>

Mohammed VI, solitude du pouvoir et réformes

18 septembre 2011 - 10h30
Mohammed VI, solitude du pouvoir et réformes

La réforme constitutionnelle conduite par le Roi Mohammed VI, qui peut paraître au départ comme un coup de maître (version machiavel) visant le maintien de la centralité de la monarchie, reflète en réalité la faiblesse des dispositifs démocratiques au Maroc, estime Thierry Desrues, chercheur à l’Institut espagnol des Etudes sociales avancées (IESA-CSIC).

L’auteur explique dans son analyse intitulée "Mohammed VI, solitude du pouvoir et réformes", publiée mardi par le quotidien espagnol El Pais, que les changements opérés au Maroc n’ont pas eu un impact concret sur les relations entre le palais, le gouvernement et le parlement, et reflètent plutôt la faiblesse de ces dispositifs démocratiques.

Pour Thierry Desrues, les partis politiques n’ont pas réussi à se regénérer et se contentent de progresser dans le sillage des initiatives royales, sachant que la popularité de Mohammed VI sape la légitimité même de la structure actuelle des partis, note l’auteur.

En l’absence d’un système de partis et d’un parlement légitimés par les marocains, "le Roi se retrouve seul avec son peuple" et devrait gérer les pressions contradictoires des partisans du statu-quo, des adeptes de la réforme constitutionnelle et celles du courant qui appelle à l’instauration immédiate d’un régime démocratique, faisant référence entre autres au Mouvement 20 février.

Ce processus de réforme politique octroie aux partis un rôle clé dans l’édifice constitutionnel et les exhorte à se "renouveler ou à mourir", indique Thierry Desrues dans son analyse.

Les partis dits "administratifs" n’ont pas été capables de concrétiser la volonté réformatrice du Roi, qui ne serait pas disposé à se laisser imposer un agenda politique, se référant dans ce sens aux trois derniers discours prononcés par le Souverain, à savoir celui du 9 mars, le discours du Trône et celui de la Révolution du Roi et du Peuple et aux interventions des forces de l’ordre pour disperser certaines manifestations, indique Thierry Desrues, chercheur et co-coordonnateur de l’ouvrage collectif "Mohammed VI, processus politiques et changement social au Maroc" paru cette année à Cordoue.

Pour conduire son projet de réformes, le Roi Mohammed VI pourrait même faire appel à l’armée, aux forces de sécurité, au personnel religieux, aux technocrates, ainsi qu’à certaines familles proches de la dynastie Alaouite, pour réussir la transition démocratique du pays, conclut Thierry Desrues.

- Par: Jalil Laaboudi



Ces articles peuvent vous intéresser
Les cellules dormantes de l'Etat islamique menacent le MarocLes cellules dormantes de l’Etat islamique menacent le Maroc
Un rapport publié par l’agence Middle East Newsline, cité par « Al Massae », met en garde contre les cellules dormantes au Maroc appartenant à l’Etat...
Maroc : le Maire en « 4x4 Mercedes » de fonction a été limogéMaroc : le Maire en « 4x4 Mercedes » de fonction a été limogé
La publication d’une photo le montrant avec son « 4x4 Mercedes » de fonction aura finalement précipité son départ. Le maire de Sidi Slimane, Hicham...
Asilah : une ministre Bahreïnienne se fait voler par une journaliste marocaineAsilah : une ministre Bahreïnienne se fait voler par une journaliste marocaine
Sheikha Mai bint Mohammad Al Khalifa, ministre Bahreïnienne de la culture, s’est fait subtiliser son téléphone, le 8 août, lors de la cérémonie...
Algérie : Abdelaziz Belkhadem limogé à cause de ses visites secrètes au MarocAlgérie : Abdelaziz Belkhadem limogé à cause de ses visites secrètes au Maroc
On en sait enfin un peu plus sur l’éviction d’Abdelaziz Belkhadem par le président algérien Abdelaziz Bouteflika le 26 août dernier. L’ancien ministre...
Arabie Saoudite : plus de 130 morts depuis le début du HajjArabie Saoudite : plus de 130 morts depuis le début du Hajj
Plus de 130 personnes de différentes nationalités sont mortes depuis le début officiel du Hajj, jeudi dernier. Ces décès ont concerné pour la plupart...
Faute de moyens, la meilleure bachelière d'Italie ne pourra pas faire d'études supérieuresFaute de moyens, la meilleure bachelière d’Italie ne pourra pas faire d’études supérieures
Nous ne savons pas s’il faut être heureux pour cette jeune Marocaine qui a eu la meilleure note au baccalauréat italien, ou triste car, fautes de...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014