>

Une grève de la faim pour sauver son fils

3 novembre 2003 - 06h42
Une grève de la faim pour sauver son fils

L’histoire d’Eric Hubert est complexe. C’est celle d’un homme belge travaillant au Maroc, qui a épousé une femme marocaine, à qui il a fait un enfant. Il souhaiterait que son fils obtienne la nationalité belge afin de pouvoir revenir vivre en Gaume avec lui et sa femme. Et surtout permettre à Adam, 4 ans, de recevoir les soins dont il a besoin.

Le petit souffre de problèmes bucco-dentaires qui peuvent atteindre le coeur et les reins par diffusion de bactéries. Le problème, c’est que Bahija (l’épouse d’Eric Hubert) et Adam ne parviennent pas à obtenir de laissez-passer pour rentrer en Belgique.

Comment en sont-ils arrivés là ? En résumé, on pourrait parler de méandres administratifs. Tout commence en 1998, lorsque Eric s’installe au Maroc comme directeur dans l’immobilier pour une société belge. Il épouse rapidement une femme marocaine et divorce presque aussitôt. Il a le coup de foudre pour une autre Marocaine, lui fait un enfant et décide de se remarier. L’enfant (Adam) naît deux jours après le mariage. Eric va l’inscrire auprès de la commune marocaine. « Là on inscrit mon fils. Mais un mois plus tard, le chef de service rentre de vacances et m’avertit que, selon la loi musulmane, Adam n’est pas mon fils puisqu’il est né deux jours après le mariage. On me conseille alors de l’inscrire auprès du consulat belge. »

Mais le délai légal est dépassé de quelques jours. « Alors, l’officier civil du consulat de Casablanca dresse un procès-verbal pour reconnaissance tardive comme cela se fait en Belgique et envoie le formulaire à Bruxelles. » N’ayant pas de réponse de la Belgique, « le consul me conseille de rentrer en Belgique pour m’y domicilier et établir un regroupement familial. » A peine rentré, Bruxelles l’informe que le divorce fait au Maroc n’est pas valable en Belgique à cause du mot répudiation, utilisé dans l’acte. Son mariage avec la mère d’Adam est donc annulé.

Plus moyen de les faire revenir en Belgique. Eric contacte nombre d’hommes politiques. En vain. Il rentre alors au Maroc et constate que la santé de son fils s’est encore dégradée. « Et puis je rencontre le consul qui m’affirme que mon fils est belge depuis sept mois ! » Des papiers l’attestent. « Septembre 2003, on me conseille à nouveau de rentrer en Belgique pour effectuer un regroupement familial. On me propose aussi d’invoquer la raison humanitaire, certificats médicaux à l’appui. » En octobre, la nationalité d’Adam est à nouveau remise en cause. La mère et le fils, dont la santé ne va pas en s’améliorant, sont bloqués au Maroc.

Eric est dans un foyer d’accueil à Virton. Cette fois, il attend en Belgique. « Le 20 novembre, si je n’ai pas de documents signés et certifiés prouvant que ma femme et mon fils sont sur le sol belge ou qu’ils le seront d’un moment à l’autre, j’entame une grève de la faim. Au finish. C’est notre dernière chance. »

Dernière heure - Anne-Sophie Gérouville

-


Ces articles peuvent vous intéresser
Les Marocains manifestent contre le racismeLes Marocains manifestent contre le racisme
Des dizaines de personnes ont manifesté leur colère hier, jeudi, dans la capitale marocaine Rabat pour dire non au racisme et à l’intolérance...
La présence de pétrole au Maroc confirmée officiellementLa présence de pétrole au Maroc confirmée officiellement
La directrice de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), Amina Benkhadra, vient de confirmer - pour la première fois -...
Maroc : les inscriptions pour la loterie « Green-Card » sont ouvertesMaroc : les inscriptions pour la loterie « Green-Card » sont ouvertes
L’édition 2016 de la loterie « Green-Card » (DV-2016) sont ouvertes depuis aujourd’hui jusqu’au 3 novembre prochain. Cette loterie permet, après une...
A la recherche de la drogue perdueA la recherche de la drogue perdue
Depuis quelques jours, plusieurs dizaines de personnes ont été arrêtées par la police espagnole sur la plage de Chiclana de la Frontera, dans le sud...
La prison au Maroc ressemble à un « camp de concentration La prison au Maroc ressemble à un « camp de concentration
Libéré de la prison de Marrakech après plusieurs jours de détention pour pratiques homosexuelles, le citoyen britannique Ray Cole décrit la prison...
Un controversé bar à vin marocain aux Pays-Bas ferméUn controversé bar à vin marocain aux Pays-Bas fermé
Dolce Uva, le très controversé bar à vin ouvert par la Marocaine Elou Akhiat à Rotterdam, aux Pays-Bas, vient d’être fermé par les...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014