>

Chrétiens du Maroc, entre persécution et tolérance

7 avril 2012 - 14h07
Chrétiens du Maroc, entre persécution et tolérance

Le rapport sur la persécution des chrétiens dans le monde en 2012, indique qu’aucune amélioration notable de la situation des chrétiens au Maroc n’a été notée cette année.

D’après ce document publié par le réseau Open Doors International, actif dans 60 pays du monde où la liberté religieuse des chrétiens n’est pas ou peu respectée, le Maroc accueille actuellement 22.000 chrétiens.

Le pays se classe à la 29e place en 2012 et connaît une léger recul de la situation des chrétiens, avec un indice de persécution qui passe de 39,5 en 2011, à 41 en 2012.

Une étude du Think tank américain Pew research publié en août dernier, faisait elle état d’une intolérance religieuse modérée au Maroc. Ce constat faisait suite à l’expulsion en 2010 de 150 chrétiens accusés de prosélytisme évangéliste, dont seize personnes gérant un orphelinat à Aïn Leuh.

La loi marocaine punit toute personne qui tente de convertir un musulman à une autre religion. Quant à la nouvelle constitution marocaine, elle interdit toute forme de discrimination quelle qu’en soit l’origine (religion inclue donc).

L’Index Mondial de Persécution mesure le degré d’oppression d’un pays et de ses composantes politique, économique, sociale, ethnique ou religieuse. D’après le réseau, le monde compte 150 millions de chrétiens. En 2011, 398 ont été tués en raison de leur croyance.

Préambule de la constitution

Bannir et combattre toute discrimination à l’encontre de quiconque, en raison du sexe, de la couleur, des croyances, de la culture, de l’origine sociale ou régionale, de la langue, de l’handicap ou de quelque circonstance personnelle que ce soit.

Article 220 du code pénal marocain :


Quiconque, par des violences ou des menaces, a contraint ou empêché une ou
plusieurs personnes d’exercer un culte, ou d’assister à l’exercice de ce culte, est puni d’un emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 200 à 500 dirhams.

Est puni de la même peine, quiconque emploie des moyens de séduction dans le but
d’ébranler la foi d’un musulman ou de le convertir à une autre religion, soit en exploitant sa faiblesse ou ses besoins, soit en utilisant à ces fins des établissements d’enseignement,de santé, des asiles ou des orphelinats. En cas de condamnation, la fermeture de l’établissement qui a servi à commettre le délit peut être ordonnée, soit définitivement, soit pour une durée qui ne peut excéder trois années.

- Par: Bladi.net


Ces articles peuvent vous intéresser
Charlie Hebdo : Charles Pasqua appelle la France à reprendre les relations sécuritaires avec le MarocCharlie Hebdo : Charles Pasqua appelle la France à reprendre les relations sécuritaires avec le Maroc
L’ancien ministre de l’Intérieur Charles Pasqua a appelé la France à reprendre d’urgence les relations sécuritaires avec le Maroc. Cette réaction fait...
Photos : Voici le Dreamliner de Royal Air MarocPhotos : Voici le Dreamliner de Royal Air Maroc
Royal Air Maroc vient de recevoir son premier avion Dreamliner de Boeing. Commandé depuis 2005, l’avion a été aperçu à l’aéroport international...
Nador : un homme interpellé pour avoir eu des relations sexuelles avec sa voisine de 15 ansNador : un homme interpellé pour avoir eu des relations sexuelles avec sa voisine de 15 ans
Relation consentante ou affaire de pédophilie à Nador ? C’est l’histoire d’un homme de 40 ans qui a été arrêté cette semaine à Nador, dans le nord du...
Chaud, le nouvel an à CasablancaChaud, le nouvel an à Casablanca
Comme chaque nouvel an, les forces de police étaient, hier, sur le qui-vive à Casablanca. Entre les accidents, les arrestations et les bagarres,...
Les Français boudent le Maroc pour les vacancesLes Français boudent le Maroc pour les vacances
Les Français sont peu nombreux à se rendre en vacances en cette fin d’année. C’est ce que révèle Opodo dans son bilan annuel des réservations effectuées...
Maroc : une prostituée témoigne à visage découvertMaroc : une prostituée témoigne à visage découvert
Chose rare, une prostituée marocaine a décidé de témoigner à visage découvert. Drogue, alcool et enfants non reconnus par l’Etat, elle a décidé de...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014