>

Au Maroc, une foule contre les "auteurs d’un génocide en Irak"

1er avril 2003 - 14h17
Au Maroc, une foule contre les "auteurs d'un génocide en Irak"

Sans affichage partisan ni récupération politique, même de la part des islamistes, plusieurs centaines de milliers de Marocains (30 000, selon la police) ont manifesté à Rabat, dimanche 30 mars, contre la guerre en Irak.

Hormis quelques jets de pierre à la fin, il n’y a eu de violences que verbales, des appels à des opérations kamikazes -"pour punir les Américains, auteurs d’un génocide en Irak" - et des slogans antisémites ("Mort aux juifs, piétinons-les").
Dans l’ensemble, unis dans leur rejet de "l’agression américaine du peuple frère irakien", les manifestants ont respecté les "hautes instructions" du roi Mohammed VI qui leur avait demandé de "faire preuve de pondération, de sagesse et de discipline", en précisant que l’ordre public serait assuré "quelles que soient les conditions".

La volonté royale, relayée par les partis politiques, a été suffisamment intériorisée pour que les forces de l’ordre n’aient pas même à intervenir, sauf au moment de la dissolution de la marche, quand une affiche géante de McDonald’s, finalement taillée en pièces, a été la cible d’une intifada improvisée. Quelques personnes ont été légèrement blessées par des cailloux. Ni dans sa couverture en direct ni dans ses comptes rendus ultérieurs de la "marche de solidarité pacifiste", la télévision n’a fait état de cet incident. Ses caméras ont également relégué hors champ les - rares - portraits de Saddam Hussein et d’Oussama Ben Laden, ainsi que les - nombreuses - représentations animalières de George Bush et d’Ariel Sharon.

Il est vrai que, quatre heures durant, l’impressionnant cortège a traversé le cœur de la capitale sans aucun débordement. Des étrangers résidant au Maroc s’étaient joints aux manifestants sans être pris à partie. Les emblèmes des partis politiques sont restés discrets, certaines professions - telle celle des avocats - défilant au milieu des associations de la société civile. En dépit de sa condamnation de la guerre américaine en Irak, la communauté juive du Maroc a laissé "à chacun, individuellement, la décision de participer à la marche", selon son président, Serge Berdugo. Comme Abraham Serfaty, ancien opposant à Hassan II, la plupart des juifs marocains sont restés à la maison. Déjà, lors de la précédente manifestation, le 2 mars à Casablanca, des menaces de mort avaient été proférées contre "les juifs".

Les islamistes de la mouvance Justice et Bienfaisance, interdite mais tolérée, se sont fondus dans la foule, aucun mot d’ordre n’ayant été lancé par Cheikh Yacine, leur leader spirituel. A l’exception d’un carré d’un millier de femmes, recouvertes de pied en cap, le Parti de la justice et du développement (PJD), la formation islamiste entrée en force au Parlement aux élections législatives du 27 septembre, n’a pas non plus voulu montrer sa capacité de mobilisation. Déjà, la perspective d’un raz de marée islamiste au scrutin municipal de juin, quand des villes comme Tanger, Rabat et même Casablanca pourraient passer aux mains des "barbus", effraie les partis traditionnels. Des voix réclamant le report de l’échéance se font entendre.

ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE

Au-delà de la dénonciation de la "busherie" en Irak, des islamistes et des partisans de l’extrême gauche ont pourfendu, à l’unisson, "les régimes arabes et le gouvernement marocain", qualifiés de "zéro". Certains scandaient : "Les peuples sont dans la rue, les armées peuvent se reposer dans les casernes" ; alors que d’autres établissaient le lien avec une situation sociale difficile : "Pas d’emploi, rien à faire, autant aller mourir en Irak."

Dans la presse marocaine, très virulente à l’égard de Washington, la décision du gouvernement de maintenir finalement, la semaine dernière, les négociations pour un accord de libre-échange avec les Etats-Unis a été jugée, au mieux, comme une preuve de Realpolitik, au pis, comme "une honte". Initialement prévus à Rabat, ces pourparlers, dont l’aboutissement programmé pour octobre ferait du Royaume le troisième partenaire privilégié de l’Amérique, après la Jordanie et le Chili, se sont déroulés à Genève pour, selon le quotidien L’Economiste, ne pas provoquer une "opinion publique chauffée à blanc".

Stephen Smith pour lemonde.fr

-


Ces articles peuvent vous intéresser
Le Barcelonais Mohamed El Ouariachi choisit de jouer pour le MarocLe Barcelonais Mohamed El Ouariachi choisit de jouer pour le Maroc
La Barcelonais Mohamed El Ouariachi, alias « Moha », a finalement décidé de jouer avec l’équipe nationale marocaine.
Insolite : l'une des meilleures pistes de ski se trouve au MarocInsolite : l’une des meilleures pistes de ski se trouve au Maroc
Station de ski à la mode située à 70 kilomètres de Marrakech, l’Oukaïmeden a été sélectionné par le journal Les Echos comme l’un des meilleurs spots de...
Mort de Mohamed BastaouiMort de Mohamed Bastaoui
Le comédien marocain Mohamed Bastaoui est mort ce mercredi à l’hôpital militaire de Rabat des suites d’une longue maladie.
140.000 dirhams pour une grâce royale140.000 dirhams pour une grâce royale
Un nouveau scandale secoue l’administration pénitentiaire marocaine. Deux hauts responsables du centre pénitentiaire de l’Oudaya, à Marrakech, sont...
Abou Bakr Al-Baghdadi menace le MarocAbou Bakr Al-Baghdadi menace le Maroc
Alors qu’on le disait grièvement blessé voire mort en début de semaine, le leader du groupe terroriste de l’Etat islamique, Abou Bakr Al-Baghdadi,...
Le Maroc n'est pas à l'abri des tsunamisLe Maroc n’est pas à l’abri des tsunamis
Les efforts entrepris ces dernières années au niveau des systèmes d’alerte contre les tsunamis au Maroc ont, semble-t-il, commencé à porter leurs...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014