>

Marocains d’Espagne : Malheurs et déboires d’une communauté

7 décembre 2005 - 19h34
Marocains d'Espagne : Malheurs et déboires d'une communauté

Délinquance de mineurs, situation irrégulière, droits bafoués, mauvaise intégration, marginalisation.. A la direction de l’Egalité des chances de la mairie de Madrid et dans les centres associatifs des quartiers périphériques de la capitale espagnole, ces maux sont le lot quotidien des dizaines d’éducateurs sociaux.

Tous les jours ou presque, ils sillonnent les rues de « La Canada de Ulla Vallecas », du quartier Tetuan ou de El Centro pour aller à la rencontre de centaines de familles issues de l’immigration. Les Marocains arrivent juste après les Latino-Américains, une des premières vagues d’immigration en Espagne. Dans ces « cités périphériques », plus de 300.000 personnes élisent domicile dans des conditions souvent désastreuses, parfois inhumaines.
La cherté des loyers a favorisé l’éloignement des familles aux revenus les plus modestes. La location d’un studio avoisine les 500 euros mensuels.

Mais c’est certainement à la Canada de Ulla Vallecas que les conditions sont les plus dramatiques. Situées à quelques centaines de mètres de la décharge publique madrilène, les habitations construites sur les terrains de la Communauté abritent des dizaines de familles de gitans et de Marocains. Les Roumains et autres populations originaires des pays de l’Est ont commencé à les rejoindre, ces deux dernières années. Les résidents ont squatté les terres et construit des maisons en dur sans qu’aucune autorisation ne leur soit délivrée. Souvent, il s’agit d’un choix délibéré pour ne pas avoir à payer les charges à l’Etat. Cette zone, où vivent des milliers de personnes, se situe en dehors du territoire desservi par les transports publics, « illégalité oblige ».
Ejido
Près de 5.000 camions traversent quotidiennement les pistes en direction de la décharge. Pour les autorités espagnoles, c’est un véritable casse-tête. « Il est très difficile de déloger les habitants, la majorité d’entre eux ont de nombreux enfants. Les enfants, c’est sacré en Espagne », témoigne Saïda, une assistante sociale d’origine marocaine. La misère qui sévit laisse la place à toutes formes d’intégrisme et de délinquance.
Dans une petite mosquée financée par les cotisations des membres de la communauté marocaine, un « fqih » enseigne les piliers de l’islam avec des méthodes classiques. « C’est aussi un véritable danger pour la propagation d’idées obscurantistes », confie un médiateur. Originaires pour la plupart du nord du Maroc, les familles, qui y ont élu domicile, vivent à l’écart de la société madrilène. C’est dans le bâtiment que travaillent la majorité de ces Marocains. Mais c’est aussi au sein de cette population que l’ignorance des droits est la plus criarde. Car les dispositions du code de la famille s’appliquent aussi aux Marocaines qui vivent en dehors de leur pays d’origine. Les cas de conflits les plus fréquents concernent les divorces et le versement des pensions. Lorsqu’il s’agit d’un divorce, les services consulaires exigent qu’il soit prononcé dans un tribunal marocain. Ce qui est conforme à la loi. La lenteur des procédures complique toutefois les choses. La loi exige en effet la présence des deux conjoints pour les audiences obligatoires de tentatives de réconciliation. L’éloignement et les emplois du temps non concordants empêchent cette procédure de se tenir dans des délais raisonnables. « Il faut souvent trois à quatre ans pour prononcer des divorces de Marocains Résidant à l’Etranger », indique un juriste. Il vaut donc mieux divorcer au Maroc ! Pour les pensions, l’exécution des jugements est également très lente. Les femmes divorcées attendent souvent plus d’une année avant de les percevoir. Les représentations diplomatiques marocaines ne semblent pas se soucier outre-mesure des problèmes vécus par cette communauté.

A l’ambassade du Maroc à Madrid, on semble avoir d’autres chats à fouetter. Les locaux accueillent les premiers travaux d’entretien depuis leur ouverture au début des années 70... Ils en avaient bien besoin car les pluies ruissellent à l’intérieur des bureaux. La représentation diplomatique madrilène se distingue aussi par son absence auprès des populations. Aucun de ses membres n’a daigné faire le déplacement pour assister à la séance inaugurale de la Caravane organisée du 17 au 21 novembre dernier par la Ligue démocratique des droits des femmes , pourtant dédiée aux populations marocaines immigrées. Ces dernières n’hésitent d’ailleurs pas à critiquer sévèrement une telle attitude. Aucune information n’est disponible non plus à l’ambassade concernant l’année du Maroc en Espagne. Celle-ci a été annoncée pour 2006.

Pourtant, à quelques semaines de la nouvelle année, les cadres de l’ambassade ignorent le programme et ne peuvent même pas confirmer la tenue de la manifestation. Depuis les derniers attentats de Madrid, le Maroc et les Marocains sont en perte de vitesse auprès de l’opinion publique espagnole. Le traitement médiatique des clandestins subsahariens n’a pas arrangé les choses. L’intégrisme religieux est en pente ascendante au sein d’une communauté minée par les problèmes économiques. « La plus grande menace actuelle est la misère, estime Esther Fouchier, présidente du Forum Femmes Méditerranée. Elle contribue à créer une crise identitaire ». Les écarts risquent de s’aggraver davantage.


L’intégration des pays de l’Est dans l’Union européenne impose des priorités. Pour un euro injecté dans un pays euroméditerranéen, 200 le sont dans les pays de l’Est. Les actions du monde associatif sont encore insuffisantes. Les Etats ont une grande part de responsabilité. « Toutes les forces progressistes doivent s’organiser. Il faut un projet de civilisation pour constituer une force », estime-t-elle. La lutte contre les discriminations apparaît comme une priorité. Mais quelle application sur le terrain ?

Amale DAOUD - L’Economiste



Ces articles peuvent vous intéresser
Une Marocaine élue plus belle femme d'IsraëlUne Marocaine élue plus belle femme d’Israël
Mor Maman, élue mardi Miss Israël 2014, est d’origine marocaine. La jeune femme de 18 ans originaire de Beersheva s’apprête déjà à représenter l’état...
Un Marocain en prison pour avoir diffusé des vidéos intimes de son ex-petite amieUn Marocain en prison pour avoir diffusé des vidéos intimes de son ex-petite amie
Un jeune casablancais de 19 ans a été arrêté la semaine dernière par les services de police pour avoir publié des photos et vidéos personnelles...
Pour avoir refusé de saluer la première femme wali au Maroc, un colonel est limogéPour avoir refusé de saluer la première femme wali au Maroc, un colonel est limogé
Un colonel des forces auxiliaires a été sanctionné par ses supérieurs pour avoir refusé de saluer Zineb El Adaoui, wali (Préfet) de la région...
Les trois Marocaines les plus influentes du monde arabeLes trois Marocaines les plus influentes du monde arabe
Trois Marocaines figurent dans le dernier classement du magazine Arabian Business. Publié cette semaine, il répertorie les 100 femmes les plus...
Abdelaziz Bouteflika veut récupérer sa maison située à OujdaAbdelaziz Bouteflika veut récupérer sa maison située à Oujda
La famille du président algérien Abdelaziz Bouteflika n’a pas réussi à récupérer l’une des maisons qu’elle possède dans la vieille Médina d’Oujda, où le...
Braquage de Tanger : informations complémentairesBraquage de Tanger : informations complémentaires
Une information parue sur le quotidien Akhbar Al Yaoum le 8 mars dernier et reprise le jour même par Bladi.net, faisait état de l’identification...


Les rubriques de Bladi.net

CultureEconomie MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

A proposContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones

Web Statistics