Recherche

Le Pen s’en prend à Rachida Dati

4 juin 2007 - 13h29 - Maroc

"Est ce que vous avez la nationalité marocaine, ou est-ce que vous avez la nationalité française", demande le leader d’extrême-droite à la ministre de la Justice, Rachida Dati. Le ministère ne fait pas de commentaire.

Le président du Front national Jean-Marie Le Pen a souhaité jeudi 31 mai que toutes les personnes susceptibles d’avoir une double nationalité française et étrangère fassent un choix entre les deux, citant la Garde des sceaux Rachida Dati.

"Le Front national est foncièrement hostile à la double nationalité" et demanderait aux éventuels bi-nationaux "quelle est la nationalité" qu’ils "choisissent", a-t-il déclaré à la presse à Nancy, dans sa tournée des régions françaises avant les législatives.

"Par exemple, il poserait la question à Mme Dati : est ce que vous avez la nationalité marocaine, ou est-ce que vous avez la nationalité française", a-t-il poursuivi.

"Vous devez choisir"

"Vous devez choisir. Si vous choisissez la nationalité étrangère, vous serez des étrangers, respectés en France, mais selon le statut des étrangers", sans les avantages "que moi je crois devoir réserver aux Français", a-t-il ajouté.

Interrogé sur les propos de Jean-Marie Le Pen interpellant Rachida Dati, le ministère de la Justice s’est refusé à tout commentaire.
Rachida Dati est née en Saône-et-Loire de père marocain et de mère algérienne.

La double nationalité "nous permet de nous mettre sur les reins la responsabilité de cette ancienne candidate à la présidence de la république de Colombie", a poursuivi M. Le Pen en faisant allusion à Ingrid Betancourt, franco-colombienne, qui est "quand même plus colombienne que française".

Une "angoisse" face au nombre d’étranger

"Nous nous sentons engagés pour le terroriste Moussaoui, qui est un franco-marocain. Je voudrais bien savoir s’il est Français ou Marocain, s’il est Marocain c’est la responsabilité du Maroc, s’il est Français c’est la responsabilité de la France", a-t-il ajouté.

Jean-Marie Le Pen, interrogé sur l’avenir à moyen terme du Front national, a expliqué qu’il avait "les plus grandes angoisses pour (ma) progéniture et (mes) compatriotes, et les Européens eux-mêmes", devant l’augmentation du nombre d’étrangers en France.

"Il y a des villes entières françaises qui sont à majorité musulmane, comme Roubaix par exemple ou des villes comme Marseille qui ont 200.000 citoyens musulmans", a déclaré Jean-Marie Le Pen.

AFP

Bladi.net

Bladi.net - 2015 - Archives - A Propos - Contact