Recherche

Mode Made in Morocco, dix stylistes défilent à Casablanca

14 mars 2008 - 10h22 - Culture

« Mode Made in Morocco » en est déjà à sa deuxième édition. Quelques mois après la naissance de cet évènement, en novembre dernier, le magazine « Maroc Premium » récidive en organisant un nouveau défilé le 12 avril prochain. Multiplier les évènements liés à la mode marocaine, tel est l’objectif des organisateurs qui ont présenté, lundi 10 mars, les 10 stylistes participants.

Il s’agit notamment de l’incontournable Najia Abadi, ainsi que Salima Abdel-Wahab, Salwa Ayad, Fadilah Berrada, Frédérique Birkemeyer, Jamel Daoudi, Amine Mrani, Zineb Souissi, Hassan Tamer et Zahra Yaagoubi. Quant à Albert Oiknine, il ne participera pas à cette édition.

Ce rendez-vous biannuel de la mode ambitionne de faire de Casablanca une capitale de la mode marocaine. D’ailleurs, celle-ci est en train de gagner en maturité et en diversité, selon les organisateurs. Il s’agit à présent de la promouvoir grâce à la multiplication des évènements de mode.

« Cette édition présentera une mode bien vivante et ancrée dans le présent », indique Michèle Desmottes, directrice de développement de Maroc Premium. Hormis l’habit traditionnel, certains ont souhaité revisiter les lignes pour les adapter aux tendances actuelles. D’autres ont choisi d’innover en créant d’autres lignes, ni traditionnelles, ni occidentales. La preuve que la mode marocaine est en train de se frayer une place dans le grand mouvement de la mode internationale. « Le caftan est condamné, si nous ne faisons rien pour le moderniser. Dans son aspect traditionnel et ses longueurs démesurées, il n’est pas exportable. Il faut le conceptualiser dans l’air du temps », soutient Salwa Ayad, styliste de mode.

C’est dans cet esprit que les participants ont inscrit leurs collections qui seront présentées lors du prochain défilé. Une mode marocaine ne pourra être lancée sans l’implication des industriels de la mode pour développer des collections de prêt-à-porter. Or, ces opérateurs ne sont pas encore à l’écoute des stylistes. « Aujourd’hui, il est nécessaire d’avoir des collections marocaines de haute couture et de prêt-à-porter », ajoute Ayad.

L’avenir de la mode marocaine est menacé. « Les stylistes qui ont peu de moyens ne sont pas épaulés. Il faut des structures pour valoriser l’énergie créative à travers le sponsoring par exemple pour la réalisation de collections », poursuit Najia Abadi, présidente de la Fédération de la couture traditionnelle marocaine (FCTM).

Par ailleurs, l’événement se place sous le signe de l’action citoyenne. Les organisateurs se sont engagés lors de la 1re édition à venir en aide à l’Association des femmes du village d’Outerbat. En effet, en janvier dernier, un contrat de partenariat a été signé entre Maroc Premium et cette association. Elle bénéficie aujourd’hui d’un local et d’ateliers de tissage. Vingt-trois femmes y travaillent actuellement. Lors du défilé Mode Made in Morocco, un stand leur sera consacré pour présenter leurs produits.

Source : L’Economiste - Jihane Kabbaj

Bladi.net

Bladi.net - 2015 - Archives - A Propos - Contact