>

Pas de loi sans Roi

28 juillet 2008 - 09h00
Pas de loi sans Roi

Un Conseil des ministres qui se réunit (trop) rarement, un chef de l’Etat absent des grand-messes internationales, un gouvernement impuissant et un Parlement à la traîne. Nos institutions sont-elles malades ?

Le dernier Conseil de gouvernement, qui s’est tenu jeudi 17 juillet, était le 24ème de l’année. La veille, Abbas El Fassi, Premier ministre et néanmoins secrétaire général du Parti de l’Istiqlal, rassemblait à Rabat les parlementaires de son parti, histoire de galvaniser les troupes. Un
Premier ministre dirigeant l’activité de son gouvernement et supervisant le travail de sa majorité. Jusque-là, rien de plus normal. Ce jeudi, le programme du Conseil de gouvernement de Si Abbas prévoyait une série d’exposés sectoriels assurés par les ministres des Sports, du Commerce extérieur et des Affaires économiques et générales. Des oraux devant leurs collègues sur des sujets aussi divers que la participation marocaine aux prochains JO, la balance commerciale ou l’état de la Caisse de compensation. “En fait, ce sont plutôt des galops d’essai, explique cet ancien ministre. Rien à voir avec les exposés que les ministres sont amenés à développer devant le roi”.

En Conseil de gouvernement, les ministres discutent bien de projets de décrets et surtout des projets de loi à présenter devant l’une des deux Chambres du Parlement. C’est ensuite au tour des élus de discuter - en les amendant, le cas échéant - lesdits projets. Un enchaînement a priori simple. Sauf qu’en réalité, le gouvernement n’est pas maître de l’agenda législatif. Pour passer des mains du gouvernement à l’organe législatif, le texte de loi doit être approuvé en Conseil des ministres. L’article 62 de la Constitution mentionne bien que “le Premier ministre a l’initiative des lois”. Mais il faut lire la suite : “Aucun projet de loi ne peut être déposé par ses soins sur le bureau de l’une des deux Chambres avant qu’il n’en ait été délibéré en Conseil des ministres”. Le Conseil de gouvernement, même quand il se tient de manière (quasi) hebdomadaire, ne décide pas de grand-chose. Et c’est la Constitution qui le dit, en filigrane.

Un gouvernement faible

D’après l’article 25 de la Constitution, “le Roi préside le Conseil des ministres”. Le Conseil de gouvernement, lui, est assimilable à une simple réunion du Premier ministre avec son équipe, sans valeur constitutionnelle, puisque le texte fondamental ne le mentionne même pas. L’article 66 prévoit explicitement que le “Conseil des ministres est saisi, préalablement à toute décision (…) des projets de loi avant leur dépôt sur le bureau de l’une des deux Chambres, (et) des décrets réglementaires”. Des textes suspendus à la tenue d’un Conseil des ministres, c’est devenu une habitude depuis quelques années. Avant celui du 8 juillet dernier, le dernier rendez-vous remontait à décembre 2007. Pendant près de 7 mois, aucun projet de loi ou de décret réglementaire n’a donc pu être présenté au Parlement. Résultat : lors du dernier Conseil des ministres, une soixantaine de projets de loi et de décrets ont été validés… en un peu plus d’une heure !

Aujourd’hui, des textes importants, pour la plupart hérités du gouvernement Jettou, entament à peine le circuit législatif. C’est le cas de la loi organisant les rapports contractuels entre bailleurs et locataires, qui doit être modifiée par la loi 13-08, ou du projet de loi 30-07 relatif au Code de l’urbanisme, en attente depuis avril 2007. S’y ajoutent le projet de loi 09-08 sur la protection des données personnelles ou le nouveau Code du commerce maritime, “attendu par les professionnels du secteur depuis une dizaine d’années”, se désole ce parlementaire. Cette semaine, la commission de l’Intérieur de la Chambre des représentants a entamé l’étude du nouveau projet de charte communale.

En bout de chaîne, le Parlement est un peu une chambre d’enregistrement, et pour ce ministre, l’explication est toute trouvée : “C’est le rythme d’absorption des textes par le Parlement qui est trop lent”. Quand ce n’est pas le travail des parlementaires qui est remis en cause, on avance la mauvaise qualité des textes gouvernementaux. Du côté du Secrétariat général du gouvernement (SGG), qui fait office de Conseil juridique et de gardien des textes, on blâme la faiblesse des projets de loi : non-conformité avec les traités internationaux, simples copier-coller de lois étrangères, textes bavards, etc. D’après ce juriste, “c’est le SGG qui doit revoir la copie des différents ministères, et parfois les réécrire entièrement”. Faut-il y voir une explication de l’absence prolongée du roi du Conseil des ministres ?

Redistribution des prérogatives ?

Lundi 14 juillet. Place de la Concorde à Paris. Nicolas Sarkozy est fier d’accueillir sur la tribune officielle une quarantaine de chefs d’Etat et de gouvernement pour le traditionnel défilé. Au premier rang, un absent de taille : le roi Mohammed VI, qui a été finalement représenté par son frère, le prince Moulay Rachid. Un communiqué du Palais royal a mis au fin aux rumeurs sur la présence du roi du Maroc : “Sa Majesté est dans les provinces pour lancer divers projets”. Pour le chercheur Mohammed Tozy, le message, en langage diplomatique, est clair. Le souverain a estimé que la France l’a mal payé en retour de l’implication du royaume pour le projet d’Union pour la Méditerranée, cher au président français. “L’absence de Mohammed VI à ce niveau de représentation pourrait porter préjudice au Maroc”, estime Omar Bendourou, professeur de droit constitutionnel à l’université de Rabat. Mohammed Tozy préfère voir le côté positif : “La symbolique (du retrait à la dernière minute de Mohammed VI) est forte. Il s’agissait de répondre à la ‘versatilité du président français’. Mieux, en continuant à assurer une représentation diplomatique et d’experts de qualité, le Maroc montre que son investissement dans ce projet dépasse les personnes, même royales”.

Même son de cloche du côté de Khadija Mohsen-Finan, chercheuse à l’Institut français de relations internationales (IFRI, Paris) : “Les décisions marocaines en matière de politique étrangère ne sont pas suspendues au souverain”. Au-delà du mouvement d’humeur, Mohammed VI serait-il en train de poser son style ? Pour les spécialistes et connaisseurs du Makhzen, la réponse est affirmative. Une symbolique et un mode de gouvernance nouveaux, où, tout d’abord, la présence physique du monarque est moins prégnante. “Au point que ceux-là même qui réclament un plus grand partage des pouvoirs s’inquiètent de ses absences”, s’étonne cette chercheuse. Au même moment, la dimension de proximité est réaffirmée quand le roi préfère inaugurer des projets sociaux dans l’Oriental, au lieu de s’envoler pour un sommet de chefs d’Etat. Quelle conclusion faut-il en tirer ? “Le gouvernement doit tirer les marrons du feu. Le roi est prêt à un nouvel agencement (technique) des prérogatives de l’Exécutif”, nous souffle cet universitaire. Vraiment ?

Source : TelQuel - Youssef Aït Akdim

- Par: Bladi.net


Ces articles peuvent vous intéresser
La jeune marocaine défigurée par son mari pour avoir demandé le divorce témoigneLa jeune marocaine défigurée par son mari pour avoir demandé le divorce témoigne
Pour avoir demandé le divorce, Oumaïma, 18 ans, a été tailladée au couteau par son mari. Elle raconte ce qu’elle a enduré le jour du drame et les...
Amal Essaqr : les hommes du Moyen-Orient traitent mieux les MarocainesAmal Essaqr : les hommes du Moyen-Orient traitent mieux les Marocaines
L’actrice marocaine Amal Essaqr a déclaré vendredi lors d’un programme radio sur Chada FM que les hommes du Moyen-Orient savaient mieux apprécier les...
Vidéo : comment finir un tagine en moins d'une minute ?Vidéo : comment finir un tagine en moins d’une minute ?
Êtes-vous capable de finir un tagine de poulet en moins de 60 secondes ? Voici l’astuce : on commence d’abord par le poulet avant d’attaquer la...
Une Marocaine poursuivie pour s'être exhibée sur internetUne Marocaine poursuivie pour s’être exhibée sur internet
Les auteurs d’une vidéo diffusée sur internet et mettant en scène une jeune Marocaine exhibant ses fesses et son prétendu client arabe ont été...
Crash de l'Airbus A320 : deux millions de dollars pour les victimes marocainesCrash de l’Airbus A320 : deux millions de dollars pour les victimes marocaines
Deux millions de dollars seront versés aux familles des victimes du couple marocain mort lors du crash de l’avion A320 de la compagnie low-cost...
France 24 interdite de tournage au MarocFrance 24 interdite de tournage au Maroc
Les autorités marocaines ont interdit ce vendredi le tournage de l’émission de France 24 "Hadith Al Awassime" à Rabat. Le journaliste Jamal Boudouma,...
Près d'un quart des restaurants marocains sont dangereux pour la santéPrès d’un quart des restaurants marocains sont dangereux pour la santé
C’est un constat alarmant dressé par le ministre de la Santé, El Hossein Louardi. 20 à 25% des restaurants contrôlés par les services sanitaires sont...
Cinq Marocains parmi les 100 arabes les plus riches du mondeCinq Marocains parmi les 100 arabes les plus riches du monde
Cinq Marocains se retrouvent dans la liste des 100 Arabes les plus riches publiée hier par la version arabe du magazine américain Forbes. Aziz...
Un journaliste italien dénonce un policier marocain de l'aéroport de CasablancaUn journaliste italien dénonce un policier marocain de l’aéroport de Casablanca
Le journaliste italien Mauro Casciari a dénoncé dans un tweet, photo à l’appui, la demande d’un policier marocain basé à l’aéroport de Casablanca. Ce...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2015