>

Selon le Wall Street Journal : le microcrédit, viable au Maroc

18 août 2003 - 14h32
Selon le Wall Street Journal : le microcrédit, viable au Maroc

Le Maroc et l’Ouganda sont les deux pays africains qui se sont faits remarquer dans le domaine du microcrédit « financièrement viable », écrit vendredi le Wall Street Journal dans un article intitulé « les banques de microcrédit génèrent des bénéfices dans les économies en développement ».
Le journal note que le degré de développement du microcrédit varie selon les régions et diffère dans la même région, ajoutant que pendant qu’il a fleuri dans des pays comme la Bolivie, le Pérou, la Colombie et le Nicaragua, il est inexistant au Brésil.

Les raisons de la différence du niveau du progrès accompli par les pays en développement en matière de microcrédit sont aussi variées que la nature des marchés internes dans lesquels les banques de microcrédit opèrent, explique le journal, constatant cependant que la faiblesse du cadre réglementaire et les taux de subvention de ce genre de financement par les gouvernements sont des facteurs cités fréquemment à ce sujet. « Les taux d’intérêt appliqués dans le microfinancement varient entre 30 et 70 %», précise le journal, notant toutefois qu’« ils sont beaucoup plus inférieurs que ceux appliqués par les bailleurs de fonds locaux, qui restent les seules sources de crédit dans plusieurs régions ».

La pratique de microfinancement d’accorder de faibles prêts sans demander de garantie aux entrepreneurs à faible revenu a produit de bons résultats dans des dizaines de cas, indique le quotidien des milieux des finances, ajoutant que le microcrédit est devenu un instrument de lutte contre la pauvreté et s’est avéré « une affaire viable » attirant des investisseurs qui cherchent à réaliser des bénéfices en même temps que le développement social.

La plupart des milliers d’institutions de microfinancement, qui accordent des prêts allant de 50 à 1000 dollars, sont des organisations non gouvernementales fondées par les banques de développement et autres institutions, indique le journal notant qu’un petit nombre de mircoprêteurs sont devenus des établissements bancaires compétitifs étendant leurs services à l’épargne et aux cartes de crédit.
Le journal indique que le succès de certaines de ce genre de banques a incité leur administration soit à émettre ou à envisager d’émettre des obligations et de vendre des participations aux investisseurs.

« Pour ceux qui suivent ces changements, les établissements de microfinancement profitables ne sont pas seulement un phénomène marginal et évolutif, ils représentent le moyen le plus efficace d’expansion des bénéfices du microcrédit à un groupe plus grand, indique le quotidien New yorkais. Les remboursements de prêts aux banques de microcrédit atteignent 98 % et leurs rentrées provenant d’intérêts sont plus élevées que celles des plus grandes banques commerciales mondiales, indique le journal, ajoutant que ce groupe de mircoprêteurs peut fournir un modèle viable pour ce secteur composé de milliers d’organisations différentes.

Alors qu’il n’y a pas une seule formule, les plus réussis de ces établissements présentent certaines caractéristiques communes : ils connaissent leurs clients, sont remarquablement efficaces et peuvent opérer dans un environnement difficile marqué par la concurrence, selon des experts cités par le journal.

L’idée d’un microfinancement orienté vers la génération de bénéfices n’est pas très bien accueillie par certains qui pensent que les subventions sont encore nécessaires, car elles sont souvent le seul moyen de permettre aux microfinanciers de se lancer, indique le journal qui ajoute que d’autres pensent que le profit peut divertir les mircoprêteurs de leur mission sociale originale. Le quotidien indique que toutes les parties s’accordent à dire que le microfinancement a à peine commencé à développer ses potentialités de marché, ajoutant que la Banque mondiale estime que des 500 millions de personnes qui ont besoin d’accéder au microcrédit, seulement 12,5 millions peuvent accéder aux services de ces institutions.

MAP

-


Ces articles peuvent vous intéresser
Le Maroc, destination dangereuse pour les femmes Le Maroc, destination dangereuse pour les femmes
Le Maroc figure parmi les destinations les plus dangereuses pour les femmes. C’est du moins ce qui ressort d’un top établi par le journal anglais...
Espagne : Deux Marocaines blessées grièvement pour une histoire de dotEspagne : Deux Marocaines blessées grièvement pour une histoire de dot
Deux Marocaines, une mère et sa fille, ont été grièvement blessées en début de semaine à Maresme, dans le nord de l’Espagne, après avoir été...
Photos : Snoop Dogg fait la star à MarrakechPhotos : Snoop Dogg fait la star à Marrakech
En visite à Marrakech pour animer une soirée à 800.000 dirhams dans une boite de nuit, le rappeur américain Snoop Dogg en a profité pour publier...
Hassan Azinfou, Marocain tué par la mafia en BelgiqueHassan Azinfou, Marocain tué par la mafia en Belgique
Le cadavre de Hassan Azinfou, un Marocain de 34 ans, a été repêché par la police mardi dans les eaux du canal Albert, à hauteur de Bilzen, dans la...
Les Marocains veulent la fin du français à l'écoleLes Marocains veulent la fin du français à l’école
La langue française a de moins en moins la cote chez les Marocains. Vue comme un frein au développement du savoir et de la connaissance, la...
SwissLeaks : les Marocains de HSBCSwissLeaks : les Marocains de HSBC
Au total, 410 Marocains détenaient des comptes dans la banque suisse HSBC entre 2006 et 2007. Parmi eux, on retrouve Fouad Filali, ex-mari de la...
Les magasins Primark accusés d'islamophobieLes magasins Primark accusés d’islamophobie
Encore une affaire d’islamophobie dans des magasins en France. Cette fois-ci, il s’agit de l’enseigne irlandaise Primark accusée de fouiller...
Un lobby pro-israelien en colère contre le ministre de la culture marocainUn lobby pro-israelien en colère contre le ministre de la culture marocain
Le Centre juif américain Simon Wiesenthal Center (SWC) a adressé début avril au ministre marocain de la culture, Amine Sbihi, un courrier dans...
Cheb Khaled insulté de "traître" à cause de sa nationalité marocaineCheb Khaled insulté de "traître" à cause de sa nationalité marocaine
Le chanteur d’origine algérienne continue de subir des pressions de la part de certains de ses compatriotes, qui lui reprochent sa nationalité...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2015