>

L’Unicef enquête sur les mineurs en quête d’émigration

25 juin 2008 - 21h40
L'Unicef enquête sur les mineurs en quête d'émigration

Ils sont 150 jeunes et moins jeunes à vivre une situation d’errance au port de Tanger. Un chiffre promis au double à terme, si des actions d’accompagnement ne sont pas diligentées. Il résulte d’une enquête menée par l’Unicef en coordination avec l’Institut national d’action sociale, INAS. L’étude, qui devait être présentée hier mercredi 25 juin à Tanger, s’assigne pour objectif d’apporter un éclairage sur ces enfants qui cultivent le projet de traverser un jour le détroit. Leur présence au port ne peut laisser indifférent, tant leur condition de précarité est dramatique. Ils squattent les môles et autres aires de stockage et stationnement dans l’ultime dessein d’émigrer dans une remorque ou sous les essieux d’un bus.

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 65 acteurs, dont 28 enfants, une dizaine de familles, des associations et des experts locaux. Elle a permis d’être au fait de « l’extrême gravité de la situation de cette population à prédominance enfantine. Car, si la moyenne d’âge varie de 13 à 16 ans, les enquêteurs ont rencontré des enfants de 10 ans. Plus grave encore, cette population se féminise de plus en plus. L’élément féminin y représente, en effet, près de 15% alors qu’il était pratiquement absent du lot. « Même si elles s’habillent comme les garçons, les filles sont plus exposées aux agressions physiques, voire sexuelles », relèvent les enquêteurs.

L’enquête permet aussi de casser certains clichés. Contre toute attente, 8% des enfants interviewés n’ont jamais fréquenté l’école. Et « la majorité ayant abandonné l’école au cours de la sixième année fondamentale », précise l’enquête. Abandon, souvent précédé par l’absentéisme. Un mineur originaire de Tanger affirme même poursuivre ses études « tout en guettant sa chance au sein du port ». Mais dans l’ensemble, ces mineurs comptent à leur actif d’autres expériences avant d’avoir penser à squatter le port. Plus de 75% sont passés par le marché du travail, une expérience qui n’a pas toujours été heureuse : travail au noir, mal payé, sans aucune couverture.

L’enquête a aussi permis d’établir l’étalement en durée des projets de migration de ces mineurs. 27% des interviewés sont dans cette situation depuis plus d’une année et 8% plus de 4 ans. La précarité de la situation est proportionnelle à la durée d’attente, constatent les enquêteurs. Certains, contraints par l’extrême dureté de la vie, seraient disposés à abandonner leur fou projet et revenir chez eux. Mais, selon l’enquête, un travail de médiation est nécessaire.

De plus, une aide, via une insertion professionnelle de qualité pour accompagner le retour de ces jeunes dans leur bercail, est incontournable.

Survivre

Dure, dure la vie de ces enfants du port. A maintes reprises, ils ont exhibé les stigmates laissés par les agressions tant physiques que sexuelles qu’ils ont subies. Sans oublier la saleté et la malnutrition qu’ils endurent. Conséquence pour certains d’entre eux : le refuge dans la consommation d’alcool et des drogues. A signaler que la majorité est issue de famille nombreuse sans ressources ou à revenu très modeste. D’autres sont le fruit de ménages brisés ou ayant perdu leurs parents suite à des accidents.

Source : L’Economiste - Ali Abjiou

- Par: Bladi.net


Ces articles peuvent vous intéresser
La fille d'un milliardaire arnaquée de 20 millions de dirhams par une "sorcière"La fille d’un milliardaire arnaquée de 20 millions de dirhams par une "sorcière"
Le chiffre a de quoi donner le tournis. Pourtant c’est ce qu’aurait perdu la fille d’un milliardaire marocain qui accuse une arnaqueuse de l’avoir...
Le prix de l'immobilier en baisse au MarocLe prix de l’immobilier en baisse au Maroc
Le prix de l’immobilier serait en légère baisse au Maroc. C’est ce que révèle Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière,...
Décès de Hicham Fani dit « Tikouta »Décès de Hicham Fani dit « Tikouta »
L’humoriste marocain Tikouta, de son vrai nom Hicham Fani, est décédé ce lundi 26 janvier, des suites d’une longue maladie.
Samy Naceri, agent de la police secrète de Hassan IISamy Naceri, agent de la police secrète de Hassan II
L’enfant terrible du cinéma français Samy Naceri prépare un nouveau film sur la période dite des « années de plomb », dans lequel il jouera le rôle...
Le joueur Nabil Oumghar grièvement blessé dans un accident de la routeLe joueur Nabil Oumghar grièvement blessé dans un accident de la route
Le joueur du Chabab Rif Al Hoceima (CRA) a été victime hier d’un accident de la route. Son état est très préoccupant.
L'affaire de l'imprimerie met dans l'embarras Benkirane et le PJDL’affaire de l’imprimerie met dans l’embarras Benkirane et le PJD
Une imprimerie qui appartient au chef du gouvernement Abdelilah Benkirane, soulève une forte polémique au Maroc, d’autant plus que cette entreprise...
Les fiançailles des ministres Choubani et Benkhaldoun divisent les MarocainsLes fiançailles des ministres Choubani et Benkhaldoun divisent les Marocains
Les ministres islamistes Lahbib Choubani et Soumia Benkhaldoun ont confirmé mercredi leurs fiançailles sur leurs pages Facebook respectives pour...
Un Marocain condamné à l'amputation de sa main en Arabie SaouditeUn Marocain condamné à l’amputation de sa main en Arabie Saoudite
Condamné en Arabie Saoudite pour vol, un Marocain risque l’amputation de sa main. Sa mère lance à un appel au Roi Mohammed VI l’implorant...
Deux Marocains dans la liste des 100 jeunes les plus puissants du monde arabeDeux Marocains dans la liste des 100 jeunes les plus puissants du monde arabe
Deux Marocains se trouvent dans la liste des 100 personnalités arabes les plus puissantes de moins de 40 ans, éditée chaque année par le magazine...


Les rubriques de Bladi.net

MarocSport Marocains du mondeMondeSociétéPhotos du MarocRecettes de cuisine marocaine

Bladi.net

Qui sommes-nous?
Notre équipe
Charte de confidentialité
ContactPublicité
› Bladi.net c'est aussi Bladna.nl pour les néerlandophones
› Bladi.net : 2002 - 2015