>

Classe moyenne, où es-tu ?

11 février 2008 - 19h45
Classe moyenne, où es-tu ?

Exite-t-il une classe moyenne au Maroc ? A partir de quel revenu net mensuel fait-on partie des Marocains qui sont à l’abri du besoin, voire prétendre accumuler une épargne en biens ou en nature ? Le projet de ciblage des subventions qui commence à faire grand bruit, va-t-il opérer une démarcation entre les différentes couches sociales : nantis, classe moyenne et pauvres ? En tout cas, cela a le mérite de relancer la question de la classe moyenne quant à son existence, ou tout au moins son émergence. Qui en ferait partie ? Où commence et où finit-elle ? Et bien d’autres questions. Mais encore faudrait-il auparavant définir ce qu’est une classe moyenne !

Aux Etats-Unis, elle correspond à peu de choses près, à un citoyen actif pouvant s’acheter une automobile de bas de gamme et un logement qu’il payera pendant qu’il est en activité. La catégorie que l’on appelle là-bas les « power workers », sort de travailleurs pauvres. En France, le débat sur la question fait rage. La sortie de François Hollande, secrétaire général du Parti socialiste, proposant d’augmenter les impôts pour les salaires les plus hauts, a relancé le débat sur la classe moyenne. Au centre duquel la sempiternelle question : qui en fait partie ?

Au Maroc, le débat en est encore à ses balbutiements. A ce jour, aucune étude ne permet de définir de façon assez consensuelle le concept de classe moyenne. Le Haut commissariat au Plan (HCP) renvoie aux différentes enquêtes sur la consommation et dépenses des ménages dont la dernière remonte à 2001. Le croisement des données semble indiquer que ce noyau social central est idéalement situé « aux environs de 68.400 DH de salaire annuel ». Ce que l’Observatoire des conditions de vie de la population du HCP, présidé par Abdelkhader Teto, ne confirme ni n’infirme. Quand bien même, une réponse tranchée ne nous avancerait pas à grand-chose, tant les critères de définition de la classe moyenne vont bien au-delà du revenu ou encore de l’accès aux services et aux équipements sociaux. Alors, peut-on parler de l’existence ou l’émergence d’une classe moyenne au Maroc ?

La réponse de l’universitaire Najib Akesbi, renseigne encore plus sur l’ambiguité de la question. « Je suis tenté de vous faire une réponse de Normand. Peut-être bien que oui, peut-être bien que non ». Sa première option tient du fait que « tout simplement parce que dans une société où il y a une classe de riches, incontestable, il y a forcément une classe de pauvres, et entre les deux il y a une classe moyenne ». Et dans le cas où c’est le non qui l’emporte, c’est aussi simple, « parce que la classe moyenne, évidemment, ce n’est pas la résultante de l’addition d’indicateurs de consommation. Ce n’est pas plus un positionnement en termes de classe, mais c’est avant tout un sentiment d’appartenance selon une culture, une idéologie, des habitudes, des façons de consommer et de vivre ».

La Banque Mondiale relativise encore davantage la définition de la classe moyenne. Son économiste en chef, en charge du Maroc, de l’Algérie et la région Mena, José Lopez Calix, préfère l’acceptation absolue où « la classe moyenne se définit de par le niveau de revenu ».

La définition mondialement retenue, met en avant les spécificités culturelles, basées sur des critères socio-politiques. Le directeur de l’Observatoire français des inégalités, Louis Maurin, lui, aborde le débat au sens sociologique. « La classe moyenne, c’est l’ouvrier en fin de carrière qui a son pavillon, c’est l’instituteur qui débute, c’est l’infirmière, c’est la secrétaire de direction..., des gens qui ne sont pas les plus à plaindre ». Ramenés à l’exemple du Maroc, ils correspondraient à si méprendre à ces ménages qui se font piéger par des courtiers véreux au crédit à la consommation. L’émergence de la société salariale, le « plein-emploi », la fin progressive des rentiers, l’allongement de la vie, la généralisation des assurances sociales et maladies... ont ensemble contribué à « l’élévation du plancher social et à l’abaissement du plafond, entre lesquels une grande classe moyenne a gagné en homogénéité ». La généralisation du Ramed et de l’Amo facilite l’approche-définition de la classe moyenne.

Classe moyenne, un terme ambigu

Dans son livre « Destins de générations », Louis Chauvel, professeur à Sciences Po-Paris, parle de classes moyennes au pluriel. « Classes moyennes » est un terme ambigu qui exige clarification. Dans le monde des sciences sociales, « classes moyennes », fait partie de ces appellations sans origine contrôlée ni définition dont la popularité vient de ce que leur imprécision permet de dire tout et son contraire, plus encore dans un contexte comparatif où les traditions nationales divergent, écrit Chauvel. Il parle de définitions obsolescentes et déstabilisées.

Source : L’Economiste - R. H. & B.T.



Ces articles peuvent vous intéresser
Une équipe marocaine de football quitte un championnat après des insultes racistesUne équipe marocaine de football quitte un championnat après des insultes racistes
"Rentrez chez vous, les Marocains", c’est l’insulte de trop qui a poussé une équipe de footballeurs marocains à quitter une rencontre qu’elle...
Sexe : des Espagnols, des Français et des Marocaines arrêtés en flagrant délitSexe : des Espagnols, des Français et des Marocaines arrêtés en flagrant délit
Les services de la gendarmerie royale ont effectué une descente la semaine dernière dans deux villas de la commune Oulad Hassoun dans la région de...
Le Maroc, "pays de racailles et de voleurs"Le Maroc, "pays de racailles et de voleurs"
Le Maroc est décrit comme un pays de "racailles et de voleurs" par une carte qui reprend les clichés et les répandus sur les différents pays et leurs...
La famille Ben Laden construit une ville nouvelle au Maroc pour 17 milliards DHLa famille Ben Laden construit une ville nouvelle au Maroc pour 17 milliards DH
Le groupe saoudien Ben Laden compte construire une nouvelle ville à Bouskoura, à 20 km de Casablanca. Le projet de construction du pôle urbain...
Aïcha, Marocaine séquestrée pendant 30 ans par son frère à EssaouiraAïcha, Marocaine séquestrée pendant 30 ans par son frère à Essaouira
Un Marocain a séquestré sa sœur pendant plus de 30 ans au douar Aït Azm, à environ 70 km d’Essaouira. La femme libérée par la gendarmerie royale suite...
Une Marocaine écope de 20 ans de prison pour avoir tué sa petite bonne à AgadirUne Marocaine écope de 20 ans de prison pour avoir tué sa petite bonne à Agadir
Une institutrice accusée d’avoir tué sa petite bonne à Agadir, a été condamnée à 20 ans de prison ferme par la Cour d’appel d’Agadir. Fatem, âgée...


Les rubriques de Bladi.net

CultureEconomie MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

A proposContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones

Web Statistics