>

Un autre Maroc : Grands soucis des femmes soussis

22 décembre 2003 - 12h30
Un autre Maroc : Grands soucis des femmes soussis

Installée à Taroudant, Saïda Bouzebda est d’Igherm, petit village de la vallée d’Ammeln. Ce petit bout de femme, les cheveux et les épaules cachés par un long foulard noir, est aujourd’hui l’un des acteurs les plus actifs de la société civile locale. Elle travaille pour l’association Migration et développement depuis plusieurs années et a fait de la condition des femmes de la région son cheval de bataille.

Avec d’autres femmes de la ville, elles sont en train de monter la première association féminine de la région. Les autres sont avocates, médecins, assistantes sociales ou encore professeurs d’éducation physique. Pour elles, le chantier de la condition des femmes est encore vierge. Jusque-là, tout ce qui a été fait pour les femmes entre dans le cadre de projets pour le développement de la région et la question reste "collée aux problèmes locaux".

Soit. Mais il faut faire plus : leur proposer des formations à des métiers manuels, les alphabétiser, leur expliquer leurs droits, en somme, avoir une approche d’intégration.

Dans la région montagneuse entre Taroudant et Tafraout, l’état des lieux est frappant. Sur les routes, presque pas d’hommes. Mais des femmes. Que des femmes. Le dos courbé sous un lourd fardeau d’aliments pour le bétail, elles rentrent au douar traire la vache dont elles-mêmes iront vendre le lendemain le lait ou le beurre. Sans parler des tâches ménagères et des enfants. Dans la région, les femmes sont esclaves. Ici, pas besoin d’ânes, ce sont elles qui portent tout sur leurs épaules. Quant aux hommes : "Guen (ils dorment en berbère). Chez nous, ce sont les femmes qui travaillent", répondent deux jeunes femmes croisées sur une route. "Nous deux, on ne veut surtout pas entendre parler de mariage avec des hommes de la région. Ils restent à la maison à ne rien faire", s’emportent deux autres. Ce sont aussi elles les gardiennes des douars : "Les hommes partent dans les villes et laissent leurs femmes qui ne les voient que les jours de fêtes religieuses, 1 à 2 fois par an, quand ils rentrent", expliquent les membres de la nouvelle association féminine roudanie.

Femmes-esclaves, les femmes des montagnes du Souss sont également les garantes de la tradition. Celle-ci étant très conservatrice, leurs visages sont cachés sous un voile épais qui laisse à peine paraître leurs yeux entourés de khôl. Qui se cache en réalité derrière ce conservatisme ? Des hommes qui dorment au douar.

Néanmoins, les femmes soussies ne connaissent pas toutes le même sort. En effet, si les montagnes sont sans merci à leur égard, la plaine et la côte sont plus clémentes. À Sidi Ifni, Abdellah Loutouli, membre de l’Association marocaine pour les droits de l’homme souligne : "Ici, vous ne verrez pas de femmes dans les champs. Chez les Aït Baâmrane, tribu principale de la région, les femmes ne travaillent pas en dehors de la maison. Elles s’occupent des enfants et des tâches ménagères". Une pointe d’espoir se profile toutefois. Grâce au travail des ONG, dans tout le Souss, des femmes commencent à prendre conscience de leurs droits et surtout, de plus en plus de petites filles vont à l’école : "Même les pères ne montrent plus de résistance et acceptent de scolariser leurs filles"... ce qui est primordial, pour qu’il n’y ait plus de femmes esclaves.

TelQuel

-


Ces articles peuvent vous intéresser
Le Maroc cinquième armée la plus puissante du monde arabeLe Maroc cinquième armée la plus puissante du monde arabe
Les Forces Armées Royales (FAR) sont la cinquième armée la plus puissante du monde arabe après l’Egypte, l’Algérie, l’Arabie Saoudite et la Syrie,...
Vidéo : comment finir un tagine en moins d'une minute ?Vidéo : comment finir un tagine en moins d’une minute ?
Êtes-vous capable de finir un tagine de poulet en moins de 60 secondes ? Voici l’astuce : on commence d’abord par le poulet avant d’attaquer la...
Latefa Ahrar n'aurait pas dû faire Jazirat Al KanzLatefa Ahrar n’aurait pas dû faire Jazirat Al Kanz
Latefa Ahrar va se souvenir longtemps de son passage dans la nouvelle émission "Jazirat Al Kanz,", version marocaine de Fort Boyard. On vous...
Vidéo : sauver la vie d'un homme ou continuer sa prière ?Vidéo : sauver la vie d’un homme ou continuer sa prière ?
Une nouvelle polémique est née cette semaine après la diffusion d’une vidéo de surveillance montrant un homme victime d’un arrêt cardiaque dans une...
La France renforce les mesures de sécurité autour de Mohammed VILa France renforce les mesures de sécurité autour de Mohammed VI
Les autorités françaises ont décidé de renforcer les mesures de sécurité autour de la résidence du château de Betz, 65 km au nord-est de Paris, résidence...
Divorce de Dounia BoutazoutDivorce de Dounia Boutazout
La comédienne marocaine Dounia Boutazout aurait officiellement entamé une procédure de divorce contre son époux Wadie Berrada, auprès du tribunal de...
Décès de la comédienne Zineb SmaikiDécès de la comédienne Zineb Smaiki
La comédienne marocaine Zineb Smaiki est décédée ce jeudi, selon le site Alyaoum24. L’annonce a été faite par Latifa Ahrar sur son compte...
Sept policiers arrêtés pour s'être approchés de la résidence royaleSept policiers arrêtés pour s’être approchés de la résidence royale
Sept policiers ont été interpellés et présentés devant le juge pour s’être (trop) rapprochés de la résidence du Roi Mohammed VI Dar Salam, à...
Daech incite ses cellules à tuer les MarocainsDaech incite ses cellules à tuer les Marocains
Le groupe terroriste "Daech" a appelé ses cellules à tuer les Marocains. Cette menace survient juste après l’attentat terroriste qui a visé mercredi...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2015