>

Quand les joueurs désertent

19 août 2005 - 18h53
Quand les joueurs désertent

Les mouvements migratoires des joueurs marocains vers l’étranger tendent à s’accentuer sans rien apporter aux clubs concernés car, souvent, en l’absence de contrat, ils sont libres et peuvent changer d’air.

Il suffit de prendre son sac, sortir des frontières et aller tenter sa chance n’importe où en mettant tout l’argent du transfert dans sa poche. Ça, les joueurs marocains l’ont appris avec “l’affaire Sarsar“. Et ils peuvent même désormais revenir au royaume, opter pour un nouveau club et toucher une belle prime de signature.
Saignés de toutes parts, les clubs nationaux ne font rien pour se protéger et quand ils cherchent à prendre des mesures de protection, malheureusement c’est fait avec beaucoup de maladresses. Comme s’il n’y avait plus de juristes au pays. A l’origine, il faut bien convenir que les dirigeants de notre football sont incultes en matière de réglementation propre au circuit professionnel. Aussi malgré plusieurs mises en garde de la FIFA, nos dirigeants n’ont guère amélioré leurs connaissances pour maîtriser le processus des transferts à l’étranger.
La FIFA, considérant nos joueurs non-amateurs (parce que touchant des primes), oblige les clubs à lier leurs joueurs par contrat pour justifier leur engagement. Or, cette obligation dans les faits n’est guère respectée par lesdits clubs malgré les nombreux appels et rappels des instances du football national. Rares sont en effet les clubs qui “tiennent“ leurs meilleurs joueurs en leur payant un salaire pour justifier un engagement contractuel.
Mais que dire d’un club comme le Raja, considéré comme le n°1 dans l’organisation, qui croit lier ses meilleurs espoirs (encore juniors) avec des salaires de l’ordre de 1.500 dh, c’est-à-dire inférieurs au SMIG, par des contrats non légalisés ?
La fièvre du départ s’étant répandue, nombreux sont les candidats à l’eldorado du Golfe ou tout simplement en Tunisie dont le football profite des énormes failles de son homologue du Maghreb.
Depuis plus de 10 ans, le football national n’a cessé de payer le tribut de son retard dans sa réglementation toujours insuffisamment adaptée aux prescriptions et recommandations de la FIFA.
“L’affaire Bassir“ au début des années 90 n’a guère instruit les dirigeants marocains, pas plus que le “feuilleton Sarsar“ ne les a réveillés de leur profonds sommeil. Aujourd’hui, c’est Abdelhaq Aït Laârif du WAC et grand espoir du football national qui a signé librement avec le club tunisien de Sfax. Suivi de son coéquipier Bahafid parti pour le club de Bizerte. Demain, ce sera le tour d’autres joueurs de choisir les voies de la désertion. Au Groupement et à la FRMF de prendre les dispositions nécessaires pour arrêter l’hémorragie.

-



Ces articles peuvent vous intéresser
Mariage de Pep Guardiola, entraîneur du Bayern Munich, à MarrakechMariage de Pep Guardiola, entraîneur du Bayern Munich, à Marrakech
Pep Guardiola, entraîneur du Bayern Munich, serait arrivé hier à Marrakech, où il compte célébrer son mariage avec sa compagne Cristina Serra, après 20...
Le pédophile allemand de Tetouan se marie avec sa victime mineureLe pédophile allemand de Tetouan se marie avec sa victime mineure
Le pédophile allemand arrêté à Tétouan, dans le nord du Maroc, en mai dernier, alors qu’il tentait d’embarquer dans sa voiture deux filles mineures,...
Le Roi Mohammed VI, Lalla Salma et leurs enfants en balade à CasablancaLe Roi Mohammed VI, Lalla Salma et leurs enfants en balade à Casablanca
Le Roi Mohammed VI accompagné de son épouse la princesse Lalla Salma, ont été aperçus mercredi se baladant moins de 30 minutes avant l’heure de...
Un séisme d'une magnitude de 5,7 degrés à Agadir, ressenti à MarrakechUn séisme d’une magnitude de 5,7 degrés à Agadir, ressenti à Marrakech
Une secousse tellurique d’une magnitude de 5,7 degrés sur l’échelle ouverte de Richter a été ressentie dimanche soir dans la province d’Agadir Ida...
Une députée marocaine très critiquée pour un geste d'aumône malsainUne députée marocaine très critiquée pour un geste d’aumône malsain
Il faut réfléchir à deux fois avant de publier des photos ou des statuts sur les réseaux sociaux. Latifa Ziouani en fait aujourd’hui les frais....
Disparition d'El Nene : les contrôles aux frontières renforcésDisparition d’El Nene : les contrôles aux frontières renforcés
Le poste-frontière de Tarajal séparant le Maroc de la ville autonome de Sebta est sous haute surveillance, aussi bien du côté marocain que du côté...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014