>

Port du voile : les entreprises continuent de louvoyer

17 octobre 2007 - 00h56
Port du voile : les entreprises continuent de louvoyer

Victime de ségrégation non avouée, Laila Loubani, cadre dans une société de services, en connaît un rayon sur la question. Non pas à cause de son physique, encore moins de ses compétences, mais parce que, tout simplement, elle porte un hijab. « Très peu de recruteurs osaient invoquer mon voile pour motiver leur refus », souligne-t-elle. Aujourd’hui, beaucoup de femmes disent être victimes de discrimination à l’embauche.

Le problème du voile dans l’entreprise remonte à quelques années. Il n’est autre que le résultat de la mutation de la société caractérisée par la montée d’un islamisme plus ou moins radical. Pour éviter les crispations, le phénomène était quasiment occulté dans l’entreprise. Les chargés du recrutement dans les entreprises réfractaires à la manifestation matérielle des convictions religieuses se contentaient souvent d’écarter les candidates voilées en arguant de motifs purement professionnels.

Le problème ne s’est réellement posé de manière explicite qu’au lendemain des attentats de mai 2003. Dans des entreprises, les employées voilées ont été ainsi incitées, de manière plus ou moins ferme, à abandonner leur tenue. Il n’en demeure pas moins qu’aucun licenciement lié à ce problème n’a été rendu public. C’est dire que beaucoup d’entreprises ont voulu être fermes, tout en évitant de susciter des mesures de rétorsion ou des démêlés avec la justice. « Les patrons qui considèrent le port du voile comme contraire aux valeurs de leur entreprise ne vont jamais jusqu’à l’interdire formellement », confirme Ahmed Al Motamassik, sociologue d’entreprise.

Dans notre contexte culturel, lorsqu’il y a discrimination, elle est le plus souvent masquée

A l’évidence, la question du voile suscite des réponses contrastées. « Nous sommes dans un pays musulman et il m’est impossible d’interdire à une personne de respecter scrupuleusement sa religion », se défend un DRH. De plus, aucun texte légal ne détermine la manière de s’habiller. Cet aspect relève plutôt des libertés individuelles. « Seules les conséquences du comportement du salarié sur l’exécution du contrat de travail peuvent légitimer la restriction d’une pratique religieuse. Et pour cela, il faut démontrer clairement que le salarié trouble, de manière volontaire ou non, la bonne marche de l’entreprise », précise Mohammed Benouarrek, DRH dans une multinationale.

De manière générale, chaque entreprise établit ses règles de conduite, sans toutefois les afficher, sauf dans les cas où les postes et la nature du travail exigent une tenue spécifique. Ainsi, le voile est interdit dans certaines professions comme celle d’agent de police ou d’hôtesse de l’air. On sait aussi que, pour un rendez-vous important, le costume cravate est de rigueur pour les hommes, tandis que le tailleur ou une tenue « correcte » sont recommandés à la gent féminine.

Qu’en pensent les spécialistes du recrutement ? La plupart d’entre eux disent ne pas s’appuyer sur des critères aussi subjectifs pour une embauche. La seule condition, affirment-ils, c’est d’être compétent et de respecter les valeurs de l’entreprise. « Il ne s’agit nullement d’entrer dans des considérations idéologiques avec l’entreprise cliente. On voit surtout ce qu’exige le poste en termes de compétences humaines. Si une femme voilée peut faire l’affaire, le problème ne se pose pas », souligne Siham Alaoui, consultante en ressources humaines au cabinet Convergence Conseil.

Le sujet est tellement embarrassant, eu égard à l’environnement culturel, qu’aucun employeur n’ose dire ouvertement qu’il est contre le port du voile dans le milieu professionnel. En privé, il y en a qui motivent leur refus par des arguments convaincants. En effet, certaines femmes voilées ou hommes « barbus » peuvent profiter de la liberté de culte pour faire du prosélytisme, en exerçant une pression morale sur leurs collègues.

L’entreprise veut aussi éviter le prosélytisme sous couvert de liberté religieuse

D’ailleurs, aujourd’hui, par mimétisme ou par conviction, on rencontre de plus en plus de salariées voilées dans les entreprises, même dans les secteurs qui y étaient les plus défavorables. C’est le cas des banques où l’on trouve, ça et là, des guichetières voilées, qui arborent, bien sûr, un accoutrement « soft ».

Pour les entreprises qui n’en veulent pas, la parade consiste à gérer le problème en amont. Un recruteur avoue clairement que certains clients lui demandent de prendre en dernier choix cette catégorie de candidates. Il y en a qui n’en veulent pas du tout, surtout s’il s’agit de postes impliquant un contact direct avec la clientèle.

En aval, il y a le cas des collaboratrices qui se sont mises au voile en cours de route. Là, le problème est plus délicat. Sauf faute grave, il est impossible de les licencier sans créer un grave conflit. Alors, elles sont souvent cantonnées dans des tâches de back office. « On sait que les postes de front office sont difficilement accessibles aux femmes voilées car l’entreprise se soucie de l’image qu’elle veut projeter à l’extérieur. Il s’agit notamment des postes de commerciaux, d’accueil, de marketing, de caissières... Ceux où l’apparence vestimentaire joue un rôle important dans la relation avec le client », commente M. Al Motamassik. Toutefois, souligne-t-il, « des femmes voilées ont pu accéder à des postes de responsabilité très importants »

La vie éco - Brahim habriche

-



Ces articles peuvent vous intéresser
Badr Hari : 1 minute de combat et deux KO le même soirBadr Hari : 1 minute de combat et deux KO le même soir
Badr Hari vient de remporter la troisième édition du GFC, qui se tient à Dubaï et environ 200.000 euros qui vont avec. Il a asséné à son premier...
Le Roi Mohammed VI et le prince Moulay Hicham en même temps à l'aéroport de CasablancaLe Roi Mohammed VI et le prince Moulay Hicham en même temps à l’aéroport de Casablanca
Le Roi Mohammed VI et le prince Moulay Hicham, cousin germain du Souverain marocain, auraient failli se croiser vendredi à l’aéroport de Casablanca....
Souvenez-vous : le Marocain Otman Bakkal, première victime du "cannibale" Luis SuarezSouvenez-vous : le Marocain Otman Bakkal, première victime du "cannibale" Luis Suarez
On s’en souvient peut-être mais, en 2010, le Marocain Otman Bakkal qui évoluait alors au PSV Eindhoven, avait été mordu par l’Uruguayen Luis Suarez....
Marine Le Pen interdite de meeting à Casablanca le 10 maiMarine Le Pen interdite de meeting à Casablanca le 10 mai
Le parti d’extrême droite français, le Front National, ne fera pas de meeting à Casablanca le 10 mai prochain. Les organisateurs auraient manqué de...
Les Etats-Unis offrent au Maroc 150 Hummer militaires peu avant la visite de Mohammed VI en RussieLes Etats-Unis offrent au Maroc 150 Hummer militaires peu avant la visite de Mohammed VI en Russie
L’armée américaine a proposé aux Forces Armées Royales 150 véhicules militaires "Hummer", des plates-formes de tir, ainsi que d’autres équipements...
Karima - Ruby - El Mahroug "prête à chercher un travail de femme de ménage"Karima - Ruby - El Mahroug "prête à chercher un travail de femme de ménage"
Retournement de situation : Karima El Mahroug, alias Ruby, vient d’affirmer à un média italien que ses prétendues richesses ne seraient que des...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014