>

L’Unicef enquête sur les mineurs en quête d’émigration

25 juin 2008 - 21h40
L'Unicef enquête sur les mineurs en quête d'émigration

Ils sont 150 jeunes et moins jeunes à vivre une situation d’errance au port de Tanger. Un chiffre promis au double à terme, si des actions d’accompagnement ne sont pas diligentées. Il résulte d’une enquête menée par l’Unicef en coordination avec l’Institut national d’action sociale, INAS. L’étude, qui devait être présentée hier mercredi 25 juin à Tanger, s’assigne pour objectif d’apporter un éclairage sur ces enfants qui cultivent le projet de traverser un jour le détroit. Leur présence au port ne peut laisser indifférent, tant leur condition de précarité est dramatique. Ils squattent les môles et autres aires de stockage et stationnement dans l’ultime dessein d’émigrer dans une remorque ou sous les essieux d’un bus.

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 65 acteurs, dont 28 enfants, une dizaine de familles, des associations et des experts locaux. Elle a permis d’être au fait de « l’extrême gravité de la situation de cette population à prédominance enfantine. Car, si la moyenne d’âge varie de 13 à 16 ans, les enquêteurs ont rencontré des enfants de 10 ans. Plus grave encore, cette population se féminise de plus en plus. L’élément féminin y représente, en effet, près de 15% alors qu’il était pratiquement absent du lot. « Même si elles s’habillent comme les garçons, les filles sont plus exposées aux agressions physiques, voire sexuelles », relèvent les enquêteurs.

L’enquête permet aussi de casser certains clichés. Contre toute attente, 8% des enfants interviewés n’ont jamais fréquenté l’école. Et « la majorité ayant abandonné l’école au cours de la sixième année fondamentale », précise l’enquête. Abandon, souvent précédé par l’absentéisme. Un mineur originaire de Tanger affirme même poursuivre ses études « tout en guettant sa chance au sein du port ». Mais dans l’ensemble, ces mineurs comptent à leur actif d’autres expériences avant d’avoir penser à squatter le port. Plus de 75% sont passés par le marché du travail, une expérience qui n’a pas toujours été heureuse : travail au noir, mal payé, sans aucune couverture.

L’enquête a aussi permis d’établir l’étalement en durée des projets de migration de ces mineurs. 27% des interviewés sont dans cette situation depuis plus d’une année et 8% plus de 4 ans. La précarité de la situation est proportionnelle à la durée d’attente, constatent les enquêteurs. Certains, contraints par l’extrême dureté de la vie, seraient disposés à abandonner leur fou projet et revenir chez eux. Mais, selon l’enquête, un travail de médiation est nécessaire.

De plus, une aide, via une insertion professionnelle de qualité pour accompagner le retour de ces jeunes dans leur bercail, est incontournable.

Survivre

Dure, dure la vie de ces enfants du port. A maintes reprises, ils ont exhibé les stigmates laissés par les agressions tant physiques que sexuelles qu’ils ont subies. Sans oublier la saleté et la malnutrition qu’ils endurent. Conséquence pour certains d’entre eux : le refuge dans la consommation d’alcool et des drogues. A signaler que la majorité est issue de famille nombreuse sans ressources ou à revenu très modeste. D’autres sont le fruit de ménages brisés ou ayant perdu leurs parents suite à des accidents.

Source : L’Economiste - Ali Abjiou

- Par: Bladi.net



Ces articles peuvent vous intéresser
Une politicienne française violée au nord du MarocUne politicienne française violée au nord du Maroc
Une touriste française de 45 ans violée récemment par un Marocain dans la ville de Ras El Ma, province de Nador, au nord du Maroc, a déposé une...
Le Maroc achète des armes russes en masseLe Maroc achète des armes russes en masse
L’armée marocaine aurait fait une importante acquisition de matériel militaire auprès de la Russie l’année dernière, dont des systèmes de défense...
Un Marocain en lice pour la Présidence d'IsraëlUn Marocain en lice pour la Présidence d’Israël
Six candidats pour devenir Président d’Israël, un juif marocain est dans la course. Il s’agit du député centriste Meir Sheetrit, un ancien membre du...
Le champion du monde Badr Hari : « J'ai gagné 1 million en 2 minutes. Qui peut faire mieux ? Personne ! »Le champion du monde Badr Hari : « J’ai gagné 1 million en 2 minutes. Qui peut faire mieux ? Personne ! »
Badr Hari est aux anges. Il vient en effet de gagner 1 million de dirhams EAU en 2 minutes de combat en remportant ainsi la troisième édition du...
Après un appel à "Baba" Mohammed VI, la jeune Rasha va regagner le MarocAprès un appel à "Baba" Mohammed VI, la jeune Rasha va regagner le Maroc
La petite Rasha Ayman Koujan pourra enfin rejoindre le Maroc. Issue d’un mariage mixte entre une Marocaine et un Syrien, la fillette a été...
Les Etats-Unis offrent au Maroc 150 Hummer militaires peu avant la visite de Mohammed VI en RussieLes Etats-Unis offrent au Maroc 150 Hummer militaires peu avant la visite de Mohammed VI en Russie
L’armée américaine a proposé aux Forces Armées Royales 150 véhicules militaires "Hummer", des plates-formes de tir, ainsi que d’autres équipements...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2014