>

Les leçons des élections locales marocaines

30 juin 2009 - 14h20
Les leçons des élections locales marocaines

Pour l’analyste Amel Boubekeur, l’issue des élections locales marocaines du 12 juin dernier témoigne de la grande fragilité des partis politiques du royaume chérifien.

Le Maroc vient de vivre les dernières étapes de ses élections municipales. Sept millions d’électeurs (moins que les 54,6 % lors des municipales de 2003 mais plus que les 37 % d’abstention aux législatives de 2007) ont élu leurs conseillers communaux le 12 juin 2009. Ces conseillers ont ensuite contracté diverses alliances entre leurs partis respectifs pour élire enfin le président du conseil communal (maire) de chaque ville.

Les réformes initiées pour l’occasion ont permis des avancées "techniques" dans la gestion des communes telles que l’élection des jeunes et des femmes. Elles n’ont pas réussi cependant à consolider le rôle toujours instable des partis face à la monarchie.

Les réformes et leurs limites

Le fonds de financement des partis mis en place pour promouvoir des candidatures féminines est le plus grand succès de la nouvelle charte communale de 2009. Le quota minimum de 12 % de représentation féminine décrété a même été dépassé et 3 406 femmes ont été élues (sur 20 458 candidates) contre 127 en 2003.

La société civile, notamment à travers le "collectif pour l’observation des élections" qui regroupe 70 ONG, a été encouragée à veiller à la transparence des élections. Cependant, avant même la fin de l’élection des présidents de commune, 1 767 plaintes pour fraude, achats de voix, menaces ou encore coups et blessures ont été enregistrées.

Le nouveau mode de scrutin, indirect et proportionnel, choisit pour ces municipales a déçu les Marocains, qui ne sont pas sûrs de voir le parti pour lequel ils ont voté présider in fine leur commune. Les alliances entre partis, parfois opposés sur la constitution d’une liste majoritaire, a rendu la question des programmes de développement des communes secondaire.

Des partis fragiles

Le grand gagnant des élections est le Parti authenticité et modernité (PAM, centre-droit) avec 21,7 % des voix. Lancé cinq mois avant les élections avec l’appui du roi, il est l’initiative de l’ancien ministre de l’Intérieur Fouad El-Himma. Bien que n’ayant pas participé aux dernières législatives, il s’est retrouvé majoritaire grâce à la centaine de sièges occupés par les députés des cinq petits partis qui ont fusionné en son sein. Se présentant comme un parti désireux de "renouveler la politique", il a décrédibilisé les partis historiques de l’opposition comme le parti de l’Istiqlal (PI, droite conservatrice) et l’Union socialistes des forces populaires (USFP, gauche socialiste). La question est désormais de savoir si le PAM, qui doit son succès plus aux réseaux sociaux de ses candidats (élus transhumants d’autres partis et notables locaux) qu’à une réelle valeur politique ajoutée, sera capable de fidéliser sa base et de survivre aux élections.

Si l’Istiqlal est arrivé second aux élections avec 19 % des votes, l’USFP, qui n’a obtenu que 11,6 %, traverse une crise grave. En rejoignant le gouvernement, ce parti avait fait le pari du "soutien critique au roi". Or l’Union a été incapable d’imposer son programme de réforme de la Constitution afin de permettre un renforcement du rôle du Premier ministre et voit sa base sociale affaiblie.

Les islamistes du Parti de la justice et du développement (PJD) n’obtiennent que 5,4 % des voix, proportionnellement bien moins qu’en 2003. Depuis 10 ans, ils ont normalisé leur présence dans le champ politique, mettant l’accent sur la bonne gestion des villes plutôt que sur leur idéologie. Résultat : le PJD a dû faire face avant les élections à la démission de nombreux députés et militants.

Source : France 24 - Amel Boubekeur

-



Ces articles peuvent vous intéresser
Pendaison en Egypte du meurtrier de la fille de la chanteuse marocaine Laïla ghofranePendaison en Egypte du meurtrier de la fille de la chanteuse marocaine Laïla ghofrane
Jeudi 19 mai a été exécuté par pendaison le meurtrier de la fille de la chanteuse Laïla ghofrane et également meurtrier d’une de ses amies égyptiennes....
Karima El Mahroug, la vie rêvée de RubyKarima El Mahroug, la vie rêvée de Ruby
Karima El Mahroug alias Ruby, qui aurait eu des relations sexuelles tarifées alors qu’elle était encore mineure, avec l’ancien chef du gouvernement...
La famille royale marocaine fête le mariage de Lalla SoukaïnaLa famille royale marocaine fête le mariage de Lalla Soukaïna
Lalla Soukaïna, fille de la princesse Lalla Meryem, sœur aînée du Roi Mohammed VI, a célébré son mariage avec Mehdi Regragui, mercredi à Rabat. La...
Ramadan, sexe et fatwas !Ramadan, sexe et fatwas !
Si un homme et son épouse font l’amour lors du "shour", dernier repas avant d’entamer le jeûne à l’aube, ils peuvent poursuivre leurs ébats sexuels, et...
Derb Ghallef, paradis marocain du piratage menacé de disparitionDerb Ghallef, paradis marocain du piratage menacé de disparition
Derb Ghallef, souk casablancais des nouvelles technologies serait menacé de disparition. La sentence a été prononcée par le Conseil de la ville de...
Scandale sexuel à la prison d'Aït MelloulScandale sexuel à la prison d’Aït Melloul
Des photos mettant en scène sur internet l’un des responsables de la prison locale d’Aït Melloul, région d’Agadir, dans des postures sexuelles avec un...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014