 - Economie

Il est parfois des initiatives louables qui peuvent tourner au vinaigre. Celle vécue par maître Ziane, il y a quelques jours à Agadir, en est la plus parfaite illustration. Inivité par une jeune association à donner une conférence sur le thème du conflit du Sahara à l’université Ibnou Zohr d’Agadir, il assistera à un début de pugilat parmi l’importante assistance, rixe évitée de justesse.

En effet, juste avant le début de la conférence, les organisateurs de l’événement ont jugé bon de programmer l’hymne national du Maroc.

Pugilat évité de justesse

A son écoute, toute l’assistance ou presque s’est levée, mis à part les étudiants d’origine saharaouie qui ont décidé de rester assis, provoquant le courroux et l’indignation des présents. La bataille rangée évitée, un important dispositif de sécurité a investi les lieux. Dans un même ordre d’esprit, les ex-prisonniers marocains des camps de Tindouf on tenu un sit-in pacifique il y a deux semaines de cela devant le Parlement, réclamant plus d’attention à propos de leurs conditions de vie. A ce propos, et selon l’Association Sahara Marocain, toutes les missives envoyées depuis 2000 par des citoyens saharaouis au Roi Mohammed VI, sont détournées et envoyées pour tri au ministère de l’Intérieur.

Le Journal Hebdo

Bladi.net

Bladi.net - 2015 - Archives - A Propos - Contact