Recherche

Le Maroc régularise, l’Algérie expulse

13 décembre 2016 - 18h50 - Société

Ce sont deux approches très différentes qui ont été adoptées par les deux pays voisins. Alors que l’Algérie a décidé d’expulser violemment les migrants clandestins, le Maroc vient de lancer une deuxième vague de régularisation.

Le timing n’a sans pas été choisi par hasard par le roi Mohammed VI. Hier, le souverain a donné ses instructions pour le lancement de la deuxième phase d’intégration des personnes en situation irrégulière. Cette phase va se dérouler dans les mêmes conditions que la première qui avait permis de régulariser 25.000 personnes.

« Je tiens à réaffirmer que nous ne faisons que remplir le devoir qui nous incombe vis-à-vis de cette catégorie, étant donné qu’il s’agit de personnes que la précarité a poussées à risquer leurs vies et à quitter leurs familles et leur pays », affirme le souverain.

« Le Maroc a longtemps récusé les méthodes suivies par certains pour traiter les questions de la migration, méthodes qui, se sont, d’ailleurs, révélées inopérantes », ajoute le roi, faisant sans doute référence au pays voisin, l’Algérie, qui a décidé d’expulser manu militari les migrants subsahariens et qui a soulevé un tollé au niveau international.

Alors qu’il est censé les protéger, le président de la commission des droits de l’homme considère que la présence des migrants subsahariens en Algérie exposait les Algériens « au risque de propagation du sida ».

« La présence des migrants et des réfugiés africains dans plusieurs localités du pays peut causer des problèmes aux Algériens », a déclaré Farouk Ksentini, ajoutant qu’elle expose les algériens « au risque de la propagation du sida ainsi que d’autres maladies sexuellement transmissibles ».

Bladi.net

Bladi.net - 2017 - Archives - A Propos - Contact