La vie bestiale de salariés marocains exploités par un réseau en France

23 janvier 2023 - 16h40 - France - Ecrit par : S.A

Le tribunal correctionnel de Dieppe se penche sur l’affaire d’un réseau de travail illégal actif à Neuf-Marché qui a été démantelé près de Gournay-en-Bray. Les victimes sont des salariés agricoles venus du Maroc.

Cabane vétuste et sale qui sert de réfectoire, voire de dortoir, absence de sanitaires, horaires difficiles, salaire de misère duquel ils devaient retirer de quoi s’acheter à manger… Des salariés marocains ont vécu dans des conditions déplorables et ont été exploités par un réseau de travail illégal actif à Neuf-Marché. Ce réseau dont les membres sont des représentants de la communauté marocaine de la région d’Argenteuil sera, par la suite, démantelé près de Gournay-en-Bray, rapporte Actu.fr. Ils recevaient des sommes allant de 7 000 à 15 000 euros et promettaient de fournir aux Marocains un visa de travail leur permettant de venir sur le territoire français.

À lire : La galère des saisonnières marocaines en Espagne

Mardi, deux prévenus ont comparu devant le tribunal correctionnel de Dieppe. L’un âgé de 62 ans, est la tête d’une société créée spécialement par le second, âgé de 44 ans. Ils sont accusés d’avoir exploité des salariés agricoles marocains durant les périodes de confinement. Les conditions proposées aux ouvriers montrent « la volonté des prévenus de reléguer la vie de leurs employés à un état bestial, de survie. Ils ont voulu créer une activité pérenne d’esclavage moderne », a déclaré Étienne Thieffry, Procureur de la République.

À lire : Espagne : un rapport s’alarme de la souffrance des saisonnières marocaines

Il a réclamé 18 mois de prison dont 9 mois assortis d’un sursis probatoire de 2 ans et une amende de 20 000 € pour le plus âgé. Il a aussi requis 10 mois de prison avec sursis et une amende de 5 000 € pour le plus jeune. En outre, il demande pour les deux une interdiction définitive de gérer toute société. Les prévenus « ont choisi des personnes vulnérables, les ont déracinées avant de les exploiter. On leur promet l’eldorado et on leur offre l’enfer », souligne l’avocate Benoist. Elle réclame 37 469,85 € de dommages-intérêts à l’encontre du sexagénaire et 56 204,25 € contre le quarantenaire. Ces sommes devront être versées à la Mutualité Sociale Agricole.

Sujets associés : France - Agriculture - Esclavage moderne

Aller plus loin

France : du changement dans le recrutement des saisonniers marocains

À l’initiative de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricole (FNSEA), 1200 saisonniers marocains ont été recrutés en 2022 pour Lot-et-Garonne, le...

La galère des saisonnières marocaines en Espagne

Les saisonnières marocaines qui arrivent en Espagne pour la campagne de fraises à Huelva, souffrent le martyr. Elles sont souvent victimes d’abus sexuels et de mauvais traitements.

Bloqués en Corse, des saisonniers marocains en colère contre les autorités marocaines

Suite à la prolongation de la suspension de tous les vols de passagers de et vers le Maroc jusqu’au 31 janvier 2022, 300 travailleurs agricoles saisonniers marocains se...

Espagne : un rapport s’alarme de la souffrance des saisonnières marocaines

L’Association andalouse des droits de l’homme (APDHA) vient de publier son rapport 2022 sur la situation des droits de l’homme aux frontières. Cette année, le rapport s’est...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

Maroc : l’hydrogène vert pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

La production de l’hydrogène vert dans la région de Dakhla et son utilisation pour le dessalement de l’eau de mer, permettront au Maroc d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs marocains.

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL).

Interdiction d’abattage des vaches laitières : le gouvernement s’explique

Face à une polémique qui enfle, le gouvernement a apporté des clarifications concernant la décision d’interdiction d’abattre les vaches laitières.

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Les objectifs ambitieux du Maroc pour la culture de dattes

Le Maroc a des objectifs ambitieux pour la culture des dattes. Il entend notamment atteindre une production annuelle de 300 mille tonnes d’ici 2030 et se donne les moyens pour sa concrétisation.

Accord de pêche : le Maroc et l’UE font le point

La quatrième Commission mixte de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Maroc s’est réunie les 9 et 10 novembre à Rabat.

La prochaine récolte d’olive au Maroc menacée

La prochaine récolte d’olives au Maroc est très menacée en raison de la grave sécheresse qui frappe le royaume.

Le Maroc dispose d’un stock de blé de six mois

Le stock de blé du Maroc s’élève à six mois, selon le gouvernement, en réponse aux craintes de coupures d’approvisionnement et de hausses de prix liés au conflit russo-ukrainienne associé à la sécheresse qui touche le pays.