>

Les centres d’appels rattrapés par la crise

17 mai 2009 - 04h07
Les centres d'appels rattrapés par la crise

Après 10 ans de croissance, quel bilan pour les centres d’appels au Maroc ? Deux milliards de DH de chiffre d’affaires, 25.000 emplois générés dans plus de 12 villes… sont autant d’indicateurs qui font réjouir les professionnels. Néanmoins, les perspectives s’annoncent peu prometteuses.

En dépit d’un optimisme prudent, les professionnels ne cachent pas l’impact de la conjoncture actuelle sur le secteur. « La crise économique mondiale a eu jusque-là un effet positif. Mais il ne faut pas aller à contre-courant. Les donneurs d’ordre sont principalement des étrangers, s’ils sont touchés, nous le serons aussi », souligne Mohamed El Ouahdoudi, organisateur du Salon international des centres de contacts et d’appels au Maroc (SICCAM) qui se tient du 12 au 13 mai à Casablanca.

D’après Ouahdoudi, le Maroc conserve toujours sa position, mais il n’en demeure pas moins que l’avenir du secteur reste tributaire de la reprise des économies de pays comme la France et l’Espagne. Ces derniers, s’accaparent, à eux seuls, plus de 95% du marché.

Du coup, selon Hugues Beaujouan, du call center WebHelp, le secteur, qui a enregistré ces dernières années une moyenne de croissance de 20%, risque de ne pas dépasser les 10% en 2009. Par conséquent, la concurrence sera très rude pour attirer de nouveaux investissements. La main-d’œuvre qualifiée sera indéniablement un facteur décisif dans le choix de la destination pour de futurs investissements.

Lors d’une conférence, organisée hier mardi en marge du Siccam, le constat a été sans appel : le Maroc manque de profils qualifiés. A la tête des contraintes des opérateurs : le déficit de candidats qui maîtrisent des langues étrangères, principalement le français et l’espagnol. « Il faut passer 200 candidats pour en garder une vingtaine qui répond au cahier des charges », précise Anouar Alaoui, directeur à l’Anapec Casablanca.

Les programmes de formation lancés depuis 2006 vont pouvoir, à terme, pallier cette carence. Il est prévu de former entre 4600 et 6000 personnes à l’horizon 2010. Mais, selon Ahmed Belahcen, président de l’Association marocaine des call centers (AMRC), cet effectif ne représente que 50% des besoins.

De ce fait, des centres d’appels se sont eux-mêmes engagés dans la formation. Ainsi, en partenariat avec l’Anapec, ils proposent des formations de 6 mois pour perfectionner le niveau des langues des candidats. Le coût de la formation est assuré en partie par l’Anapec.

Selon les professionnels, ce n’est pas assez. Le grand absent dans ce processus reste le ministère de l’Education nationale qui devra mener un travail en amont dans les programmes.

Source : L’Economiste - Tarik Hari

- Par: Bladi.net



Ces articles peuvent vous intéresser
Casablanca : Tom Cruise paye pour se débarrasser des curieuxCasablanca : Tom Cruise paye pour se débarrasser des curieux
Tom Cruise est actuellement à Casablanca pour le tournage de Mission Impossible 5. Et pour ne pas être dérangé par les riverains, il les paye pour...
Chute historique des ventes d'alcool au MarocChute historique des ventes d’alcool au Maroc
La vente d’alcool dans les circuits légaux serait en chute libre depuis la décision de l’enseigne Marjane de fermer les rayons d’alcool dans la...
Voici les nouveaux « grands » taxis de CasablancaVoici les nouveaux « grands » taxis de Casablanca
Les Casablancais découvrent peu à peu les nouveaux grands taxis. Principalement des Renault Lodgy, ces nouveaux véhicules viennent remplacer les -...
Pour Benkirane, les touristes viennent au Maroc pour le couscous et la hariraPour Benkirane, les touristes viennent au Maroc pour le couscous et la harira
Si la promotion du tourisme marocain à l’étranger était dévolue au premier ministre marocain, Abdelilah Benkirane, on aurait sûrement vu des affiches...
Le Maroc révèle le lieu du crash de l'avion d'Air AlgérieLe Maroc révèle le lieu du crash de l’avion d’Air Algérie
Le Maroc est le premier pays à avoir localisé le lieu du crash de l’avion d’Air Algérie, disparu peu après son décollage de l’aéroport de Ouagadougou,...
Asilah : une ministre Bahreïnienne se fait voler par une journaliste marocaineAsilah : une ministre Bahreïnienne se fait voler par une journaliste marocaine
Sheikha Mai bint Mohammad Al Khalifa, ministre Bahreïnienne de la culture, s’est fait subtiliser son téléphone, le 8 août, lors de la cérémonie...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014