>

Chrétiens du Maroc, entre persécution et tolérance

7 avril 2012 - 14h07
Chrétiens du Maroc, entre persécution et tolérance

Le rapport sur la persécution des chrétiens dans le monde en 2012, indique qu’aucune amélioration notable de la situation des chrétiens au Maroc n’a été notée cette année.

D’après ce document publié par le réseau Open Doors International, actif dans 60 pays du monde où la liberté religieuse des chrétiens n’est pas ou peu respectée, le Maroc accueille actuellement 22.000 chrétiens.

Le pays se classe à la 29e place en 2012 et connaît une léger recul de la situation des chrétiens, avec un indice de persécution qui passe de 39,5 en 2011, à 41 en 2012.

Une étude du Think tank américain Pew research publié en août dernier, faisait elle état d’une intolérance religieuse modérée au Maroc. Ce constat faisait suite à l’expulsion en 2010 de 150 chrétiens accusés de prosélytisme évangéliste, dont seize personnes gérant un orphelinat à Aïn Leuh.

La loi marocaine punit toute personne qui tente de convertir un musulman à une autre religion. Quant à la nouvelle constitution marocaine, elle interdit toute forme de discrimination quelle qu’en soit l’origine (religion inclue donc).

L’Index Mondial de Persécution mesure le degré d’oppression d’un pays et de ses composantes politique, économique, sociale, ethnique ou religieuse. D’après le réseau, le monde compte 150 millions de chrétiens. En 2011, 398 ont été tués en raison de leur croyance.

Préambule de la constitution

Bannir et combattre toute discrimination à l’encontre de quiconque, en raison du sexe, de la couleur, des croyances, de la culture, de l’origine sociale ou régionale, de la langue, de l’handicap ou de quelque circonstance personnelle que ce soit.

Article 220 du code pénal marocain :


Quiconque, par des violences ou des menaces, a contraint ou empêché une ou
plusieurs personnes d’exercer un culte, ou d’assister à l’exercice de ce culte, est puni d’un emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 200 à 500 dirhams.

Est puni de la même peine, quiconque emploie des moyens de séduction dans le but
d’ébranler la foi d’un musulman ou de le convertir à une autre religion, soit en exploitant sa faiblesse ou ses besoins, soit en utilisant à ces fins des établissements d’enseignement,de santé, des asiles ou des orphelinats. En cas de condamnation, la fermeture de l’établissement qui a servi à commettre le délit peut être ordonnée, soit définitivement, soit pour une durée qui ne peut excéder trois années.

- Par: Bladi.net


Ces articles peuvent vous intéresser
Une somptueuse villa pour Dominique Strauss-Kahn à CasablancaUne somptueuse villa pour Dominique Strauss-Kahn à Casablanca
Dominique Strauss-Kahn revient au devant de la scène depuis hier et le début de son procès dit du Carlton où il est poursuivi avec dix autres...
La plus vieille université au monde est MarocaineLa plus vieille université au monde est Marocaine
Saviez-vous que la plus vieille université au monde encore en activité se trouve au Maroc et qu’elle a même été certifiée par le Guiness Book des...
Les Marocains, dans le top mondial pour les recherches pornographiques sur GoogleLes Marocains, dans le top mondial pour les recherches pornographiques sur Google
Des données publiées la semaine dernière par le moteur de recherche américain Google placent le Maroc parmi les pays où les requêtes concernant la...
Pour avoir refusé de coucher avec lui, un homme tue sa femmePour avoir refusé de coucher avec lui, un homme tue sa femme
Pour avoir refusé à plusieurs reprises de partager son lit, un vieillard a tué sa femme d’un coup de marteau à Khouribga, avant de se rendre lui même...
Casablanca réhabilite ses synagoguesCasablanca réhabilite ses synagogues
Dans le cadre de la mise à niveau de l’ancienne médina, l’Agence urbaine de Casablanca a décidé de réhabiliter les anciennes...
Un membre du Front national s'attaque aux origines marocaines de Najat Vallaud-BelkacemUn membre du Front national s’attaque aux origines marocaines de Najat Vallaud-Belkacem
Une nouvelle attaque contre la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem. Cette fois-ci, c’est un conseiller de la présidente du...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2015