>

Grève du transport routier : L’ordre public menacé ?

1er juillet 2003 - 20h53
Grève du transport routier : L'ordre public menacé ?

Agressions, vandalisme, intimidations "sauvages"... les non-grévistes interpellent les pouvoirs publics. Pour les fruits et légumes, les pertes sont estimées entre 3 et 5 millions de DH quotidiennement. Des contacts auraient été établis entre ministère du Transport et grévistes au point chaud du mouvement, le Sud.

Rien ne va plus... La grève déclenchée par les transporteurs de camions des 8 tonnes, il y a plus de 10 jours, tourne au vinaigre. Les producteurs et industriels bloqués n’hésitent pas à parler de catastrophe et d’anarchie.
"Certains de mes conducteurs ont subi des agressions physiques et des camions sont saccagés au vu et au su de tous, surtout au niveau d’Agadir et Imine Tanoute", a déclaré un membre de la Fédération des transporteurs et propriétaire d’un parc de plus de 100 camions dont 5 sont, actuellement, hors d’état de fonctionnement. Jets de pierres, mini-barrages la nuit, coups et blessures... un scénario digne des films d’action des séries B.
Parallèlement aux intimidations et aux agressions, ce sont des millions de dirhams qui sont partis en fumée. Et ce sont surtout les produits périssables, les fruits et légumes qui sont les plus touchés.
"Le Souss Massa, première source d’alimentation en fruits et légumes de tout le Maroc, a connu un effondrement des cours au point de ne plus trouver preneur", s’insurgent les membres de l’APEFEL (association marocaine des producteurs exportateurs de fruits et légumes). Ils estiment leurs pertes entre 3 et 5 millions de DH par jour, soit l’équivalent de 800 à 1.000 tonnes de production journalière bloquée sur les sites de production.
Comme le décrivent des membres de l’Association, "même les chariots, pick-up et camions des producteurs agricoles sont pourchassés par les grévistes. Au lieu du Far-West, c’est le Far-South".
Selon les représentants de l’Apefel, "nous ne récusons en aucune manière le droit de grève prévue par la Constitution. Cependant, nous nous soulevons contre les agressions et les intimidations sauvages exercées contre les non-grévistes".
Face à cela, les producteurs dénoncent ces actes qu’ils qualifient d’irresponsables et de criminels et "interpellent les pouvoirs publics" pour mettre fin à cette situation "qui n’est ni dans l’intérêt de ces "pirates" ni de celui des consommateurs". Des industriels se disent très surpris de la non-intervention des autorités. "Les agressions contre les hommes et les biens sur le domaine public doivent être sanctionnées. Sinon, nous nous retrouvons devant une situation de non-droit. Nous ne pouvons pas continuer comme cela", avance un opérateur ayant requis l’anonymat. Des rumeurs circulent sur "une certaine connivence" entre les grévistes et des membres de l’autorité publique. Selon les mêmes rumeurs, des parlementaires/producteurs dans la région du Souss Massa participeraient au mouvement.
Parmi les meneurs de la grève, des transporteurs informels du marché de gros de Casablanca disent ne pas vouloir lâcher prise. "Nous continuerons notre mouvement tant qu’aucune solution n’est encore trouvée, surtout au sujet de la patente et du Registre du commerce. De même que le tonnage". Pour ce dernier point, les grévistes veulent passer du 8 au 18 tonnes.
Selon une source digne de foi, "ce conflit prend des tournures de récupération électorale. C’est de la surenchère politique à la veille des élections".
En attendant, les perturbations dans les approvisionnements se font sentir fortement à Marrakech, Agadir, Laâyoune, Tanger, Tétouan, Oujda et Nador. Avec pour conséquence, une flambée des prix. Des cas isolés d’intimidation de camionneurs non grévistes ont été enregistrés à Tanger.
Quant à l’axe Casa-Rabat-Kénitra, pour l’heure, les marchés de gros de fruits et légumes sont encore bien approvisionnés.
Tant bien que mal, les non-grévistes tentent de casser le mouvement en multipliant les livraisons au niveau des différents points de vente. Des producteurs utilisent, au lieu des 8 tonnes, des camions-remorques pour contourner la grève, au risque de voir leur marchandise "pourrir".
Pour la Fédération nationale du transport routier, il est temps que les forces de l’ordre interviennent. L’avenir du secteur dépend de l’issue de ce bras de fer". D’ailleurs, à l’heure où nous mettions sous presse, des contacts ont été établis entre le ministère du Transport et les grévistes dans différents lieux (Taroudant, Oulad Taïma, Inezgane et Agadir) pour tenter de trouver une solution.

Jihad Rizk pour L’economiste, Maroc

-



Ces articles peuvent vous intéresser
Le champion du monde Badr Hari : « J'ai gagné 1 million en 2 minutes. Qui peut faire mieux ? Personne ! »Le champion du monde Badr Hari : « J’ai gagné 1 million en 2 minutes. Qui peut faire mieux ? Personne ! »
Badr Hari est aux anges. Il vient en effet de gagner 1 million de dirhams EAU en 2 minutes de combat en remportant ainsi la troisième édition du...
Michael Douglas et Kathleen Turner ont été terrorisés au MarocMichael Douglas et Kathleen Turner ont été terrorisés au Maroc
L’actrice Kathleen Turner vient d’affirmer à un média anglophone que l’épisode le plus terrifiant qu’elle a vécu dans sa vie était au Maroc, en...
Le Maroc, 8ème pays arabe le plus richeLe Maroc, 8ème pays arabe le plus riche
Le Maroc, avec ses 104,5 milliards de dollars de PIB, occupe la 8ème place au niveau des pays arabes, bien loin de l’Arabie Saoudite ou encore les...
Le tramway de Casablanca déraille après avoir été percuté par un busLe tramway de Casablanca déraille après avoir été percuté par un bus
Un bus de transport urbain a percuté de plein fouet un tramway à Casablanca mardi vers 16h30, au croisement des boulevards Oum Rabii et Sidi...
La France appelle ses ressortissants à être vigilants au MarocLa France appelle ses ressortissants à être vigilants au Maroc
La France a appelé ses ressortissants "résidant ou désirant se rendre au Maroc (...) à faire preuve de vigilance et de respecter strictement les...
Des Marocains revendiquent le droit de manger en plein public pendant RamadanDes Marocains revendiquent le droit de manger en plein public pendant Ramadan
Les membres du Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles (Mali), revendiquent encore une fois le droit de manger en plein public...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014