>

Des étudiants lillois prospectent le marché marocain

16 février 2008 - 23h30
Des étudiants lillois prospectent le marché marocain

Ce sont 9 étudiants du lycée Gaston Berger de Lille, qui se sont rendus au Maroc, dans le cadre d’une « mission industrielle » pour prospecter le marché local. « Nous avons adopté une démarche de prospection commerciale dans les entreprises durant toute la semaine que nous avons passée au Maroc. Les 9 étudiants représentés par groupe de 3, 3 entreprises de la région lilloise ont eu l’occasion de lisser un partenariat entre les entreprises françaises de la région lilloise et des entreprises de la région du Grand Casablanca », déclare Marc Boutez, enseignant en économie et gestion au lycée Gaston Berger et responsable du BTS technico-commercial.

Pendant les 8 jours passés au Maroc, les étudiants se sont attelés à la tâche. Ils effectuaient en moyenne 4 à 5 visites par jour, en fonction de la durée des entretiens avec les entreprises marocaines.

L’accueil chaleureux encourageait ces jeunes et érigeait leur tâche en partie de plaisir. Munis de leurs dossiers et armés de leurs arguments, les « missionnaires » partaient à la chasse aux contacts. Ils ont présenté leurs projets, démarché des entreprises, échangé des cartes, présenté des plaquettes… Bref, ils ont eu l’opportunité de constater comment les choses se passent dans les entreprises en dehors du territoire français.

De retour dans leur pays, une autre tâche les attendait : préparer les comptes rendus des résultats des visites effectuées. Après ce sera aux entreprises françaises, de prendre contact avec eux pour d’éventuelles débouchées et commandes. C’est notamment le cas pour le projet d’Ismaïl, qui concerne les scellés de sécurité, qui a intéressé plus d’une entreprise. « Dans le cadre de mon projet, j’ai effectué une étude de marché sur les scellés de sécurité qui sont commercialisés en France et au Maroc. Mon objectif était de trouver une société qui commercialise ces produits parce qu’on voudrait délocaliser une partie de la production au Maroc.

Notre priorité serait, donc, la proximité pour les utilisateurs de ces sellés mais aussi le rabais des prix en raison de la suppression des taxes douanières. Voilà en gros ce que nous proposons aux usagers marocains », argumente, Ismaïl Ait Abderrahmane, étudiant marocain.

Il a présenté ses propositions à 10 entreprises marocaines lors de son séjour au Maroc. Ce qui les a le plus attiré dans la démarche du jeune homme, c’est la proximité, sachant qu’ils importent pratiquement tous leurs scellés d’Asie.

Cet atout leur permettrait de réduire leurs délais de livraison qui sont de10 semaines. Pour Ismaïl, c’était « mission accomplie ». Il est rentré avec plein de renseignements sur le marché marocain, à savoir quelques noms de fournisseurs, les utilisations des clients pour ces produits, les prix, les avantages et les inconvénients qu’ils rencontrent avec leurs fournisseurs actuels.

Douzième mission

« Je réalise ce type de mission avec mes étudiants depuis 11 ans. Mais en réalité, ces missions existent au lycée depuis 1983, dans des destinations francophones variées à travers le monde : Maroc, Sénégal, Côte d’Ivoire, Canada, Ile Maurice, Antilles Françaises, etc. L’expérience nous a montré que les missions réalisées sur le continent africain sont les plus riches, à la fois sur le plan des contacts pris sur place mais aussi sur le plan humain », affirme Marc Boutez qui a déjà effectué la même mission, au Maroc, en 2006.

Pour les étudiants, ce genre d’activité est d’un apport colossal. Il leur permet de bénéficier d’une formation sur le terrain en les mettant dans les conditions réelles de l’exercice de leurs fonctions prochaines. Dans l’immédiat, cette activité constitue un plus dans leur CV. « C’est rare à ce niveau là (bac plus deux) qu’un étudiant puisse vivre ce type de mission à l’étranger », précise l’encadrant.

Pour le moment cette formation se fait à sens unique. Mais rien n’est impossible, selon Marc Boutez qui se dit prêt à élargir cet échange.

Source : Le Matin - Kenza Alaoui

-



Ces articles peuvent vous intéresser
Une Marocaine s'automutile pour faire croire qu'elle est viergeUne Marocaine s’automutile pour faire croire qu’elle est vierge
Un homme vient de déposer une plainte auprès du tribunal de Rabat pour l’enlèvement de son épouse par un inconnu. L’épouse aurait été « enlevée » par...
Marocains, pensez à renouveler votre carte nationale avant le 31 décembre 2014Marocains, pensez à renouveler votre carte nationale avant le 31 décembre 2014
Le 31 décembre 2014 est désormais le dernier délai pour renouveler les anciennes cartes d’identité nationale (CIN). Les Marocains détenteurs de la CIN...
La France livre au Maroc Ahmed Chaara, le plus célèbre djihadiste marocain en SyrieLa France livre au Maroc Ahmed Chaara, le plus célèbre djihadiste marocain en Syrie
La France devrait livrer dans les prochains jours à Rabat le djihadiste marocain Ahmed Chaara, arrêté en fin de semaine dernière à la frontière entre...
 Les téléphones des Marocains sont-ils espionnés ? Les téléphones des Marocains sont-ils espionnés ?
Le Maroc espionnerait les téléphones intelligents (smartphones) de certains de ses ressortissants si l’on en croit un rapport américain publié ce...
Une carte du Maroc sans son Sahara, c'est sur 2M… et devant les tribunauxUne carte du Maroc sans son Sahara, c’est sur 2M… et devant les tribunaux
En une semaine à peine, 2M a été sermonnée d’un côté et attaquée en justice de l’autre. En effet, un citoyen marocain vient de déposer une plainte contre...
Aquarium du Morocco Mall : mort de plus de 2000 poissons à cause d'une faute professionnelleAquarium du Morocco Mall : mort de plus de 2000 poissons à cause d’une faute professionnelle
Les poissons de l’aquarium géant du Morocco Mall de Casablanca sont tous morts. Le groupe Aksal, propriétaire du centre commercial ne s’est pas...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014