>

La folie Maroc, un royaume dynamisé

31 mai 2008 - 23h18
La folie Maroc, un royaume dynamisé

C’est l’événement people du mois. Le soir du 8 mai, 150 invités débarquaient d’un avion privé pour assister au mariage de Jamel Debbouze et de la journaliste Mélissa Theuriau : soixante-douze heures de fête dans la propriété de cinq hectares que l’humoriste possède à Marrakech, dans le quartier très chic de Targa. Le couple aurait été reçu pour l’occasion par le roi Mohammed VI, dont le jeune marié est un proche.

Riads, fêtes, célébrités : le Maroc s’affiche en couverture des magazines. Quand ce ne sont pas Jamel et Mélissa qui convolent à Marrakech, ce sont Cécilia et Richard qui se baladent en amoureux à Fès, dont Richard Attias, le nouveau mari de l’ex-madame Sarkozy, est originaire. Le roi lui-même, fan de Jet-Ski, amoureux des coupés Mercedes et ami de Johnny, cultive volontiers cette image un peu bling-bling.

Bien sûr, le Maroc est loin de se résumer à ce tableau d’opulence et d’excès. D’abord parce que la pauvreté, bien qu’en régression, y demeure préoccupante, surtout dans les campagnes. Ensuite, parce que le royaume chérifien reste une monarchie traditionnelle : pas question pour l’héritier de la dynastie alaouite, commandeur des croyants, de se transformer en roi « moderne » à la Juan Carlos. Il n’empêche, bien plus que son père, Hassan II, « M6 » se comporte en président du conseil de surveillance de son pays, surveillant de près la privatisation de Maroc Telecom ou la réalisation du plan Azur, qui vise à accueillir au Maroc 10 millions de touristes à l’horizon 2010. A cette date, le tourisme devrait représenter 20% du PIB marocain. Six stations balnéaires sont en construction, et les groupes français comptent bien profiter de ce boom. Accor, qui gère déjà 27 hôtels dans le pays, y a une quarantaine de projets de développement, tandis que Lucien Barrière ou Pierre & Vacances y font, en 2008, leurs premiers pas. Un enrichissement qui profite d’abord aux plus aisés.

Projets pharaoniques

L’explosion touristique a contribué à un boom immobilier sans précédent. Amplifié par la croissance démographique et une urbanisation accrue, il touche toutes les grandes villes : Marrakech, Essaouira, Casablanca, Tanger ou Rabat. Pour la première fois en 2007, le Maroc a franchi la barre des 120.000 logements. Certains commencent à craindre l’éclatement de la bulle. Ahmed Taoufiq Hejira, le ministre de l’Habitat, se veut rassurant : « Le pays doit résorber un déficit cumulé de 640.000 logements. » Le patron d’un groupe touristique français n’en est pas si sûr : « La surchauffe viendra de l’immobilier, notamment à Marrakech. »

Les stations balnéaires du plan Azur ne sont pas les seuls projets pharaoniques du royaume. A la porte de la Méditerranée, le gigantesque port de Tanger Med a ouvert partiellement ses portes. A proximité, la zone franche s’étale à grande vitesse : Renault-Nissan a prévu d’y installer une usine d’où devraient sortir 200.000 véhicules dès 2010.

Autre priorité stratégique : l’offshoring. Plus de 22.000 emplois ont déjà été créés dans le domaine des centres d’appels, et des milliers d’autres dans les services financiers, administratifs, ou dans l’industrie de l’information. A Casablanca, la plateforme de Casanearshore commence à accueillir ses premiers locataires. Non loin, un « aéropole » regroupe une cinquantaine de sociétés aéronautiques, dont Safran et EADS. Vivendi, Bouygues, Lafarge : les entreprises françaises jouent gros dans ces multiples développements.

Fracture sociale

Les retombées de ces projets ? Elles ne sont pas les mêmes pour tous. Il suffit d’aller sur la colline d’Anfa, le quartier chic de Casa où se sont ouvertes des boutiques Cartier et Dior, et où subsistent des bidonvilles. « Le Maroc vit à deux vitesses, rappelle Mohammed Madani, politologue à l’Université de Rabat-Agdal. Une classe de nouveaux riches a profité de l’ouverture du pays et du boom immobilier. A l’inverse, la classe moyenne n’arrive plus à se loger et entretient un mécontentement diffus dans la société. » Permettre aux Marocains de s’enrichir en limitant la fracture sociale : le roi doit trouver le juste équilibre, sauf à attiser les braises de l’islamisme. Un exercice plus difficile que le Jet-Ski au large d’Agadir.

Source : Challengers - Pauline Damour et Bertrand Fraysse

- Par: Bladi.net


Ces articles peuvent vous intéresser
Maroc : vers la fin des bouteilles de gaz ?Maroc : vers la fin des bouteilles de gaz ?
Le Maroc compte investir 40 milliards de dirhams d’ici 2020 dans un vaste projet de développement de gaz naturel liquéfié (GNL), a annoncé le...
La jeune femme la plus puissante d'Afrique est MarocaineLa jeune femme la plus puissante d’Afrique est Marocaine
Le magazine américain Forbes vient d’établir la liste des 20 jeunes femmes les plus puissantes d’Afrique. Une Marocaine est dans le classement et...
Des vagues de 7 mètres attendues au MarocDes vagues de 7 mètres attendues au Maroc
Le mauvais temps continue au Maroc. Après des crues et des inondations qui ont fait plus de 30 morts, la Direction de la météorologie nationale...
Maroc : des jeunes filles mariées dès l'âge de 12 ansMaroc : des jeunes filles mariées dès l’âge de 12 ans
Des jeunes filles sont mariées dès l’âge de 12 ou 13 ans. Tels sont, entres autres, les résultats d’un rapport réalisé par la Fondation Ytto, dans la...
Scandale : bienvenue dans les hôpitaux marocainsScandale : bienvenue dans les hôpitaux marocains
Des photos d’hôpitaux marocains ont fait leur apparition sur Facebook. Elles ont été publiées par des médecins eux mêmes pour dénoncer le manque de...
Photos : le prince Moulay Hassan en vedette à MarrakechPhotos : le prince Moulay Hassan en vedette à Marrakech
Le prince Moulay Hassan a donné, samedi, au grand stade de Marrakech le coup d’envoi de la finale du Mondial des Clubs, remportée par le Real Madrid...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014