>

Les Marocains de Belgique dans la tourmente terroriste

22 octobre 2005 - 20h30
Les Marocains de Belgique dans la tourmente terroriste

La Belgique s’apprête à organiser contre le terrorisme un grand procès à valeur pédagogique. Dix huit Marocains ou originaires du Maroc seront déférés devant le tribunal correctionnel de Bruxelles.

La Belgique, siège de l’Union Européenne et de l’Organisation de l’alliance atlantique, est considérée aujourd’hui comme une base logistique pour les réseaux terroristes qui opèrent en Europe. Industrie des faux papiers portée à une efficacité inégalée, circuits de financements occultes des plus actifs, la Belgique supporte aujourd’hui la réputation du maillon faible de la lutte européenne contre la terreur organisée.
Par la force de la pression migratoire, plus la France durcissait ses lois sur l’immigration, plus la Belgique récupérait le surplus. Même si aucun attentat de grande ampleur n’a eu lieu sur le sol belge, on rappelle volontiers qu’en septembre 2001, les deux Tunisiens déguisés en journalistes qui avaient assassiné par le biais d’une caméra piégée, le chef de la résistance afghane Ahmed Shah Massoud, avaient voyagé, de la Belgique vers l’Afghanistan, avec des passeports belges. Sans oublier l’épisode de Nizar Trabelsi, cet ancien joueur tunisien de football reconnu coupable d’avoir préparé un attentat à l’explosif contre une la base militaire belge de Kleine Brogel occupée par les Américains.
Le procès de Bruxelles est le fruit d’une longue opération menée par les services belges sous le nom de code « opération Asperges ». Le grand signal d’une grande vague d’arrestations fut donné en mars 2004 avec l’arrestation de Khaled Bouloudo, par hasard, au cours d’un contrôle de routine à la frontière entre la Hollande et la Belgique. Khaled Bouloudo, âgé de trente ans, natif de Belgique dont la femme était devenue une célébrité locale, dans la petite ville de Maaseik, pour avoir refusé d’enlever son « burka », est recherché par la police marocaine pour son implication dans les attentats de Casablanca. Il est présenté comme le coordinateur belge du groupe islamique combattant marocain (GICM) que Washington et Londres viennent d’inscrire sur leurs listes d’organisations terroristes indésirables et à combattre.
Les arrestations qui avaient suivi celle de Bouloudou avaient mis en lumière l’existence d’un réseau fort efficace de fabrication de vrais faux papiers qui permettent de franchir les frontières les plus étanches. L’exemple est cité de ce jeune Marocain de vingt-huit ans, Youssef Ahmed, arrêté en Belgique et extradé vers l’Espagne. La police espagnole croit avoir reconnu en lui la personne qui revendique dans une vidéo la responsabilité des attentats de Madrid au nom d’Al Qaeda en Europe. Il effectua de fréquents séjours à Londres et en Arabie saoudite. Lors de son arrestation, la police aurait découvert sur lui la somme de quatorze mille trois cent dollars. On lui attribue par ailleurs des liens de parenté avec un autre Marocain extradé de Syrie, Mimoun Belhaj, actuellement en prison au Maroc.
L’autre exemple de l’efficacité de ce réseau belge est illustré par l’itinéraire et la personnalité de Abdelkader Hakimi, âgé de trente-neuf ans, présenté comme le dirigeant européen du GICM en compagnie de Lahoussine El Haski, vingt-neuf ans, beau frère de Khaled Bouloudo, de Mustapha Lounani, quarante et un ans et de Abdallah Ouahbour, trente et un an. Selon les services belges, Abdelkader Hakimi disposait de nombreuses identités qui lui auraient permis de vivre en Algérie, en Libye, en Turquie et en Bosnie.
Autre exemple cité de soutien logistique belge passe par le jeune Marocain Mourad Chabarou, vingt-cinq ans, arrêté après que les services italiens aient enregistré un conversation téléphonique très parlante entre lui et l’Egyptien Rabei Osman Sayed Ahmed, actuellement detenu en Italie et soupçonné d’être le cerveau des attentats de Madrid. Après l’arrestation de Mourad Chabarou, soupçonné de travailler au sein d’un réseau qui alimente l’insurrection irakienne en hommes, la police belge découvre chez lui les empreintes d’un autre Marocain, Mohamed Afalah, né le 25 janvier 1976 à Ighmiren, au Maroc, très directement lié aux attentats de Madrid. Les Espagnoles croient savoir que M. Afalah est parti directement de Belgique vers l’Irak, via la Syrie où il se serait immolé dans un attentat suicide entre le 12 et 19 mai dernier. Ils en veulent pour preuve les tentatives de Afalah de joindre son père au téléphone depuis cette région.

Mustapha Tossa - Maroc Hebdo



Ces articles peuvent vous intéresser
Les trois Marocaines les plus influentes du monde arabeLes trois Marocaines les plus influentes du monde arabe
Trois Marocaines figurent dans le dernier classement du magazine Arabian Business. Publié cette semaine, il répertorie les 100 femmes les plus...
Une ministre Marocaine fâche les saoudiennes "trop maquillées"Une ministre Marocaine fâche les saoudiennes "trop maquillées"
Les déclarations de la ministre marocaine Soumia Benkhaldoun selon laquelle "les femmes saoudiennes abusent du maquillage", suscitent une forte...
Un médecin marocain délivre un certificat de virginité à une femme mère de 13 enfantsUn médecin marocain délivre un certificat de virginité à une femme mère de 13 enfants
Un médecin de Casablanca aurait délivré un certificat de virginité à une femme, mère de 13 enfants, dans lequel il atteste qu’après consultation de sa...
Le premier ministre turc organise un mariage collectif au MarocLe premier ministre turc organise un mariage collectif au Maroc
Le premier ministre turc va prendre en charge un gigantesque mariage collectif au Maroc. La cérémonie devrait se dérouler dans les prochaines...
Les fourgons de marchandises des MRE interdits à partir de mai prochainLes fourgons de marchandises des MRE interdits à partir de mai prochain
La décision du gouvernement Benkirane d’interdire définitivement l’entrée au Maroc des fourgons remplis de marchandises ramenés par les Marocains...
Corruption : un Marocain de Belgique piège des fonctionnaires avec une caméra miniatureCorruption : un Marocain de Belgique piège des fonctionnaires avec une caméra miniature
Quatre délégués des terres ethniques (communales)*, une fonctionnaire du ministère de l’Intérieur et un Caïd de la région d’Oulad Tayeb, province de...


Les rubriques de Bladi.net

CultureEconomie MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

A proposContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones

Web Statistics