>

Dans la banlieue d’Amsterdam, un maire marocain se bat pour l’homosexualité

29 juin 2009 - 12h09
Dans la banlieue d'Amsterdam, un maire marocain se bat pour l'homosexualité

Il invite la Gay Pride et organise des débats dans une mosquée : le maire d’origine marocaine de Slotervaart, dans la banlieue d’Amsterdam, a décidé de "confronter" ses administrés, en majorité d’origine immigrée, à l’homosexualité.

"Il faut aller à la confrontation en disant ++les homosexuels sont des gens normaux, comme nous tous, et nous exigeons qu’ils soient respectés++", explique à l’AFP le travailliste Ahmed Marcouch, 41 ans, maire depuis 2006.

Un plan d’action pour la période 2009-2011 vient d’être adopté par son conseil municipal. Il prévoit notamment l’intervention d’associations homosexuelles dans les écoles, l’ouverture d’un espace culturel gay et la sensibilisation des mères de familles immigrées.

Plus de 55% des 45.000 habitants de Slotervaart sont d’origine étrangère et 22,4% sont des jeunes de moins de 17 ans. Ces deux groupes sont, selon la mairie, "peu tolérants" envers les homosexuels qui représentent 7,5% de la population d’Amsterdam.

"Pour des raisons culturelles ou religieuses, certains rejettent les homosexuels qu’ils comparent à des animaux, ils ne les considèrent pas comme des êtres humains : il peut s’agir de chrétiens orthodoxes, de musulmans ou d’immigrés", constate M. Marcouch, ancien porte-parole des mosquées d’Amsterdam.

Il a demandé à la police municipale d’être très vigilante en matière d’agressions homophobes et a participé à des dizaines de débats, notamment dans l’une des deux mosquées de Slotervaart.

"Je dis toujours : ++ta liberté d’être musulman orthodoxe est la même que celle qu’a l’homosexuel d’être homosexuel++" martèle Ahmed Marcouch : "la liberté est inscrite dans la Constitution" des Pays-Bas, premier pays au monde à avoir légalisé le mariage homosexuel en 2002.

Slotervaart devrait accueiller en août une partie de la programmation de la Gay Pride d’Amsterdam, cantonnée jusqu’ici aux canaux du centre historique.

Dans un parc de loisirs de la commune, les endroits fréquentés par les homosexuels sont désormais signalés par des panneaux, comme les aires de baignade.

"Certains habitants sont furieux et ont interpellé M. Marcouch avec véhémence", raconte Dennis Boutkan, de l’association de défense des intérêts des homosexuels COC, qui salue sa "manière de faire énergique".

L’imam Mohamed Adardour de la mosquée el-Oumma, pour qui les homosexuels sont "impurs", accuse le maire de "construire sa carrière politique" aux dépens des musulmans.

"Le résultat, répond Ahmed Marcouch, c’est qu’avant ces gens n’utilisaient le mot ++homo++ que comme une insulte, je les ai au moins amenés à en discuter". La paroisse catholique, ajoute-t-il, l’a elle informé qu’elle ne pouvait collaborer avec lui, l’homosexualité étant selon elle "contraire aux lois de la nature".

Séduit par le discours du maire, Atef Salib, qui possède un bar arabe et gay dans le centre d’Amsterdam, cherche un local à Slotervaart pour y ouvrir bar "avec de la musique, de la danse, des soirées à thème". "Ce serait un grand pas en avant", estime-t-il.

"Si un bar homo ouvre ici, on y mettrait rapidement le feu", prédit Said, un adolescent d’Overtoomse Veld, un quartier de Slotervaart habité à près de 90% par des immigrés.

Source : Alix Rijckaert è RTL info - AFP

-



Ces articles peuvent vous intéresser
Maroc : découvrez comment Wissal, 10 ans, a appris seule l'anglaisMaroc : découvrez comment Wissal, 10 ans, a appris seule l’anglais
Une vidéo coup de cœur de Wissal, jeune Marocaine de Tiznit (sud du pays) issue de l’école publique comme elle le dit fièrement, qui a réussi à...
Casablanca : une mosquée, deux imams, deux prières séparéesCasablanca : une mosquée, deux imams, deux prières séparées
Une nouvelle vidéo publiée hier sur Youtube montre une situation jusque là jamais vue au Maroc. Dans une mosquée casablancaise où aurait été filmée...
Disparition d'El Nene : les contrôles aux frontières renforcésDisparition d’El Nene : les contrôles aux frontières renforcés
Le poste-frontière de Tarajal séparant le Maroc de la ville autonome de Sebta est sous haute surveillance, aussi bien du côté marocain que du côté...
Pour Benkirane, les touristes viennent au Maroc pour le couscous et la hariraPour Benkirane, les touristes viennent au Maroc pour le couscous et la harira
Si la promotion du tourisme marocain à l’étranger était dévolue au premier ministre marocain, Abdelilah Benkirane, on aurait sûrement vu des affiches...
Terrorisme : alerte orange dans les McDonald's au MarocTerrorisme : alerte orange dans les McDonald’s au Maroc
Une "alerte orange" aurait été décrétée au niveau de tous les restaurants américains au Maroc, principalement les "McDonald’s" en prévision d’une...
Asilah : une ministre Bahreïnienne se fait voler par une journaliste marocaineAsilah : une ministre Bahreïnienne se fait voler par une journaliste marocaine
Sheikha Mai bint Mohammad Al Khalifa, ministre Bahreïnienne de la culture, s’est fait subtiliser son téléphone, le 8 août, lors de la cérémonie...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014